From CEF

Actualité: DansLesMédias

Pour faire publier un article, écrivez à Mélanie Desrochers ou eNatacha Fontaine

Voyez aussi les articles parus avant 2016

Dans les médias

Une revue non exhaustive des articles parus dans les médias qui traitent de la forêt et des travaux des membres du CEF.


Le CEF dans les médias

************************************************************************************************************************ ************************************************************************************************************************ Début de la section Le CEF dans les médias. Insérez vos articles après ce bloc. ************************************************************************************************************************ ************************************************************************************************************************

20 novembre 2017

Une entrevue sur Ici Première
Aucune province canadienne n'a présenté un plan de protection du caribou à Ottawa indique Daniel Fortin, professeur en biologie à l'Université Laval et signataire d'une lettre à ce sujet dans la revue Science.

17 novembre 2017

Un article dans The Concordian
Rain in an American desert, winds in Quebec and more time for reproduction than usual were all factors that lead to the massive increase in painted lady butterflies flitting through air over the last few weeks, according to Maxim Larrivée, the section head of entomological collections and research at the Montreal Insectarium. “What happened this year is unprecedented.” Larrivée said. He explained this phenomenon is a combination of many factors. “Last winter, there were unusual rains in the Sonoran Desert where the butterflies spent the winter,” which led to a higher survival rate, he explained. In addition, strong southern winds in Quebec in April facilitated the butterflies’ migration north, which is why they showed up a month earlier than usual. [..] Larrivée is the founder and director of eButterfly, an international, data-driven project dedicated to butterfly biodiversity, conservation and education. According to Emma Despland, an associate biology professor at Concordia, eButterfly is a citizen science project where ordinary people can get involved in scientific research by taking pictures of butterflies they see around the world.

15 novembre 2017

Un article sur Actualités UQAM
Les lauréats des deux concours organisés dans le cadre du Rendez-vous Pile 2017 ont été dévoilés le 9 novembre dernier, à l'occasion d'un gala qui avait lieu au MT Lab. Du côté des étudiants, les gagnants sont Espace Blitz et Arpent, tandis que chez les professeurs, ce sont les projets Flash sur mon quartier! et Immuniser la forêt urbaine face aux changements globaux qui ont emporté la faveur du jury. Les membres du CEF impliqués sont Christian Messier, Alain Paquette, Tanya Handa, Daniel Kneeshaw (sciences biologiques) et Thi Thanh Hien Pham (études urbaines et touristiques).

13 novembre 2017

Un article dans National Observer
A Canadian scientist who has researched endangered caribou recovery for years is accusing Canada’s forestry industry of treating the decline of the species in the same way that climate doubters treat the science of global warming.

Montreal-born Mark Hebblewhite, an associate professor at the University of Montana’s wildlife biology program, served on a science panel for Canada’s boreal caribou recovery, and has worked in wildlife conservation science for decades, including in Banff National Park and Algonquin Park.

He is the co-author with Université Laval’s Daniel Fortin of a letter , published in the Nov. 10 issue of the peer-reviewed academic journal Science, that takes aim at the forest and energy industries for being ultimately responsible for caribou dying out, and calls on the Trudeau government to "abide by its own environmental laws" to protect the iconic species that appears on Canadian quarters. | To read the letter published in Science 

9 novembre 2017

Un article dans Le Journal de Montréal
Les Montréalais pourront découvrir jeudi dix projets novateurs d’étudiants et de professeurs de l’UQAM à l’occasion de la finale du concours Rendez-Vous Pile. Les équipes devaient proposer des solutions concrètes pour «un mieux-être dans la ville» à l’occasion du 375e anniversaire de la métropole. Christian Messier, Alain Paquette, Tanya Handa, Thi Thanh Hien Pham, Daniel Kneeshaw ont proposé une trousse pour immuniser la forêt urbaine : Une trousse informatique guidera les aménagistes dans la plantation d’arbres et la gestion forestière montréalaise. On souhaite obtenir une diversité d’essences d’arbres pour réduire le risque de mortalité causé par différentes maladies comme l’argile du frêne.

9 novembre 2017

Un article dans Le Droit
Professeur au Département des sciences naturelles à l’Université du Québec en Outaouais et chercheur à l’Institut des sciences de la forêt tempérée de Ripon, Jérôme Dupras a reçu mercredi dernier des mains de la vice-première ministre du Québec, Dominique Anglade, l’un des Prix finalistes de la relève scientifique accompagné d’une bourse de 2000 $. Cet honneur vise à récompenser les jeunes chercheurs en début de carrière qui sont âgés de moins de 40 ans et dont l’excellence des travaux est reconnue. Pour l’occasion, Le Droit et Radio-Canada décernent le titre de Personnalité de la semaine à M. Dupras.

3 novembre 2017

Un article dans La Frontière
Alors que plusieurs compagnies forestières misent souvent sur une seule essence répartie sur une grande superficie, un chercheur de l’UQAT fait valoir, au contraire, qu’une plus grande diversité d’espèces sur un même territoire pourrait stabiliser les revenus tirés de l’exploitation forestière. Nouveau docteur en Sciences de l’environnement, Raphaël Aussenac a soutenu avec succès une thèse dans laquelle il a démontré que la diversité des peuplements forestiers avait un effet stabilisant sur la croissance des espèces. «C’est notamment le cas parce que la réponse aux fluctuations climatiques et aux attaques d’insectes est différente d’une espèce à l’autre», a-t-il indiqué.

31 octobre 2017

Un article dans le Journal de Montréal
Le gouvernement fédéral pourrait forcer les provinces à protéger l'habitat du caribou forestier. Il se donne jusqu’au printemps pour évaluer la situation de cet animal en déclin. Avec Martin-Hugues St-Laurent.

25 octobre 2017

Une entrevue à Radio-Canada
L'émission L'Heure de pointe Toronto dresse un bilan avec Daniel Kneeshaw sur la dernière étude de Global Forest Watch qui dénonce l'augmentation de la déforestation dans le monde.

25 octobre 2017

Un article sur Actualités UQAM
Le Rendez-vous Pile 2017, organisé par le Service des partenariats et du soutien à l'innovation (SePSI) dans le cadre des célébrations de l'UQAM entourant le 375e de Montréal, aura lieu le 9 novembre prochain. C'est à cette occasion que seront désignés les lauréats de deux concours s'adressant aux étudiants et aux professeurs lancés plus tôt cette année. Ces concours, qui visent à valoriser l'innovation en recherche et en création, ont pour thème commun «Des solutions de recherche pour un mieux-être dans la ville». Il y a quelques décennies, les ormes abondants à Montréal ont été décimés par la maladie hollandaise de l'orme. Récemment, les frênes, qui représentent 20 % de la forêt urbaine, ont été ravagés par l'agrile du frêne, rappelle le professeur du Département des sciences biologiques Christian Messier. «Ces événements ont sensibilisé les gestionnaires forestiers des villes à diversifier les essences d'arbres, souligne-t-il, mais il n'existe pas d'outils ou d'approches intégrées permettant de choisir les meilleurs essences d'arbres à planter dans une rue, un parc ou un quartier en fonction des services qu'ils rendent et du besoin de maximiser la résilience du couvert arboré face à la menace des changements climatiques.» Avec ses collègues Alain Paquette, Tanya Handa, Daniel Kneeshaw (sciences biologiques) et Thi Thanh Hien Pham (études urbaines et touristiques), Christian Messier souhaite développer une trousse informatique qui servirait d'aide à la décision pour la plantation d'arbres et la gestion forestière urbaine.

23 octobre 2017

Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
Les changements climatiques n'ont pas directement causé les feux de forêt qu'ont connus l'Alberta et la Colombie-Britannique cette année, mais ils ont contribué à leur nature extrême selon un chercheur de l'Université de l'Alberta.

23 octobre 2017

Un communiqué de l'Université de Sherbrooke
Nouvelle publication au sujet de la photographie hémisphérique en foresterie sous la direction de Richard Fournier et de Ronald Hall.

23 octobre 2017
Sur le radar des scientifiques 
Un article dans La Tribune
En plus d’être le territoire désigné pour expérimenter une nouvelle approche de chasse pour le chevreuil, l’Estrie pourrait se retrouver sur le radar des scientifiques planifiant une vaste étude sur l’infestation des tiques chez les orignaux. Le territoire de recherche couvrira le Nouveau-Brunswick, l’est du Québec et, dépendamment des sommes qui seront disponibles, pourrait s’étendre jusqu’à notre région. Avec Jean-Pierre Tremblay.
18 octobre 2017
Bilan des feux de forêts 
Une entrevue d'Ici Radio-Canada
La Colombie-Britannique a connu cet été des feux de forêt particulièrement dévastateurs. Des incendies ont également eu lieu en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba sans compter ceux qui sévissent encore en Californie.
16 octobre 2017
Des forêts de la région mieux outillées 
Un article dans Le Droit
Des parcelles de forêts de la MRC de Papineau sont désormais mieux protégées face aux changements globaux à la suite d’un projet d’enrichissement de la biodiversité qu’a réalisé un petit groupe d’étudiants de l’Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT) de l’Université du Québec en Outaouais. Accompagnés de collègues du milieu universitaire, Marie-Ève Roy, étudiante au doctorat en biologie au département des sciences naturelles de l’ISFORT, et Xavier Francoeur, étudiant au doctorat en sciences de l’environnement à l’Université du Québec à Montréal, ont procédé au cours de l’été dernier à des plantations ciblées au sein du parc des Montagnes noires, à Ripon, de même que sur une dizaine de terres privées dans la Petite-Nation. La démarche vise à créer de la résilience pour permettre aux forêts de la région d’être mieux outillées pour faire face au stress causé par les changements globaux, lesquels regroupent notamment les changements climatiques et le potentiel de voir débarquer dans la région des espèces invasives extérieures. « On est beaucoup plus fragile quand on met tout notre argent à un seul endroit à la bourse. L’idée, c’est de jouer l’effet du portefeuille diversifié, mais en écologie. Autant au niveau des espèces que de la complémentarité, on va donner un microsystème qui sera plus solide et plus apte à résister à l’ensemble des facteurs de pression », explique Jérôme Dupras, professeur au département des sciences naturelles à l’ISFORT, à propos de la plantation d’enrichissement qui vient d’être effectuée.
12 octobre 2017
Des arbres encore verts en octobre en raison de la température chaude 
Un article dans La Presse
Des arbres encore remplis de feuilles vertes en ce début du mois d'octobre près de chez vous? Les températures chaudes du mois de septembre ont assurément joué un rôle dans l'arrivée un peu tardive des riches couleurs cette année, affirme le professeur Jim Fyles de l'Université McGill, spécialisé notamment en écologie des forêts. Il s'attend toutefois à ce que les arbres se rendent bientôt compte que l'hiver approche, et que l'on puisse voir des feuilles or, orange et rouges dès le week-end à Montréal et dans les régions du Québec qui n'ont pas encore vécu d'épisode de gel.
10 octobre 2017
Oiseaux: mystère dans la forêt boréale 
Un article dans Techno-Science
Une étude soulève des questions sur la situation réelle des populations d'oiseaux de la forêt boréale québécoise. La bonne nouvelle d'abord: au cours des deux dernières décennies, les populations d'oiseaux ont été stables ou en hausse à la Forêt Montmorency. La nouvelle déroutante maintenant: les indices d'abondance qui y ont été mesurés sont très faiblement corrélés avec ceux rapportés par les autres programmes de recensement d'oiseaux au Québec. Ces résultats, publiés dans un récent numéro du Naturaliste canadien, soulèvent des questions sur la situation réelle des populations d'oiseaux de la forêt boréale québécoise et sur la fiabilité des données produites par les différents programmes de suivi, estiment les deux auteurs de l'étude, André Desrochers, professeur au Département des sciences du bois et de la forêt et chercheur au Centre d'étude de la forêt, et Bruno Drolet, du Service canadien de la faune.
6 octobre 2017
A Vallombrosa per studiare le foreste, un corso internazionale 
Un article dans UnifiMagazine
Christian Messier et son équipe de collaborateurs a tenu une école d'été du 25 au 29 septembre dernier à Florence intitulée “Forests as complex adaptive systems: silvicultural and management implications”. Douze pays étaient représentés parmi les 32 participants. Du côté des enseignants, en plus de Christian, on reconnaît plusieurs "amis" du CEF, dont Susanna Nocentini, Gherardo Chirici e Davide Travaglini (GESAAF), Lael Parrott (UBC) et Klaus Puettmann (OSU). La forêt de Vallombrosa, dans la région de Florence, a été fondée en 1867 et était jadis la première école forestière de tout l'Italie.
5 octobre 2017
Seiferling remporte le Kantar "Information is Beautiful" Awards 2017 
Un article dans Information is Beautiful
Ian Seiferling, (M.Sc. au CEF 2007-2010) et ses collègues ont remporté le prix Kantar "Information is Beautiful" Awards 2017 pour leur plateforme Treepedia. Treepedia measures the canopy cover in cities. Rather than count the individual number of trees, we’ve developed a scaleable and universally applicable method by analyzing the amount of green perceived while walking down the street. The visualization maps street-level perception only, so your favorite parks aren't included! Presented here is preliminary selection of global cities. Félicitations! | Pour voir l'application complète Exploring the Green Canopy in cities around the world 
3 octobre 2017
L’UQAT n’occupe pas la place qu’elle mérite en recherche forestière 
Un article dans La Frontière et le Citoyen
Malgré la quantité et la qualité des travaux qu’on y effectue ainsi que l’ampleur du financement qu’elles reçoivent en ce sens, l’Université du Québec en général et l’UQAT en particulier sont souvent reléguées à l’arrière-plan de la recherche forestière au Québec. Voir la conférence complète dans Panopto .
3 octobre 2017

Trois membres du CEF publient dans Nature
Une publication dans Nature

Nathalie Guerrero-Ramirez membre du laboratoire de Christian Messier a publié à titre de première auteur dans la revue Nature. L'article, intitulé Diversity-dependent temporal divergence of ecosystem functioning in experimental ecosystems a aussi mis à contribution Dylan Craven, ancien postdoctorat au CEF ainsi que Catherine Potvin. Félicitations! | pour consulter l'article en entier 

26 septembre 2017
Le mycotourisme, une nouvelle tendance prisée par les touristes 
Un article dans Impact Campus
Les premiers cercles amateurs de mycologues amateurs voient le jour au Québec dans les années 50, notamment à Québec et Montréal. Relativement restreints à l’époque, on en compte désormais une douzaine répartis dans la province. Si les excursions en forêt pour cueillir et identifier les champignons demeurent une activité récréative, le mycotourisme, relié aux champignons, a bel et bien un potentiel lucratif, selon un professeur de l’UL.
25 septembre 2017
Le retour du bison 
Un reportage à Découverte
Après une absence de 140 ans, le bison des plaines revient à Banff en Alberta. C’est un des projets les plus ambitieux de Parcs Canada: un plan d'envergure de 6,5 millions de dollars qui s’échelonne sur cinq ans et qui tente de réintroduire le bison sur la terre de ses ancêtres.
25 septembre 2017
La nature revit sur les terrains miniers de Black Lake 
Un article dans Le Courrier Frontenac
VIRIDIS, une entreprise québécoise en gestion de matières résiduelles et organiques, en partenariat avec le propriétaire de la mine Granilake, travaille depuis 2011 à la végétalisation de dizaines d’hectares de l’ancien site minier de Black Lake. Un projet vert en créant un autre, Nicolas Bélanger, professeur du Département des sciences et Technologie de l’Université TÉLUQ et chercheur au centre d’étude de la forêt a reçu il y a quelques semaines la confirmation d’une subvention de 25 000 $ du Conseil de recherche en sciences et génie du Canada (CRSNG) pour sa recherche sur la valorisation de l’ancienne mine de chrysotile de Black Lake.
25 septembre 2017
Risque sérieux pour les arbres des villes 
Un article dans Le Journal de Montréal
Un insecte ravageur venu d’Europe, qui dévore les arbres de Toronto et de la Nouvelle-Angleterre à grande vitesse, menace la forêt urbaine de Montréal déjà prise d’assaut par l’agrile du frêne.

Cet insecte est un papillon de nuit appelé « spongieuse européenne ». Ses chenilles ont dévoré un arbre sur trois au Massachusetts ce printemps et forcé Toronto à procéder à l’épandage aérien de biopesticides en pleine ville. « C’est un insecte toujours menaçant, car il mange n’importe quoi. Il est très polyphage. En plus, ces chenilles ont des poils très urticants, donc c’est embêtant du point de vue de la santé publique », indique Éric Bauce, entomologiste à la faculté de foresterie de l’Université Laval. Peu intéressée par les conifères, la spongieuse européenne n’est pas préoccupante pour la forêt commerciale québécoise, la forêt boréale, explique l’entomologiste Timothy Work, du Centre d’étude de la forêt de l’UQAM. Par contre, elle présente un risque sérieux pour la forêt urbaine, dit-il.

Aussi repris sur TVA Nouvelles : Un insecte menace les forêts urbaines 

21 septembre 2017
Chaleur exceptionnelle au Québec: une anomalie qui survient une fois au 30 ans 
Un article dans La Presse
Une arrière-saison comme cela, ça n'arrive qu'une fois tous les 30 ans, selon Environnement Canada. Résultat : dans les champs, la laitue, le brocoli et le chou-fleur poussent comme en plein coeur de juillet, tandis que les arbres tardent à prendre leurs couleurs d'automne.Une arrière-saison comme cela, ça n'arrive qu'une fois tous les 30 ans, selon Environnement Canada. Résultat : dans les champs, la laitue, le brocoli et le chou-fleur poussent comme en plein coeur de juillet, tandis que les arbres tardent à prendre leurs couleurs d'automne.
19 septembre 2017
Étienne Laliberté nommé au Collège de nouveaux chercheurs de la SRC 
Un article dans UdeM Nouvelles
Cinq professeurs de l’Université de Montréal ont été nommés au Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en arts et en science de la Société royale du Canada, tout premier organisme du pays consacré à la reconnaissance multidisciplinaire au sein de la nouvelle génération d’intellectuels canadiens, dont Étienne Laliberté, membre du CEF. Étienne est professeur en sciences biologiques et chercheur à l’Institut de recherche en biologie végétale, étudie les traits fonctionnels des plantes afin de mieux comprendre et de prédire la distribution des espèces végétales le long de gradients environnementaux. Il examine en particulier les interactions entre plantes et sols ainsi que leurs conséquences sur la biodiversité végétale et sur le fonctionnement des écosystèmes terrestres. Félicitations!
18 septembre 2017
Forest fires are not limited to hot or temperate climates 
Un article dans Phys.org
Forest fires and wildland fires are common in summer in the temperate boreal forest, rarer at high altitudes, and unheard of in an ice age at high altitudes - until now. Evidence of wildfires dating back 20,000 years was recently discovered in the Massif du Queyras, in the heart of the French Alps, 2,240 metres above sea level. The news comes in a joint Canada-France study published in New Phytologist and co-authored by Olivier Blarquez, a geography professor at Université de Montréal, and Christopher Carcaillet, a professor at the École Pratique des Hautes Études, in Paris, and at the Laboratoire d'écologie des hydrosystèmes naturels et anthropisés (CNRS/Université Lyon 1/ENTPE).
18 septembre 2017
Attention aux incendies de toundras 
Un article dans La Presse
Des incendies peuvent survenir dans des forêts froides entourées de glaciers, ont découvert des chercheurs français et montréalais. Leurs travaux, qui portaient sur une région des Alpes située à 2200 m d'altitude et qui était complètement entourée de glaciers voilà 20 000 ans, montrent que les changements climatiques pourraient engendrer des incendies de forêt dans la toundra québécoise. L'étude porte sur deux lacs des Alpes, à la frontière de la France et de l'Italie, dans une zone appelée massif du Queyras. On a retrouvé dans les sédiments du lac Miroir des traces de forêts, et d'incendies de forêt, certains remontant à 21 000 ans, époque où les vallées des Alpes étaient recouvertes de 2000 m de glace, comme Montréal à l'époque. Le lac du Lait n'avait pas de tels sédiments. « On appelle nunataks ces refuges d'arbres au milieu des glaciers », explique l'un des auteurs de l'étude publiée hier dans la revue New Phytologist, Olivier Blarquez de l'Université de Montréal et Christopher Carcaillet de l'École Pratique des Hautes Études de Paris. « C'est un mot inuit qui signifie "montagne au-dessus de la glace". Il est contre-intuitif de chercher des arbres au milieu de glaciers. »
13 septembre 2017
Le mycologue René-Pomerleau, vu par J. André Fortin 
Un entretien sur AcfasTV
Dans le cadre de la création du Fonds René-Pomerleau par l'Acfas en 2016, Découvrir, le magazine de l'association, a rencontré J. André Fortin. Le Dr Fortin a bien connu le mycologue, dans les bois comme au laboratoire.
12 septembre 2017
Les membres du CEF à La semaine verte 
Un reportage de La semaine verte à Radio-Canada
DES PARULINES POUR SAUVER LES ÉPINETTES - La tordeuse des bourgeons de l’épinette fait des ravages dans les forêts du Québec et du Nouveau-Brunswick. Pulvérisation aérienne, traitement sylvicole, tout est fait pour contrer la propagation de ces larves défoliantes. Mais souvent, on agit trop tard. Que faire alors? Les oiseaux pourraient nous fournir de précieuses informations. Reportage avec Jeanne Moisan-Poirier, étudiante à la maîtrise avec Marc-André Villard, Martin-Hughes St-Laurent et Daniel Kneeshaw. Vidéo à la minute 14:25.
11 septembre 2017
Le professeur Hugo Asselin admis au Cercle d'excellence de l'Université du Québec' 
Un reportage d'Aujourd'hui Abitibi-Témiscamingue
Un professeur de chez nous fait son entrée au Cercle d'excellence de l'Université du Québec. Il s'agit d'Hugo Asselin, professeur et directeur de l’École d’études autochtones de UQAT | Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Le chercheur est reconnu notamment pour sa carrière scientifique... il se spécialise surtout dans la foresterie sociale et tout ce qui à trait aux autochtones. Il a reçu plus de 50 subventions pour ces projets jusqu'à maintenant. Vidéo.
8 septembre 2017
Lancement du Laboratoire international de recherche sur les forêts froides de l'UQAT : Reconstituer le passé pour mieux comprendre le présent et prédire l'avenir des forêts 
Un communiqué de l'UQAT
C'est à la Station de recherche de la Forêt d'enseignement et de recherche du lac Duparquet (FERLD) que se déroula ce matin le lancement du Laboratoire international de recherche sur les forêts froides. Ce nouveau laboratoire de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) permettra le développement d'un groupe de recherche international sur l'étude du fonctionnement des écosystèmes montagnards et boréaux de l'hémisphère nord. Celui-ci réunit l'expertise de 17 professeurs reconnus mondialement du Canada, de la France, de la Suède, de la Norvège, de la Chine ainsi que de la Russie.
7 septembre 2017
Une nouvelle étude sur le déplacement des orignaux' 
Un article de Ici Radio-Canada
Une nouvelle étude sur le déplacement des cervidés, menée par le ministère de Transports du Québec et par l'UQAR, est en cours dans les MRC du Témiscouata et de Rivière-du-Loup


5 septembre 2017
Le professeur Hugo Asselin admis au Cercle d'excellence de l'Université du Québec' 
Un communiqué de l'UQAT
Le professeur et directeur de l'École d'études autochtones de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Hugo Asselin, vient d'être nommé au Cercle d'excellence de l'Université du Québec. La cérémonie de remise des prix d'excellence s'est tenue le 30 août au Palais Montcalm à Québec dans le cadre de la rencontre des dirigeants de l'Université du Québec. Denis Martel, recteur intérimaire de l'UQAT, a rendu hommage au professeur Asselin, un homme engagé, passionné et passionnant. « Hugo Asselin représente un réel modèle de leadership depuis son arrivée à l'UQAT en 2005. Le professeur Asselin se démarque particulièrement par ses partenariats privilégiés et ses projets avec les Premiers Peuples. Il fut d'ailleurs le leader dans la création de l'École d'études autochtones de l'UQAT en 2016 et contribue activement à son développement, entre autres, en tant que premier directeur de cette nouvelle entité académique », a souligné Denis Martel dans son discours.


5 septembre 2017
Le mycotourisme : une nouvelle tendance?' 
Une entrevue sur Ici Radio-Canada
Connaissez-vous le mycotourisme? De nombreux amateurs de champignons voyagent de plus en plus pour découvrir de nouvelles espèces. Le mycotourisme est même en voie de devenir une véritable industrie touristique rentable. André Fortin, mycologue et chercheur émérite du Centre d'études sur la forêt à l'Université Laval, en est même convaincu. Nous le joignons en Mauricie où se tient cette année la rencontre annuelle des mycologues du Québec.


30 août 2017
2017 Ecology Letters and ESA Early Career Section Outstanding Paper Award: Julie Messier' 
Un article de ESA
Julie Messier remporte le prix "Ecology Letters and ESA Early Career Section Outstanding Paper Award" lors de la rencontre annuelle de l'Ecological Society of America. Son article primé est intitulé How do traits vary across ecological scales? A case for trait-based ecology  et est signé Messier, Brian McGill et Martin J. Lechowicz, publié dans Ecological Letters. Félicitations!


21 août 2017
La Forêt Montmorency : La plus grande forêt de recherche universitaire au monde' 
Un reportage à l'émission Les Années Lumière
Louis Bélanger et André Desrochers parlent de leurs recherches à la Forêt Montmorency aux Années Lumière.


15 août 2017
Un article de Bergeron fait le 'Editor's Choice' 
Un article dans La revue Forestry
Le plus récent article de Yves Bergeron, Dinesh Babu Irulappa Pillai Vijayakumar, Hakim Ouzennou, Frédéric Raulier, Alain Leduc & Sylvie Gauthier, intitulé "Projections of future forest age class structure under the influence of fire and harvesting: implications for forest management in the boreal forest of eastern Canada" est le choix de l'éditeur de la revue Forestry. Félicitations!
3 août 2017
Le Sentier du Totem sauvé; le bois de l'Équerre agrandi 
Un article dans Le Courrier de Laval
D'autres faits saillants du schéma d'aménagement révisé, qui sera officiellement adopté au conseil municipal du 8 août, sont «l’affectation Conservation accordée au secteur du Sentier du Totem dans sa portion propriété de la Ville et l’affectation Protection attribuée à sa portion privée» de même que l'agrandissement du bois de l'Équerre, précise la Ville par voie de communiqué, le 1er août. Le président de la Corporation du Bois de l’Équerre, Luc Leblanc, voit en la conservation du bois du Souvenir «un bon exemple de collaboration entre la Ville et les organismes de protection des milieux naturels». Il appelle de ses vœux une plus étroite collaboration entre la Ville et ses partenaires, ce à quoi souscrit Alain Paquette, également cosignataire, qui croit que «la Ville de Laval pourrait mieux appuyer le travail de ses organismes de protection de l’environnement».
3 août 2017
Le bois du Souvenir protégé et conservé 
Un article dans Le Courrier de Laval
Le projet de raccordement du boulevard du Souvenir a été retiré de la version finale du Schéma d’aménagement révisé que la Ville a dévoilé, le 1er août. En juin, dans une ultime tentative d'infléchir la position de la Ville à la veille de l'adoption de son schéma, M. Desroches et quatre spécialistes de l'environnement publiaient un texte collectif dans lequel ils identifiaient deux projets d'urbanisation, dont celui du parachèvement du boulevard du Souvenir, qui allaient faire déraper le virage «urbaine de nature» si cher à l'administration Demers, s'ils devaient demeurer au schéma final. Le Collectif derrière le texte coiffé du titre «De profondes inquiétudes subsistent», publié en juin, était constitué de Daniel Desroches, chercheur en éthique de l'environnement et cofondateur des Amis du Boisé du Souvenir, Dr François Reeves, cardiologue, spécialiste en santé environnementale et auteur du livre Planète Cœur, Alain Paquette, Ph.D., professeur au Département des sciences biologiques à l'UQAM et administrateur de l'Association pour la conservation du Bois Papineau, Luc Leblanc, membre du Comité scientifique de la Conférence canadienne sur la Forêt urbaine - Laval 2017 et président de la Corporation pour la mise en valeur du Bois de l'Équerre, et Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki et auteur d’Une voix pour la Terre. Du coup, le bois du Souvenir qui s'en trouvait directement menacé se voit attribuer un statut de protection. Il bénéficie désormais d’une affectation de «conservation», la classification la plus élevée qui soit ne manque pas de souligner l'administration Demers.
2 août 2017
La recherche en foresterie de l’UQAC finaliste du concours « La preuve par l’image » 
Un article dans UQAC Actualités
Étudiant au doctorat en biologie de l’UQAC, Miguel Montoro Girona est finaliste du prestigieux concours « La preuve par l’image », la plus importante compétition de photographie scientifique au Canada. C’est avec l’image intitulée Poussées de croissance qu’il s’est hissé parmi les finalistes, cette dernière démontrant l’explosion de la croissance des arbres résiduels après différentes coupes partielles. Les images finalistes seront exposées dans les aires payantes du Biodôme de Montréal jusqu’en décembre prochain. En visitant l’exposition, vous pourrez voter pour votre photo favorite dans le cadre du prix du public Découverte. Il est également possible de voter sur le site Web de l’émission Découverte . Soyez nombreux à le supporter!
26 juillet 2017
Papillons: des épidémies aux incendies 
Un article dans UdeM Nouvelles
Si vous vous promenez dans la forêt boréale de l’Est canadien en ce moment, vous entendrez probablement le bruit de millions de chenilles en train de déféquer. Ce sont les tordeuses des bourgeons de l’épinette et elles sont en pleine migration. «C’est un peu dégoûtant», reconnaît Patrick James, un chercheur en écologie spatiale qui possède un doctorat en écologie forestière et qui enseigne la modélisation écologique au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal.

«Si vous marchez dans les bois dans une zone en pleine défoliation, vous aurez l’impression d’entendre de la pluie, dit ce chercheur de 37 ans qui vient de publier un nouvel article scientifique sur le phénomène de la tordeuse des bourgeons. Il y a plein de sciure, les déjections des tordeuses, qui tombe de la voûte forestière.»

26 juillet 2017
Inondations: l’adaptation aux changements climatiques passe par les infrastructures naturelles 
Un texte d'opinion paru dans Le Devoir le 29 juin 2017
Texte d'opinion de Jérôme Dupras et Karel Mayrand - Les inondations du printemps 2017 ont eu l’effet d’un dur réveil pour plusieurs municipalités situées en bordure de grands cours d’eau du Québec, en plus de constituer un drame humain pour des milliers de sinistrés qui y ont perdu maison, terrains et souvenirs. Maintenant que l’eau s’est retirée et que la reconstruction s’amorce, le temps est venu de réfléchir aux facteurs qui ont pu amplifier cette catastrophe naturelle, et aux solutions qui pourraient en atténuer les impacts dans le futur.
19 juillet 2017
Les papillons de la tordeuse des bourgeons de l'épinette déferlent sur la Côte-Nord 
Un article dans Radio-Canada
Depuis quelques jours, des milliers de papillons de la tordeuse des bourgeons de l'épinette ont été aperçus à divers endroits sur la Côte-Nord, notamment à Baie-Comeau.

Après s'être nourrie au bout des branches au cours des derniers mois, la chenille s'est transformée en insecte volant de couleur brun-gris, indique Louis De Grandpré, chercheur en écologie et dynamique forestière pour le Service canadien des forêts. « Ils vont essayer de trouver des sites de ponte, précise Louis De Grandpré, mais quand les arbres sont très défoliés parce que les larves ont mangé toute la nourriture, les papillons vont avoir tendance à aller ailleurs et chercher des sites où les générations suivantes vont pouvoir se nourrir facilement. Les grosses migrations que l’on a pu observer depuis quelques semaines, et particulièrement hier sur la Côte-Nord, c’est dû à ça. »

10 juillet 2017
Mystère dans la forêt boréale 
Un article dans Le Fil
La bonne nouvelle d’abord: au cours des deux dernières décennies, les populations d’oiseaux ont été stables ou en hausse à la Forêt Montmorency. La nouvelle déroutante maintenant: les indices d’abondance qui y ont été mesurés sont très faiblement corrélés avec ceux rapportés par les autres programmes de recensement d’oiseaux au Québec. Ces résultats, publiés dans un récent numéro du Naturaliste canadien, soulèvent des questions sur la situation réelle des populations d’oiseaux de la forêt boréale québécoise et sur la fiabilité des données produites par les différents programmes de suivi, estiment les deux auteurs de l’étude, André Desrochers, professeur au Département des sciences du bois et de la forêt et chercheur au Centre d’étude de la forêt, et Bruno Drolet, du Service canadien de la faune.
16 juin 2017
L'UQAM est l'hôte du premier Sommet sur l'observation de la Terre. 
Un article dans Actualités UQAM
L'UQAM accueillera le Sommet sur l'observation de la Terre 2017, du 20 au 22 juin prochains, au Cœur des sciences. «Il s'agit d'un événement d'envergure internationale qui vise à regrouper les communautés intéressées par l'observation de la Terre, ses technologies, ses applications et ses bénéfices pour la société. Nous attendons environ 450 participants», souligne Hans Asnong, animateur pédagogique au Département de géographie. Ce sommet, dont ce sera la première édition, regroupera en un même événement le 38e Symposium canadien de télédétection, le 17e Congrès de l'Association québécoise de télédétection, le 11e Atelier Advanced SAR ainsi que le 51e Colloque de l'Association de géomatique municipale du Québec. Les professeurs Benoît St-Onge et Yves Baudouin, du Département de géographie, figurent parmi plus de 200 conférenciers invités en provenance de plus de 25 pays. Cet événement sera ouvert au public et gratuit. [NDLR: Richard Fournier aussi sera parmi les conférenciers.]
15 juin 2017

Carole Bastianelli finaliste du concours national français Ma thèse en 180 secondes
Carole Bastianelli, de l'Université de Paris Sciences et Lettre, en co-tutelle avec Yves Bergeron, a été retenue parmi les finalistes du concours national français de Ma thèse en 180 secondes. Selon Carole, ce fut une expérience très positive : "Je ne suis pas dans le trio de tête, mais quand même plutôt contente de ma prestation et des retours très positifs que j'en ai eus, par le public et sur les réseaux sociaux(#MT180). J'ai pu rencontrer entre autre Mathieu Vidard (animateur de la tête au carré sur France inter), Sophia Aram (chroniqueuse), Fredéric Courant (Fred de c'est as sorcier) et pu échanger avec Mme Frédérique Vidal, nouvelle ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Je lui ai un peu parlé du besoin de reconnaissance du diplôme de doctorat au delà du domaine de la recherche." La vidéo est ici  (le passage à partir de 1h29).

12 juin 2017
Subvention du CRSNG pour l'afforestation de sites miniers  
Un communiqué de CNW Telbec
Le professeur Nicolas Bélanger, du Département Science et Technologie de l'Université TÉLUQ et chercheur au Centre d'étude de la forêt, reçoit une subvention de 25 000 $ de la part du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), dans le cadre du Programme de subventions d'engagement partenarial pour les universités. « Cette recherche du professeur Bélanger va permettre la valorisation d'une ancienne mine de chrysotile de Black Lake en développant des pratiques culturales visant à établir des essences forestières comme l'aulne, le peuplier, le saule, le mélèze et l'épinette sur des haldes amendées avec des matières résiduelles fertilisantes, une avenue qui se veut très prometteuse, tant sur le plan environnemental qu'économique », a déclaré Martin Noël, directeur général de l'Université TÉLUQ.
12 juin 2017
Pas de protection supplémentaire pour les caribous de Val-d’Or 
Un article dans Le Devoir
Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs n’entend pas renforcer les mesures de protection des caribous de Val-d’Or et n’a pas précisé mercredi s’il mènerait finalement une étude de viabilité pour ces cervidés au seuil de l’extinction. Cette étape est pourtant cruciale pour statuer sur le sort des animaux, selon des experts de l’espèce.
12 juin 2017
Caribous: des opposants déplorent que le gouvernement refuse d'admettre ses torts 
Un article dans L'Écho Abitibien et le Citoyen
Les opposants à la déportation des caribous de Val-d'Or au Zoo de Saint-Félicien saluent la décision du zoo de faire marche arrière, mais plusieurs déplorent que le ministère de la Faune n'admette toujours pas ses torts dans ce dossier.
8 juin 2017

Le concours "Mon projet nordique" remporté par Mélissande Nagati
L'institut nordique du Québec a remis le premier prix à Mélissande Nagati (doctorante à l'UQAT), pour son concours "Mon projet nordique", qui consistait en une vulgarisation en 5 minutes de son projet de thèse. Parmi les prix, elle aura la chance de participer à l'Arctic Circle Assembly  qui se déroulera du 12 au 15 octobre en Islande, toute dépense payée par le FRQNT. Elle y présentera même une conférence! Félicitations!

8 juin 2017
Un plaidoyer pour les vieilles forêts 
Un blog sur OUPblog
Intitulé Saving old forests, ce blog a été co-écrit par Yves Bergeron, Alain Leduc et Frederic Raulier à la demande du Journal Forestry (Oxford University Press) pour parler des vieilles forêts dans un contexte nord-américain. Bonne lecture!


7 juin 2017
La valeur des paysages 
Projet Équipe du FRQNT
Un projet d'équipe du FRQNT sur la valeur des paysages, dirigé par Nancy Gélinas, professeure et chercheuse au Département des sciences du bois et de la forêt de l'Université Laval, et qui regroupe du CEF Alison Munson, Dominique Arseneault, Yan Boucher et Anthony Kerebel. Que valent les paysages et comment intégrer les contraintes à respecter quand il est question d'aménagement forestier? Les chercheurs veulent changer cette perception et faire des paysages des valeurs à optimiser, au même titre que les forêts. Gélinas et son équipe de géographes, d'écologistes et d'économistes se sont tourné vers les populations de Charlevoix et de la Gaspésie pour déterminer l'importance relative des paysages.
6 juin 2017
La forêt de la « seigneurie Papineau » dorénavant protégée 
Un article dans Le Devoir
Une section de forêt pratiquement intacte qui a déjà appartenu à Louis-Joseph Papineau, près de Montebello, a été acquise du privé et est désormais protégée de tout développement futur. Conservation de la nature Canada (CNC) a annoncé lundi, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, la protection de 6000 hectares — un corridor de près de 3 kilomètres sur 20 — de ce qui était à l’époque la « seigneurie Papineau », sur le territoire de Kenauk, à Notre-Dame-de-Bonsecours, en Outaouais. Cette région « d’une richesse écologique et historique unique » est composée d’importants milieux humides et forêts, habitats de plusieurs plantes et animaux, dont l’ours noir et le loup de l’Est, une espèce préoccupante selon la Loi sur les espèces en péril au Canada, indique Joël Bonin, vice-président pour le Québec de l’organisme CNC. Christian Messier, professeur au Département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal et directeur de l’Institut des sciences de la forêt tempérée à l’Université du Québec en Outaouais, explique que les chercheurs pourront comparer cette forêt pratiquement intacte à d’autres qui ont subi des coupes sélectives ou des coupes à blanc, afin de comprendre comment une forêt se régénère après le passage de l’humain. L’institut souhaite aussi déterminer si l’on peut favoriser la régénération d’espèces qui sont mieux adaptées à la hausse de la température et à la sécheresse, « pour s’assurer que ces forêts vont maintenir un couvert forestier en santé ». « On veut voir si l’aménagement forestier pourrait être un outil pour adapter les forêts face à ces risques, et je pense qu’on devra le faire de plus en plus dans le futur : intervenir pour maintenir la santé de nos forêts », indique le professeur Messier.
2 juin 2017
La Faculté des sciences décerne ses prix annuels en enseignement et en recherche: Laforest-Lapointe récompensée pour la meilleures publication étudiante 
Un article dans Actualités UQAM
Doctorante en biologie, Isabelle Laforest-Lapointe a été récompensée pour l'article intitulé «Host Species Identity, Site Location and Time Drive Temperate Tree Phyllosphere Bacterial Community Structure», publié dans la revue Microbiome en juin 2016. La jeune chercheuse y présente la première exploration simultanée des multiples déterminants du microbiome des arbres, lequel varie non seulement en fonction de l’identité de l’espèce, mais également selon la location géographique et le moment d’échantillonnage. «Cette recherche pionnière est d’un grand intérêt pour la communauté scientifique en raison de son aspect méthodologique innovateur – alliant écologie, analyses génétiques et travail bio-statistique complexe – et de son approche plurielle dans l’étude de l’écologie microbienne», souligne le professeur Steven Kembel, qui assure la codirection de la doctorante avec son collègue Christian Messier. Un autre article signé par Isabelle Laforest-Lapointe a été publié cette semaine dans la revue Nature.
31 mai 2017
Renouvellement de chaires de recherche et subventions importantes pour deux professeurs de l'UQAT 
Un communiqué de presse de l'UQAT
Le gouvernement du Canada, par l'entremise du Secrétariat des programmes interorganismes à l'intention des établissements vient de confirmer le renouvellement de la Chaire de recherche du Canada en écologie et en aménagement forestier durable du professeur de l'Institut de recherche sur les forêts de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Yves Bergeron ainsi que de la Chaire de recherche du Canada en traitement des eaux minières contaminées de la professeure de l'Institut de recherche en mines et environnement UQAT-Polytechnique, Carmen Mihaela Neculita.
26 mai 2017
Des arbres mieux adaptés aux changements climatiques 
Une entrevue à ici Radio-Canada
Piloté par un professeur de l'Université Laval, le projet Spruce-Up vise à développer de nouvelles approches afin d'identifier rapidement des variétés d'arbres plus résilients. « On essaie de déterminer quelles sont les variétés d’arbres qui sont le mieux adaptés aux conditions du futur », résume Jean Bousquet, professeur titulaire à la Faculté de foresterie de l’Université et codirecteur du projet Spruce-Up.
25 mai 2017
Rebâtir le système énergique canadien : vers un avenir sobre en carbone 
Un rapport pour Ressources naturelles Canada
Un réseau national de chercheurs universitaires s’est penché sur la façon pour le Canada d'atténuer le réchauffement climatique tout en préservant sa compétitivité économique. Ce document donne un bref aperçu d’un rapport de 80 pages, Rebâtir le système énergétique canadien. Vers un avenir sobre en carbone, qui examine comment le Canada peut décarboni–ser ses systèmes énergétiques tout en demeurant compétitif au niveau mondial.Le rapport complet et ce résumé ont été produits par Dialogues pour un Canada vert, un réseau indépendant et bénévole d’universitaires travaillant dans des universités de toutes les provinces et provenant de disciplines variées, telles que l’ingénierie, les sciences naturelles et les sciences sociales. Le rapport est dirigé par Catherine Potvin, co-signé par 70 chercheuses et chercheurs, dont Christian Messier et a été bonifié par les commentaires de neuf autres expertes et experts. | Résumé court  | Entrevue au bulletin de nouvelle de Radio-Canada à la minute 6:46 
24 mai 2017
Laforest-Lapointe, Paquette, Messier et Kembel publient dans Nature! 
Un article dans Nature
Leaf bacterial diversity mediates plant diversity and ecosystem function relationships est le titre du plus récent article issu de la thèse fraîchement déposée d'Isabelle Laforest-Lapointe, étudiante de Steven Kembel, Christian Messier et Alain Paquette à l'UQAM. Leurs travaux ont été publiés dans le plus récent numéro de la prestigieuse revue Nature. Félicititations! | Communiqué de l'UQAM 
24 mai 2017
L’Oeil scientifique : les femmes ont-elles moins accès aux postes de direction? 
Une chronique de Radio-Canada
Hugo Asselin, dans sa chronique hebdomadaire à l'émission Des matins en Or à Radio-Canada Rouyn-Noranda, parle du "plafond de verre" que subiraient les femmes dans les postes de la haute direction.
24 mai 2017
Incursion dans l'ouest de l'Abitibi 
Un article dans Rando Québec
Un excellent article sur les sentiers pédestres et de randonnée à la FERLD vient de paraître dans la revue RandoQuébec. Bonne lecture!


16 mai 2017
INONDATIONS : NOTRE MODE DE VIE EN CAUSE 
Un reportage à RDI et Radio-Canada 24-60
Reconstruire oui, mais comment? Car les experts sont quasi unanimes, le réchauffement climatique ne fera qu'augmenter la fréquence et la gravité des catastrophes naturelles comme les inondations que le Québec et l'Ontario vivent présentement. Entrevue avec Jean-François Boucher, professeur en éco-conseil au Département de sciences fondamentales à l'Université du Québec à Chicoutimi.
12 mai 2017

International Recognition of Professional Excellence Prize 2017 to Etienne Laliberté
The IRPE Prize (International Recognition of Professional Excellence) honors a young ecologist (not older than 40 years) who has published uniquely independent, original and/or challenging research representing an important scientific breakthrough, and/or who must work under particularly difficult conditions. The Prize Winners are selected by a jury consisting of 7 distinguished ecologists, chosen by the ECI’s director. The IRPE Prize carries an endowment of Euro 3000. In 2017, this prize was awarded to Étienne Laliberté of Université de Montréal. The International Ecology Institute The International Ecology Institute  was founded in 1984 and is funded by Inter-Research . The ECI is a non-profit organization of research ecologists dedicated to fostering ecological knowledge and awareness.

12 mai 2017
L'album «Nos forêts chantées» initié par les Cowboys Fringants 
Un article dans le Huffington Post
Les Cowboys Fringants ont toujours eu à cœur l’environnement. Par l’entremise de leur fondation, ils proposent cette fois-ci un projet qui arrime musique et action sociale, afin de financer la plantation d’arbres. Pour y parvenir, ils ont mis à contribution des élèves québécois ainsi que plusieurs artistes connus : le résultat s’intitule Nos forêts chantées. Nous avons jasé avec un des membres des Cowboys Fringants, Jérôme Dupras.
11 mai 2017
La disparition des caribous devrait nous hanter 
Un texte d'opinion paru dans Le Soleil
Un texte d'Alison Munson - Je me souviens encore de ma seule observation de caribous des bois, trois spécimens, gris-brun avec leurs bois, en lent et élégant mouvement à travers une coupe à blanc récente, près du parc national des Grands Jardins. Ils ne tournent pas leurs têtes vers nous, même si notre camion ralentit pour les regarder : nous n'étions pas une menace, nous sommes de simples observateurs. Malgré cette courte séquence d'observation pendant plus de 30 ans dans la forêt boréale comme chercheure en écologie, leur image a laissé une empreinte forte et indélébile dans mon cerveau, jamais effacée.
9 mai 2017

Miguel de l'UQAC est finaliste du concours de la preuve par l’image 2017
Miguel Montoro Girona de l’UQAC est un des finalistes du concours de photographie scientifique « la preuve par l’image »  de l’ACFAS édition 2017. Son image montre l'explosion de la croissance des arbres résiduels après différentes coupes partielles et est la seule en foresterie. Les images finalistes sont exposées dans les aires payantes du Biodôme du 6 mai à la fin décembre 2017. On vous invite à visiter l’exposition. Ainsi, pour encourager Miguel, vous pouvez voter pour son image pour le prix du public sur le site web de l'émission Découverte .


À l’intérieur de l’arbre: l’explosion de la croissance
Description: Les arbres sont les témoins vivants du passé. Les cernes de croissance sont un vrai disque dur d’information, étant capables d’enregistrer tous les événements des écosystèmes terrestres : épidémies forestières, incendies ou changements climatiques. Ici, on montre la réponse explosive de la croissance des arbres situés en bordure de peuplement 10 ans après un traitement sylvicole expérimental. Sur le bord des routes, des sentiers et des rivières, il y a plus de lumière disponible, moins de compétition pour les ressources et la température du sol est plus haute. Dans ce milieu, l’épinette noire peut arriver à pousser 20 fois plus qu’à l’intérieur de la forêt. Nous avons tous une vague idée de ce qui se passe à l’intérieur des arbres, mais grâce aux cernes, nous pouvons connaître les secrets que les arbres gardent et résoudre de grandes énigmes de nos forêts.
8 mai 2017

Isabelle Laforest-Lapointe honoured at the SCEE
Isabelle Laforest-Lapointe  is one of the five winners of the Canadian Society of Ecology and Evolution #CSEE2017 Graduate Student Showcase! She received the opportunity to present her seminar in the "the big theatre" in the PhD diversity & excellence symposium. Bravo!


7 mai 2017
Climat : le grand stress forestier 
Une émission à Radio-Canada
Reportage complet de Chantal Srivatslava de 26 minutes à l'émission radio Les Années lumière de Radio-Canada avec Yves Bergeron sur les changements climatiques et l'aménagement forestier, en lien avec le premier anniversaire de grand feu de Fort McMurray. On y entend aussi Daniel Houle, membre régulier et chercheur au MFFP et à Ouranos, qui parle des effets de la sécheresse sur les forêts. Louis De Grandpré lui, nous parle des effets possible des changements climatiques sur la tordeuse des bourgeons de l'épinette.
7 mai 2017
Une épidémie de la tordeuse du bourgeon d'épinette menace les forêts 
Un article de Le Soleil
Une autre épidémie de la tordeuse des bourgeons de l'épinette frappe le Québec. Les experts s'en inquiètent car le réchauffement du climat lui ouvre de tous nouveaux garde-manger au Nord où l'insecte risque de ravager les forêts commerciales. L'impact est déjà senti: l'insecte a été trouvé cette année pour la première fois au Labrador, dans un territoire très au Nord, pour la première fois en 100 ans. | Article repris aussi dans Le Devoir 
4 mai 2017
Réchauffement climatique: plus d'incendies de forêt à venir au Québec 
Un article de La Presse
Alors qu'on se souvient de l'incendie majeur qui a dévasté il y a un an les forêts des environs de Fort McMurray, en Alberta, des chercheurs québécois avertissent que le Québec n'est pas à l'abri. Un risque qui aura un impact grandissant sur la quantité de bois disponible pour l'exploitation forestière. Avec le réchauffement climatique, la sécheresse du territoire québécois va augmenter dans les prochaines années, tout comme les incendies de forêt, a soutenu mercredi le professeur et chercheur Yves Bergeron.
3 mai 2017
Un an après le feu de Fort McMurray 
Une émission de Radio-Canada
Entrevue avec Yves Bergeron UQAT-UQAM et Yan Boulanger du CFL dans le cadre du premier anniversaire du feu de forêt de Fort McMurray. Sur l'audiofil de l'émission de Radio-Canada Alberta, La Croisée, du 3 mai à 17h28.


25 avril 2017
Caribous de Val-d'Or: des biologistes sont furieux 
Un article de l'Écho Abitibien
Plusieurs voix s'élèvent, dont celles de nombreux biologistes, pour dénoncer la décision du gouvernement de relocaliser les caribous de Val-d'Or au zoo de Saint-Félicien, dont Martin-Hugues St-Laurent. "Nous sommes estomaqués de voir cette ligne qui a été franchie, et énormément de chercheurs sont troublés de voir le signal que cela envoi". Jacques Nadeau, relationniste au ministère des Forêts a précisé que les caribous ne seraient pas réintégrés à leur milieu naturel. «Ils vont s'en aller de manière définitive», a-t-il expliqué en entrevue. Or, selon Martin-Hugues St-Laurent, spécialiste du caribou de l'Université du Québec à Rimouski, c'est un non-sens. «Si on souhaitait ultimement les réintroduire lorsque l'habitat va devenir plus favorable dans une quinzaine ou vingtaine d'années, suite à des efforts sur l'aménagement du territoire, les biologistes pourraient saluer cette initiative, explique-t-il. Présentement, c'est un aller simple, ce qui veut dire qu'il y a aucun effort de restauration qui va être fait, puisqu'on va les laisser mourir au zoo.»


24 avril 2017
Caribous au zoo : un biologiste de l’UQAR y voit un échec 
Un article de Radio-Canada
La décision de Québec de déménager le troupeau de caribous de Val-D'Or au zoo de Saint-Félicien déçoit le spécialiste du caribou de l'UQAR, Martin-Hugues St-Laurent. Il craint qu'on ait créé un précédent et soulève la possibilité de voir la manœuvre se reproduire en Gaspésie ou ailleurs.


21 avril 2017

Finaliste de Ma thèse en 180 secondes de France!
Carole Batianelli, étudiante en cotutelle UQAT-Université de Montpellier 2, s'est rendue à la demi-finale française du concours "Ma thèse en 180 secondes". Son projet s'intitule "Changements globaux et dynamiques forestières des pessières du Québec au cours des 8000 dernières années". Vous pouvez voir sa performance ici à partir de 36'30 .

21 avril 2017
A new species found by Jenna Jacobs & Colin Bergeron 
Un article dans Zookeys
Jenna Jacobs, qui a fait son doctorat au CEF sous la direction de Timothy Work, avec son collègue Colin Bergeron, a récemment publié la découverte d'une nouvelle espèce de coléoptère; découverte issue de ses travaux à la maîtrise à EMEND (U of Alberta). Ils ont nommé cette espèce en l'honneur de leur mentor et ami John R. Spence , professeur-chercheur à UofA. Bravo!
Quedius (Raphirus) spencei Jacobs and Bergeron, new species, (Coleoptera: Staphylinidae), is described based on specimens from two localities (type locality: 35 km. E Dixonville, Alberta, Canada) in the Boreal Forest. Male genitalia are illustrated, compared with congeners (Q. rusticus Smetana and Q. simulator Smetana) in the Aenescens species group, and included in a slightly modified key to the species of Quedius.
13 avril 2017
Les changements climatiques pourraient faire augmenter la production de sirop 
Un article de Radio-Canada
Les changements climatiques pourraient avoir un effet bénéfique pour la production acéricole au Bas-Saint-Laurent. C'est ce que soutient le titulaire de la chaire de recherche en écologie intégrative de l'Université de Sherbrooke, Dominique Gravel. M. Gravel affirme que les changements climatiques auront pour effet de changer la composition des forêts. Il estime qu'à long terme, les érables se feront plus rares au sud de la province, aux États-Unis et en Ontario, mais ils seront davantage présents dans la région. Selon le chercheur, ces changements concentreront la production acéricole dans certaines régions du Québec, notamment au Bas-Saint-Laurent. Il affirme qu'à long terme, le paysage forestier de la région pourrait être dominé par l'érable à sucre.
5 avril 2017
Un franc succès pour les premières Journées de la recherche et de la création de l'UQAT 
Un communiqué de l'UQAT
L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) se réjouit du franc succès qu'ont connu ses toutes premières Journées de la recherche et de la création qui ont eu lieu du 27 au 31 mars. En effet, visant à faire connaître les travaux des professeurs et des étudiants de l'UQAT ainsi qu'à outiller ces derniers par diverses conférences pertinentes, ces journées se sont déroulées sous le signe de la réussite en accueillant pas moins de 700 personnes. Au total, ce sont une centaine de personnes, principalement des professeurs, des étudiants et des membres du personnel, qui ont participé à l'organisation de ces journées. À Val-d'Or, le professeur titulaire de la Chaire de recherche du Canada en foresterie autochtone et directeur de l'École d'études autochtones, Hugo Asselin, et la professeure à l'École d'études autochtones, Suzy Basile, ont présenté une conférence portant sur l'éthique de la recherche autochtone à près d'une cinquantaine de personnes.
5 avril 2017

Un article dans Actualités UQAM
Top 10 mondial en foresterie 
Les chercheurs en foresterie de l'UQAM et de l'Université Laval se classent respectivement au sixième et au septième rang dans le Top 10 mondial du Center for World University Rankings (CWUR), dans la catégorie #Forestry. «Une belle reconnaissance pour tous les membres du Centre d'étude de la forêt et leurs collaborateurs!», souligne fièrement le CEF sur son site web. CWUR établit un classement des meilleures universités pour 227 domaines de recherche en se basant sur le nombre d'articles publiés dans les meilleures revues à l'échelle internationale. Aucun sondage ne sert à établir ces classements et les universités n'ont pas à soumettre leur candidature. Les données utilisées sont fournies à CWUR par Clarivate Analytics, anciennement Intellectual Property and Science Business of Thomson Reuters.

31 mars 2017

Laforest-Lapointe honorée deux foix!
Isabelle Laforest-Lapointe, qui vient tout juste de défendre sa thèse de doctorat sous la direction de Steven Kembel et Christian Messier, s'est mérité le prix de la recherche pour la meilleure publication étudiante de la Faculté des Sciences de l'UQAM. S'ajoute à cela le mérite du prix DIVERSITY AND EXCELLENCE IN DOCTORAL RESEARCH AWARD de la Canadian Society of Ecology and Evolution. C'est ce qu'on appelle une excellente semaine, bravo!

30 mars 2017

2 prix pour Anne Cotton-Gagnon
L'étudiante à la maîtrise Anne Cotton-Gagnon, qui est dirigée par Martin Simard et Daniel Kneeshaw, a récemment gagné deux prix du "Graduate Student Award" lors du SERG-International Workshop  qui s'est tenu en février en Alberta. Anne travaille sur la comparaison de la défoliation de la régénération du sapin baumier et de l'épinette noire pendant une épidémie de la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Félicitations!

30 mars 2017
Le biomimétisme, un outil de développement durable ? 
Un article dans Gaïa Presse
César Gabillot, stagiaire dans le laboratoire de Daniel Kneeshaw, a récemment publié un article de vulgarisation sur le biomimétisme, paru dans Gaïa Presse. Félicitations et bonne lecture!
16 mars 2017
Moins de financement pour la recherche dans le secteur forestier 
Un article sur le site de Radio-Canada
La recherche dans l'industrie forestière vit des moments difficiles en Abitibi-Témiscamingue. La Chaire en foresterie de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) n'a amorcé aucune nouvelle recherche depuis plus de deux ans, faute de financement de la part du gouvernement du Québec. | Entrevue audio 
13 mars 2017
2 chercheurs méritent une subvention FCI 
Un article dans UdeM Nouvelles
François Girard, du département de géographie et Étienne Laliberté, du département de biologie, font partie des chercheurs de l'Université de Montréal qui ont reçu une cagnotte totale de 10 millions de dollars de la Fondation canadienne pou l'innovation. François Girard a reçu un montant de 310 000 $ pour son projet Dynamique spatio-temporelle de le régénération des forêts d'épinettes noires dans l'est du Canada; alors qu'Étienne Laliberté a reçu 129 000 $ pour la mise en place d'un laboratoire d'écologie fonctionnelle des plantes. Félicitations!
8 mars 2017
La fidelité au territoire change selon les saisons chez le caribou forestier 
Un article dans Actualités UQAM
Espèce vulnérable au Québec et en péril au Canada, le caribou forestier, ou caribou des bois, souffre des perturbations environnementales – principalement l'aménagement forestier et les feux de forêt – qui avantagent ses prédateurs. «La principale préoccupation d'un caribou forestier est d'éviter d'être mangé par un prédateur, souligne avec humour Pierre Drapeau, professeur au Département des sciences biologiques et directeur du Centre d'étude de la forêt. Les tactiques anti-prédatrices passent souvent par la façon de se déplacer sur un territoire. C'est le jeu du chat et de la souris!» Pour assurer leur survie et celle de leurs faons, les caribous changent donc de territoire – ou non – au gré des saisons, de la disponibilité de la nourriture et des risques de prédation. La stratégie fonctionne-t-elle? C'est qu'a voulu savoir une équipe de chercheurs issus de l'UQAR, de l'UQAM et de l'Université Laval.
3 mars 2017
L’UQAC publie dans PLOS ONE 
Un article dans UQAC Actualités
Étudiant au doctorat en biologie de l’UQAC, Miguel Montoro Girona a récemment vu l’un de ses articles publiés dans le prestigieux journal américain PLOS ONE, la plus importante publication multidisciplinaire en accès libre au monde. Intitulé Understanding tree growth responses after partial cuttings : A new approach, l’article a été mis en ligne le 21 février dernier. C’est auprès son directeur de recherche Hubert Morin , de son codirecteur Jean-Martin Lussier (Ressources naturelles Canada), du professeur Sergio Rossi ainsi que du professionnel de recherche Denis Walsh que Miguel Montoro Girona a effectué les travaux qui ont mené à la création de cette publication. Le projet de recherche, qui avait comme but principal d’évaluer l’efficacité de la coupe progressive régulière (CPR) comme alternative sylvicole dans le cadre d’aménagements forestiers écosystémiques des pessières noires, a pu se concrétiser notamment par la création et par l’utilisation d’un dispositif expérimental qui est, à plusieurs égards, unique au monde. Pour découvrir le dispositif, effectuez une courte visite virtuelle .
3 mars 2017
Locating hotspot biomass could accelerate sector growth 
Un article dans Wood Bbusiness
A recent study aimed at identifying untapped biomass hotspots in Canadian forests has produced findings that could help Canada to mobilize its wood-based bioenergy supply chain. The study – a collaboration between researchers with the Canadian Forest Service’s (CFS) Laurentian Forestry Centre and Université Laval’s Faculty of Forestry, Geography and Geomatics – used remote sensing technologies to estimate the spatial distribution and theoretical availability of biomass sourced from harvest residues and fire-killed trees nationwide. “We were trying to quantify, estimate, and locate where the potential for bioenergy existed from harvest residue and fire-damaged stands,” explains Nicolas Mansuy, a forest landscape researcher and the principal author of the study. “We wanted to see if you could use these resources, and gain an idea of the variability and volume available each year.” | L'article a aussi été paru dans Canadian Biomasse Magazine 
1 mars 2017
Les arbres modifient leurs cimes en fonction de leurs voisins 
Un article dans Actualités UQAM
Les arbres poussant en communautés d'espèces différentes modifient la forme de leurs cimes afin de «mieux vivre» ensemble. C'est ce qu'a démontré la doctorante Laura J. Williams, de l'Université du Minnesota, dans une étude dont les résultats viennent d'être publiés dans Nature Ecology & Evolution. Les professeurs Christian Messier et Alain Paquette, du Département des sciences biologiques et du Centre d'étude de la forêt, ainsi que Jeannine Cavender-Bares et Peter Reich, de l'Université du Minnesota, sont cosignataires de cet article. «Les arbres sont des organismes sociaux, souligne Christian Messier. Dans les forêts, les interactions sont multiples et les arbres ont développé une certaine façon d'échanger de l'information entre eux, ce qui leur permet de "mieux vivre" ensemble. Certains groupes d'espèces qui poussent ensemble sont plus productifs que d'autres, particulièrement par rapport aux communautés plus homogènes faites d'une seule espèce.»
1 mars 2017
La biodiversité, à quoi bon ? 
Un article dans La Presse
À vue de nez, c’est simple comme bonjour et aussi évident que la couleur du ciel : la biodiversité est une belle et bonne chose qu’il faut préserver des menaces (très réelles) que l’humanité fait peser dessus partout dans le monde. Et ce n’est pas seulement par attachement sentimental envers toute et chacune des petites bêtes de cette planète qu’il faut le faire mais aussi, peut-être surtout, parce que cette diversité de vie rend de précieux «services» à ladite humanité. Il est en effet bien établi en biologie que les écosystèmes les plus diversifiés sont aussi ceux qui, en moyenne, sont les plus productifs — ce qui signifie plus de filtration de l’eau, plus de capture du CO2, plus de nourriture, plus de matériaux de construction, etc. Bref, c’est simple et évident au point d’être incontestable, disais-je… jusqu’à ce qu’on lise ce texte ma-gni-fi-que du chercheur de l’Université de Sherbrooke Mark Vellend, qui vient de paraître dans la revue American Scientist. Quiconque lit l’anglais devrait le zieuter sans attendre, parce qu’on s’y rend compte qu’il n’y a justement rien de simple là-dedans. En fait, il n’est pas si évident que ça que l’argument des «services», très souvent invoqué pour défendre les politiques de protection de la biodiversité, tienne vraiment la route…
16 février 2017
Christian Messier personnalité de l’année "Radio-Canada/Le Droit" en Santé, sciences et technologies 
Un communiqué de l'UQO
Christian Messier, professeur à l'UQAM et en sciences naturelles à l’UQO et directeur de l’Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT), est le lauréat de la Personnalité de l’année LeDroit/Radio-Canada 2016 dans la catégorie Santé, Sciences et Technologies. Le professeur Messier était parmi les finalistes au Gala Personnalité de l’année LeDroit/Radio-Canada, édition 2016, qui s’est déroulé le mercredi 15 février 2017, à l’UQO, dans la Grande salle du pavillon Alexandre-Taché. Ce gala réunit toutes les personnes qui ont reçu le titre de personnalité de la semaine au cours de l'année 2016. Le professeur Messier s’est pour sa part démarqué dans la catégorie sciences. Rappelons que monsieur Messier avait reçu, le 12 décembre 2016, le titre de personnalité de la semaine. Le directeur de l’ISFORT a été honoré après avoir reçu le prestigieux Prix Humboldt l’automne dernier. Le professeur est parmi les 100 chercheurs dans le monde à obtenir ce prix remis par la Fondation Alexander von Humboldt, en Allemagne. « Je suis surpris et ému, affirme Christian Messier. Je remercie tous mes étudiants et mes collègues qui ont grandement contribué à cette reconnaissance et j'aimerais dédier ce prix à la science et à la véracité des faits ! » | Article de Radio-Canada 
16 février 2017
Cinq partenariats stratégiques du CRSNG 
Un article dans Le Fil
Cinq professeurs de l’Université comptent au nombre des 94 chercheurs canadiens qui ont obtenu des subventions de partenariat stratégique pour les projets, attribuées par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Steven Cumming, du Département des sciences du bois et de la forêt, a reçu 684 000$ pour son projet portant sur la conservation des oiseaux dans les forêts aménagées.
16 février 2017
Un coup de pouce à la grive de Bicknell 
Un article dans Le Fil
L’Université Laval, la Fondation de la faune du Québec (FFQ) et le Séminaire de Québec ont paraphé aujourd’hui une entente visant la création d’un site de conservation pour la grive de Bicknell. D’une durée de 40 ans, cette entente prévoit que 40 hectares de forêts situées sur les terres du Séminaire de Québec, dans la Seigneurie de Beaupré, seront aménagés de façon à protéger l’habitat de cette espèce. En vertu de l’accord, la Fondation de la faune versera, au nom de l’Université, un loyer totalisant 40 000$ au Séminaire de Québec.
15 février 2017
The scientific link between Canada and Catalonia strengthens 
Un blogue du CTFC
Forestry scientists from Canada and Catalonia have been working together over the last three years in the framework of the Newforests project, which has focused on the international exchange of knowledge. About to finish the project, principal investigators from the institutions taking part have met in Montreal to explore new possibilities for the future. During the three-year project Newforests, more than fifty researchers have moved between the two continents in order to continue and enrich their researches. Fruit of this exchange, different strategies around sustainable forest management, biodiversity and dynamics of forests have been developed, and more than 30 articles in international journals have been published, as well as book chapters and international workshops. In the same line of reasoning, Pierre Drapeau, co-director of the CÉF emphasized the success of NEWFORESTS in developing a successful network of scientific collaborations between Quebec and Catalonia forest science researchers. However, Pierre Drapeau explains that “consolidation of such collaborations will require increased funding specifically aimed to support international initiatives such as Newforests by Quebec and Canadian research agencies”. The CÉF is willing to work in that direction in the coming years. In order to gather the main scientific results, CTFC has created an interactive report, available here .
14 février 2017
La grive de Bicknell verra son territoire protégé à l’est de la Forêt Montmorency 
Un article de Gaïa Presse
L’Université Laval et le Séminaire de Québec ont signé hier une entente de 40 ans afin de préserver un habitat faunique pour la grive de Bicknell, un petit oiseau de la même famille que le merle d’Amérique, menacé de disparition en raison de la perte et de la modification de ses habitats. Cette entente est officialisée par la signature d’un bail de conservation d’une valeur de 40 000$, dont l’Université Laval accepte d’être le titulaire. Le projet sera financé par la Fondation de la faune du Québec, par l’entremise du Fonds pour l’habitat des oiseaux du Québec, créé conjointement avec QuébecOiseaux. Ce fonds soutient des projets de protection et d’aménagement d’habitats pour les oiseaux. Au cours des quatre prochaines décennies, l’Université Laval, en collaboration avec le Séminaire de Québec, pourra réaliser des projets de recherche sur ce territoire forestier protégé tout en s’assurant de la protection de l’habitat de la grive de Bicknell. « Cette initiative est le résultat d’un partenariat qui permettra de conserver dans le temps et dans l’espace un habitat adéquat au maintien des populations de cette espèce. L’habitat de la grive de Bicknell se caractérise, en milieux forestiers aménagés, par la présence de jeunes forêts denses en territoire montagneux. L’aire désignée va être appelée à se déplacer, dans le temps et dans l’espace. Au fur et à mesure que la forêt vieillira, le Séminaire de Québec pourra s’assurer de maintenir pour la grive de Bicknell 40 hectares d’habitats propices pour permettre la nidification de cet oiseau et perpétuer ainsi la présence de l’espèce sur la Seigneurie de Beaupré », a mentionné Éric Bauce.
14 février 2017

Un reportage à la Semaine Verte
Un chercheur a développé un outil original pour prédire le comportement des mammifères. Chaque hiver, il parcourt en raquettes des centaines de kilomètres avec des bénévoles afin de cartographier les traces d’animaux sur la neige. Ses résultats remettent en question certains dogmes enseignés en biologie.

10 février 2017

Un article dans Le Droit
L'art et la science peuvent cohabiter. La preuve vivante de cette affirmation, Jérôme Dupras, bassiste des Cowboys Fringants, fait régulièrement la navette entre Ripon et Montréal, afin d'assouvir ses deux passions : la musique et la recherche. La semaine, Jérôme Dupras est enseignant au Département des sciences naturelles de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) et chercheur à l'Institut des Sciences de la Forêt tempérée (ISFORT), à Ripon, où il dirige le laboratoire d'économie écologique. Sous son aile, on retrouve une vingtaine d'étudiants gradués et de stagiaires post-doctoraux. Les fins de semaine - et pas mal à tous moments lors des périodes de tournée plus intensives -, professeur Dupras va rejoindre ses acolytes des Cowboys Fringants pour fouler les planches et jouer devant des salles bondées, au Québec comme en France.

10 février 2017

Un article dans The Globe & Mail
Primates are now so threatened by human activity that the group is heading for “a major extinction event” by the middle of this century, scientists warn. The grim forecast comes from a global assessment of all known species of primates, the mammalian order to which humans belong and whose members are most like us in their biology and behaviour. Most primates are tree dwellers that live in tropical forests, and those environments are disappearing at an alarming pace, mainly to make room for agriculture, but also for logging, mining and other industrial activities. Colin Chapman, a primatologist at McGill University who was not involved in writing the report, agreed with its conclusions. “It really does paint a pretty dire picture and it stresses the need that we’re going to have to stop business as usual if we want to continue to have primates in our world,” he said. Dr. Chapman, who has worked extensively in Uganda, among other field locations, added that there are many examples where conservation efforts have succeeded at a local level once communities are on board. “We need to scale that up to a global level,” he said.

7 février 2017

Un article dans Le Quotidien
Étudiant au doctorat en biologie à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) sous la direction d'Hubert Morin, l'espagnol Miguel Montoro Girona a à coeur la forêt boréale, pour laquelle il a eu un énorme coup de coeur lorsqu'il est arrivé dans la région. Il souhaite donc trouver une façon durable de l'exploiter, grâce à son projet de recherche intitulé Régénération, croissance et réponses écologiques des pessières noires soumises à différents systèmes de coupes progressives. Plus précisément, l'étudiant se penche sur les méthodes d'exploitation de l'épinette noire dans la forêt boréale. « C'est une espèce transcontinentale. Elle est également très intéressante du point de vue industriel pour les caractéristiques de son bois. Concrètement, 75 % du volume d'arbres coupés au Québec viennent de l'épinette noire. C'est la "star" ! », raconte-t-il.

3 février 2017

Le CEF à l'honneur dans la revue Botany
Un choix éditorial de Botany
Les travaux du CEF sont mis en vedette par les éditeurs de la revue Botany. En effet, la rédactrice en chef invitée est Nicole Fenton qui a écrit: Pareil comme avant : numéro spécial consacré à la restauration des terres humides et des forêts boréales. Dans son introduction du numéro spécial intitulé « Bryophytes et graminoïdes : rôles clés dans la restauration des terres humides et des forêts boréales » et son commentaire intitulé « Applied ecology in Canada’s boreal: a holistic view of the mitigation hierarchy and resilience theory », la rédactrice en chef invitée, Nicole Fenton, aborde les impacts des perturbations anthropiques sur les écosystèmes du biome boréal et souligne l’importance des bryophytes et autres plantes de sous étage comme indicateurs de succès de la restauration. Jetez un coup d’œil sur les autres articles de ce numéro spécial qui portent sur la restauration de plusieurs écosystèmes. [Botanique 94 (11)] » Lire l'article 

Sans parler que le deuxième article mis en vedette souligne aussi les travaux du CEF. Intitulé Un partenariat efficace : une bactérie, un champignon et un arbre, l'éditeur souligne: Dans leur article intitulé « Phosphate-solubilizing bacteria isolated from ectomycorrhizal mycelium of Picea glauca are highly efficient at fluorapatite weathering », Laurent Fontaine, Nelson Thiffault, David Paré, JAndreFortin|J.-André Fortin et Yves Piché ont étudié la capacité des bactéries solubilisatrices de phosphates (BSP) à altérer des cristaux de fluorapatite pour libérer le phosphore nécessaire aux champignons ectomycorhiziens (ECM) associés à l’épinette blanche. Les auteurs ont été en mesure d’isoler et d’identifier des BSP qui associées étroitement au champignon ECM qui domine la rhizosphère de Picea glauca. Ils ont également montré que lorsque le champignon ECM Laccaria bicolor est privé d’une source soluble de phosphore, des souches précises de BSP colonisent ses hyphes. [Botanique 94 (12)] » Lire l'article 

2 février 2017
Hurler aux loups 
Un article dans Le Fil
Les loups ne sont pas insensibles aux imitations de leurs hurlements, mais ils ne modifient pas substantiellement leurs comportements de déplacement pour autant. C’est la conclusion à laquelle arrivent trois chercheurs associés au Centre d’études nordiques qui ont étudié les répercussions de ces pseudo-hurlements sur les loups de la forêt Montmorency.
1 février 2017
La présence de skieurs et de randonneurs : bénéfique ou néfaste à la survie du caribou de la Gaspésie? 
Un article dans UQAR-Info
Candidat au doctorat en biologie à l'UQAT et membre du CEF, Frédéric Lesmerises constate que l’aménagement du territoire et la présence humaine conduiraient au déclin du caribou au Parc national de la Gaspésie, où il ne resterait qu’une centaine d’individus à ce jour. Sa thèse jette un nouvel éclairage sur les défis de la cohabitation entre humains et grande faune. Le projet de recherche de M. Lesmerises vise à comprendre comment les modifications du paysage influencent le déclin du caribou. « L’objectif est d’évaluer l’impact de l’évolution naturelle de l’habitat du caribou et de son aménagement sur les comportements – et sur le déclin – des caribous. Je cherche notamment à déterminer si les randonneurs et les skieurs vont être bénéfiques, en éloignant les prédateurs, ou plutôt néfastes, en dérangeant les caribous au point de modifier leur utilisation de l’espace », explique le chercheur. Cette recherche s’inscrit dans les travaux de l’équipe de recherche en gestion de la faune terrestre du professeur en écologie animale Martin-Hugues St-Laurent, où la condition physique, l’habitat, le régime alimentaire et la population des caribous sont étudiés. Le professeur spécialiste du caribou montagnard Chris Johnson (University of Northern British Columbia) codirige la thèse de M. Lesmerises. | Article scientifique publié dans Ecology & Evolution 
31 janvier 2017
PNAS Featured Video 
Un article dans PNAS
Martin Girardin et al.‘s article has been selected as this week’s featured video on the PNAS website on the News page. That's what we call great visibility!


31 janvier 2017
Courts billets portant sur la biologie des mycorhizes 
Un blog sur AgriRéseau
Notre chercheur émérite J. André Fortin présente 5 capsules intéressantes sur la biologie des mycorhizes. À lire pour s'initier ou pour se refaire une tête sur ce sujet si fascinant!


30 janvier 2017
L’épinette noire de l’Abitibi menacée par les changements climatiques 
Un article dans La Frontière et le Citoyen
Contrairement à ce qui est communément admis, le réchauffement et la hausse du CO2 dans l’atmosphère induits par les changements climatiques pourraient ne pas favoriser la croissance des arbres en milieu boréal. Dans le cas de l’épinette noire, une essence particulièrement prisée par les usines de l’Abitibi-Témiscamingue, il y aurait même un déclin.
27 janvier 2017
Le ver de terre menace nos forêts 
Une article dans La Presse + et une chronique à Radio-Canada
Réputé pour ses bienfaits au jardin, le ver de terre est maintenant considéré comme une nuisance pour nos forêts. Depuis l’été dernier, le parc du Mont-Tremblant demande aux pêcheurs de jeter leurs appâts aux ordures à la fin de leur excursion, imitant ainsi l’Alberta et plusieurs États américains, dont le Minnesota. Explications. Tanya Handa, membre du CEF a parlé au journaliste Pierre Gingras en préparation pour sa chronique avec Catherine Perrin à Radio Canada . On y parle entre autre des travaux de Robin Beauséjour au Mont-Saint-Hilaire (ancien étudiant de Tanya Handa et Mark Vellend) et de la méta-analyse de Dylan Craven (ancien membre du CEF) publié dernièrement dans Global Change Biology.
26 janvier 2017
Le méthane sous surveillance 
Une article dans Actualités UQAM
Changhui Peng contribue au lancement d'un nouvel outil de visualisation des émissions de méthane.
Le professeur Changhui Peng, du Département des sciences biologiques et de l'institut des sciences de l'environnement, fait partie des chercheurs qui ont participé à l'élaboration d'un nouvel outil de visualisation des émissions de méthane à l'échelle mondiale (CH4). «Cette plateforme présente à la fois les sources naturelles et anthropiques de méthane», explique le chercheur. Ce projet est une collaboration entre les instituts de recherche qui participent au Global Carbon Project. Créé en 2001, cet «Atlas mondial du carbone» est une plateforme internet destinée à compiler et à visualiser les données les plus récentes sur les flux de carbone résultant des activités humaines et des processus naturels. «Les impacts des activités humaines sur le cycle du carbone sont la cause la plus importante des changements climatiques», rappelle le professeur Peng, qui est le seul chercheur universitaire canadien à participer à ce projet.
26 janvier 2017
La sécheresse frappe les forêts de la planète 
Une article dans La Presse
Vanté comme un fertilisant par les climatosceptiques, le gaz carbonique rejeté par milliards de tonnes dans l'atmosphère par les humains n'a pas l'effet escompté : à cause de la sécheresse, les arbres ne poussent pas plus vite et n'en absorbent pas plus. C'est ce qui ressort de deux études publiées récemment, l'une sur la forêt boréale canadienne et l'autre sur l'ensemble des forêts du monde. Certains scientifiques - et c'est aussi un des arguments des climatosceptiques - comptaient sur la capacité des plantes d'absorber plus de gaz carbonique, le principal gaz à effet de serre (GES). Des expériences en vase clos laissaient croire que cela pourrait se produire. « La capacité des arbres de croître plus vite en présence de CO2 n'est pas vraiment là », affirme Martin Girardin, chercheur scientifique au Service canadien des forêts et professeur associé à l'UQAM. [..] Donc, les arbres n'ont pas capté plus de carbone, à tout le moins au-dessus du sol. En effet, on ne dispose pas de données sur la croissance des racines, une lacune de cette étude, note Christian Messier, titulaire de la chaire CRSNG/Hydro-Québec, sur le contrôle de la croissance de l'arbre, à l'UQAM. « On avait beaucoup espéré que l'augmentation du CO2 accélérerait la croissance, mais on voit que ce n'est pas le cas », résume M. Messier.
18 janvier 2017
Une chaire de recherche créée pour étudier la tordeuse des bourgeons de l'épinette 
Un article dans Le Quotidien
L'influence de la tordeuse des bourgeons de l'épinette sur les paysages forestiers pourra être étudiée en long et en large, au cours des cinq prochaines années. L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) met une expertise en place en annonçant la création de la Chaire de recherche industrielle sur la croissance de l'épinette noire et l'influence de la tordeuse des bourgeons de l'épinette sur la variabilité des paysages en zone boréale. Le professeur et chercheur au Département des sciences fondamentales de l'UQAC, Hubert Morin, est le titulaire de la chaire. Un montant de 3 555 000$ a été accordé afin d'assurer les activités. Produits forestiers Résolu fait sa part en octroyant une aide de 1 500 000$ en argent et biens, tout comme le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada avec le soutien d'un million dollars.
17 janvier 2017
Scientists identify the real king of the forest: fungus 
Un article dans The Globe and Mail
Scientists have long known that plants and soil fungi can form symbiotic relationships, called mycorrhizas, in which plants provide carbon in exchange for other nutrients such as phosphorus or nitrogen. Less clear is how these relationships can affect the larger natural landscape. To explore the question, Dr. Klironomos, together with collaborators across Canada and the United States, investigated 550 separate forest locations from Nova Scotia to Northern California. In each location they identified a mature tree and collected root, seeds and soil samples. The trees were chosen based on what type of mycorrhiza they formed with fungus. Most tree species do so internally, allowing the fungi to colonize their tissues. But for some species – particularly evergreens – the mycorrhiza forms an external and encasing sheath around the entire root system and can also sprout mushrooms. It is this difference that appears to influence where trees tend to grow, Dr. Klironomos said. Etienne Laliberté, a plant biologist at the University of Montreal and a co-author of the Australian study, said the work demonstrated that fungi are not simply passengers but drivers of plant diversity.


16 janvier 2017
Réactions mitigées au projet d’élevage de caribous forestiers 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
Le maire de La Doré, Jacques Asselin, propose une solution originale pour protéger le caribou forestier sans affecter l'industrie forestière : faire l'élevage du cervidé.


13 janvier 2017
Pourquoi des arbustaies australiennes ressemblent-elles à des «forêts tropicales miniatures»? - Paru dans Science 
Un article dans UdeM Nouvelles
Une nouvelle étude d'Étienne Laliberté sur la flore australienne met en lumière le rôle majeur que jouent les organismes du sol dans le maintien de la biodiversité végétale au sein des écosystèmes riches en espèces. Dans un article publié aujourd’hui dans la prestigieuse revue Science, une équipe de chercheurs d’Australie, du Canada, de Suède et du Panama, dirigée par le professeur Étienne Laliberté, du Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal, suggère qu’une partie de la réponse réside dans la myriade d’organismes du sol associés aux racines. | Article dans Science  | Perspective de l'article  | Why are Australia's shrublands like "knee-high tropical rainforests"? 
13 janvier 2017

Le réchauffement climatique n'a pas les effets escomptés sur la croissance de la forêt boréale
Une entrevue à Radio-Canada
Suivant sa publication dans PNAS, voici deux entrevues radio données par Martin Girardin cette semaine :

  • Radio-Canada Côte-Nord, émission « Boréale 138 » : Entrevue avec Michel Plourde (16h24, durée 7:30) | Écouter ici 
  • Radio-Canada Abitibi-Témiscamingue, émission « Région zéro 8 » : Entrevue avec Annie-Claude Luneau (16h50, durée 8:35) | Écouter ici 
12 janvier 2017
5,28 millions de dollars à l'UQAT 
Un article de TVA Nouvelles
5,28 millions de dollars à l'UQAT pour faire une plus grande place aux étudiants et à la recherche autochtone! Ce sont 2,05 millions de dollars qui proviennent du Fonds d'investissement stratégique pour les établissements post-secondaires du gouvernement fédéral et 3,23 millions de dollars du gouvernement du Québec par l'entremise du Plan Québécois des infrastructures. Rappelons qu'Hugo Asselin, membre du CEF, est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en foresterie autochtone et directeur de l'École d'études autochtones.
12 janvier 2017
Adieu nobles résineux? 
Un article dans Le Fil
Les arpenteurs qui ont dressé les premiers cadastres dans la vallée de la Gatineau ne soupçonnaient sûrement pas que les renseignements qu’ils colligeaient dans leurs carnets de terrain allaient être essentiels à une étude scientifique publiée deux siècles plus tard dans la revue Forests. Pourtant, c’est grâce aux précieuses informations contenues dans ces documents que l’étudiant–chercheur Jason Laflamme, maintenant à l’emploi du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP), sa directrice Alison Munson, du Département des sciences du bois et de la forêt et du Centre d’étude de la forêt, Dominique Arseneault, professeur à l’UQAR et chercheur au Centre d’études nordiques, et Pierre Grondin, du MFFP, ont pu documenter l’importante métamorphose forestière qu’a connue cette région à la suite de la colonisation.
9 janvier 2017
Le CO2 n'est pas un si bon engrais 
Un article dans Le Soleil
Le Soleil a publié un article mettant en vedette notre collègue Martin Girardin, qui a récemment publié une étude dans la prestigieuse revue scientifique PNAS – Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America intitulée No growth stimulation of Canada’s boreal forest under half-century of combined warming and CO2 fertilization. Cette publication fait partie du palmarès du Soleil intitulé « LES PERCÉES SCIENTIFIQUES EN 2016 » qui fait état des percées les plus marquantes de l'année 2016. A noter que l’étude de Martin a également fait la page couverture de l’édition du 27 décembre dernier de PNAS : Bravo!
6 janvier 2017
Photo de la FERLD à la une du PNAS 
Un article dans PNAS
Le numéro actuel de la revue PNAS (vol. 113 no. 52) présente une photo de couverture de la FERLD prise par Johann Housset. Cette photo fait le lien avec le récent article de Martin Girardin et al. sur les analyses dendrochronologiques de plus de 2800 arbres en forêt boréale canadienne, en lien avec les changements climatiques.


************************************************************************************************************************ ************************************************************************************************************************ Fin de la section Le CEF dans les médias. ************************************************************************************************************************ ************************************************************************************************************************

La forêt dans les médias ************************************************************************************************************************ ************************************************************************************************************************ Début de la section La forêt dans les médias. Insérez vos articles après ce bloc. **************************************************************************************************************** ****************************************************************************************************************

21 novembre 2017
Counting the carbon cost of forest destruction 
Un article dans Phys.org
he world is losing its trees, but at what cost? Better estimates of deforestation and degradation could shed light on the amount of CO2 emitted, refine climate models and help developing countries better manage their forests. The world is losing its trees, but at what cost? Better estimates of deforestation and degradation could shed light on the amount of CO2 emitted, refine climate models and help developing countries better manage their forests.
18 novembre 2017
De plus en plus de femmes dans le secteur forestier en Colombie-Britannique 
Un article dans Radio-Canada
De plus en plus de femmes occupent des postes de direction et terminent des études postsecondaires dans l'industrie forestière en Colombie-Britannique, l'un des secteurs clés de la province. Sally Aitken, doyenne associée en foresterie à l'Université de la Colombie-Britannique, a observé ce changement dans les salles de classe. 47 % des étudiants de premier cycle, et plus de la moitié des étudiants de cycle supérieur dans les programmes forestiers sont maintenant des femmes, fait-elle remarquer. « Nous sommes maintenant presque à l’équilibre hommes-femmes dans nos programmes éducatifs », souligne-t-elle.
17 novembre 2017
Bacterium in a beetle makes it a leaf-eater 
Un article dans Science Daily
A leaf-eating beetle has evolved a symbiotic relationship that allows the insect to break down pectin. The findings on the novel function of the bacterium, which has a surprisingly tiny genome -- much smaller than previous reports on the minimum size required for an organism not subsisting within a host cell.
17 novembre 2017
Réchauffement climatique: des signaux plus alarmants que jamais 
Un article dans Le Journal de Montréal
Reprise à la hausse des émissions de CO2, records de chaleur, montée des eaux: toujours plus alarmants, les indicateurs du réchauffement planétaire soulignent l’urgence d’agir alors que s’achève vendredi à Bonn la 23e conférence climat de l’ONU. Plus de 15 000 scientifiques de 184 pays ont lancé cette semaine un avertissement face aux risques de déstabilisation de la planète.
16 novembre 2017
Scientists Begin to Uncover The Mysteries of Antarctica's Vast Fossil Forests  
Un article dans Science Alert
Antarctica was not always the vast, icy expanse it is today. Around 260 million years ago, the continent was home to a lush patchwork of forests, and now scientists are studying their fossilised remains to understand more about our planet's past.
16 novembre 2017
Les ressources humaines en recherche universitaire au Québec, un sujet tabou 
Une lettre d'opinion dans Le Devoir
Dans le milieu de la recherche universitaire, il est stupéfiant de constater le peu de valeur accordée aux professionnels de la recherche. Chaque fois qu’un sujet de recherche est abordé dans les médias, il n’est question que de professeurs et d’étudiants-chercheurs.
15 novembre 2017
Un sommet pour établir un plan d’action pour la rareté de la main d’œuvre en aménagement forestier 
Un article dans le Journal L'Avantage
Un Sommet sur l’emploi en aménagement forestier où sont attendus des travailleurs, employeurs, élus municipaux, gestionnaires du secteur forestier et représentants des institutions d’enseignement aura lieu le 30 novembre à Rimouski.m Organisé à l’initiative du Comité action main-d’oeuvre – Forêt (CAMO), cet événement vise à jeter les bases d’un plan d’action pour assurer la relève des ouvriers forestiers manuels, techniques et de supervision dans un contexte où le milieu forestier appréhende un problème de rareté de la main-d’oeuvre. Les conditions de travail, la valorisation des métiers, le recrutement et la rétention figurent aux enjeux qui seront abordés lors des ateliers de travail prévus au sommet.
13 novembre 2017
Avertissement de plus de 15 000 scientifiques face à la dégradation de la planète 
Un article dans Le Journal de Montréal
Vingt-cinq ans après une première mise en garde d’une majorité de lauréats du prix Nobel, plus de 15 000 scientifiques de 184 pays lancent, dans une déclaration publiée lundi, un avertissement face aux risques de déstabilisation de la planète faute d’actions pour préserver l’environnement et les écosystèmes. En 1992, l’ONG «Union of Concerned Scientists» avec plus de 1700 co-signataires, avait émis «L’avertissement des scientifiques du monde à l’humanité» dans lequel ils argumentaient que l’impact des activités de l’homme sur la nature allaient probablement aboutir «à de grandes souffrances humaines» et à «mutiler la planète de manière irrémédiable». Un quart de siècle plus tard, ces scientifiques revisitent la mise en garde initiale dans une tribune qu’ils qualifient de «deuxième avertissement» | L'article scientifique 
10 novembre 2017
Les tensions prof-étudiant se révèlent à l'Université Laval 
Un article dans Le Devoir
Trois étudiants des cycles supérieurs sur quatre ont déjà éprouvé un sentiment de vulnérabilité avec leur professeur, selon une consultation
10 novembre 2017
Winners and losers of forest fragmentation 
Un article dans Science Daily
Breaking up the rainforest into small, isolated patches is forcing more species to live at the forest edge and putting those that are dependent on the forest core at risk. Eighty-five percent of species are now being impacted by this forest fragmentation.
10 novembre 2017
Investing in conservation pays off, study finds 
Un article dans Science Daily
Governments and donors have spent billions of dollars since the 1992 Rio Earth Summit attempting to slow the pace of species extinctions around the world. Now, a new article provides the first clear evidence that those efforts are working.
10 novembre 2017
Tropical forest reserves slow down global warming 
Un article dans Science Daily
National parks and nature reserves in South America, Africa and Asia, created to protect wildlife, heritage sites and the territory of indigenous people, are reducing carbon emissions from tropical deforestation by a third, and so are slowing the rate of global warming, a new study shows.
9 novembre 2017
Le feu pour faire vivre la forêt 
Un article dans Radio-Canada
Les monstrueux incendies que Parcs Canada a dû combattre dans l'ouest du pays ne l'empêchent pas de se lancer dans le brûlage – intentionnel – de milliers d'hectares de forêts protégées dans l'est. C'est que la science le confirme : les flammes jouent un rôle indispensable dans le maintien des écosystèmes. Écoutez le reportage de Jean François Bouthillette à l'émission Les années lumière, dimanche, 12 h 10, à ICI Radio-Canada Première.
9 novembre 2017
Huge carbon sink in soil minerals: New avenue for offsetting rising greenhouse gases 
Un article dans Science Daily
Soil holds more than three times the carbon found in the atmosphere, yet its potential in reducing atmospheric carbon-dioxide levels and mitigating global warming is barely understood. A researcher has discovered that vast amounts of carbon can be stored by soil minerals more than a foot below the surface. The finding could help offset the rising greenhouse-gas emissions helping warm the Earth's climate.
9 novembre 2017
L'espoir malgré tout 
Un article dans Actualités UQAM
L'héritage de Pierre Dansereau et l'avenir des sciences de l'environnement font l'objet d'un ouvrage codirigé par des Uqamiens. «La croyance aveugle dans les vertus de la croissance matérielle illimitée, la soumission aux lois du marché – même teintées de vert ou de durable –, l'hyperconsommation et la double persistance des asymétries Nord-Sud accompagnée du pillage implacable des écosystèmes et des déshérités de la modernité demeurent la trame de notre existence quotidienne au troisième millénaire». Ces quelques lignes d'introduction donnent le ton à l'ouvrage collectif L'espoir malgré tout. L'œuvre de Pierre Dansereau et l'avenir des sciences de l'environnement (Presses de l'Université du Québec).
9 novembre 2017
Éloigner la faune de la route : une étude porteuse 
Un article dans Radio-Canada
Chaque année, en moyenne 300 animaux sont happés par des automobilistes sur l'autoroute des Cantons-de-l'Est. Un an après l'installation d'une trentaine de caméras, l'organisme Corridor appalachien a une meilleure idée du comportement des différentes espèces de mammifères qui traversent l'autoroute. Pour contribuer à prévenir les collisions, Corridor appalachien collabore avec le ministère des Transports du Québec et l’Université Concordia dans le cadre d'une étude. L'objectif : créer des corridors fauniques sécuritaires sous l’autoroute. La trentaine de caméras installées l'année dernière ont permis de capter des dizaines de milliers de photographies.
7 novembre 2017
U.S. environmental group raises alarm on clear-cutting in boreal forest 
Un article dans The Star
U.S.-based Natural Resources Defense Council has taken issue with Canada’s commitment to climate leadership through a new report that says Canada is largely failing to measure and report carbon emissions from clear-cutting in the boreal forest with potentially huge global ramifications. Canada needs to both “live up to its rhetoric” and “ratchet up its ambitions,” said report author Josh Axelrod, an NRDC policy analyst, ahead of the annual UN climate change conference. This year’s conference, known as COP 23, is underway in Bonn, Germany.
3 novembre 2017
Crise de la biodiversité : pourquoi cela nous concerne tous 
Un article dans The Conservation
Le changement global que connaît notre planète est trop souvent associé aux seuls changements climatiques. Or il concerne aussi la biodiversité, avec ce processus appelé « crise de la 6ᵉ extinction ». [..] Selon une autre étude, on apprend que l’Europe a perdu 421 millions individus d’oiseaux ces trente dernières années ; de nombreuses espèces communes, comme les alouettes ou les mésanges, sont en fort déclin. Et ces derniers jours, la revue scientifique Plos One a fait beaucoup parler en publiant les résultats de travaux quantifiant pour la première fois le dramatique déclin des insectes volants sur le Vieux Continent.
2 novembre 2017
Move Over, Community Gardens: Edible Forests Are Sprouting Up Across America 
Un article dans Smithsonian Mag
Food forests may seem like a spin-off of community gardens, but there are distinct differences. Residents often have to pay to rent plots in community gardens, invest in the seeds and devote the labor required to maintain their plots—which can be a burden for low-income families who are strapped for cash and time. In contrast, food forests are funded through grants and, until the forests are self-sustaining, volunteers handle the labor; all hungry residents have to do is show up and pick their fill.
2 novembre 2017
Canada must save the woodland caribou 
Un éditorial dans The Star
Editorial - If government does nothing to protect the caribou, the outcome is all but certain: some alive today will live to see a country without caribou.
2 novembre 2017
Un «Mouvement 87 %» pour dénoncer la disparition des milieux naturels 
Un article dans Le Journal Métro
Plusieurs organisations demandent à la prochaine administration municipale de prendre des mesures pour protéger les milieux naturels de Montréal. La Coalition verte et le Sierra Club Québec dénoncent notamment la disparition des zones humides à Saint-Laurent et Pierrefonds.
2 novembre 2017
CHANGEMENTS CLIMATIQUES : IGNORER L’URGENCE 
Un éditorial dans La Presse
Les avertissements des climatologues selon lesquels la planète file tout droit vers une catastrophe environnementale d’envergure résonnent régulièrement dans l’actualité. Ils sont largement relayés mais ne semblent malheureusement pas créer une impression assez forte sur les dirigeants politiques pour les convaincre d’agir avec la détermination qui s’impose. Les experts ne crient pas au loup. Le sentiment d’urgence qui les habite est fondé et croît à mesure que la fenêtre d’action pour minimiser le réchauffement climatique rétrécit.
2 novembre 2017
Comment les écosystèmes influencent-ils le cycle du carbone? 
Un article dans UdeM Nouvelles
Une nouvelle étude souligne l’influence des conditions hydrométéorologiques sur la transformation à long terme des écosystèmes et révèle des failles dans les modèles climatiques.
1 novembre 2017
Déclin du caribou: les provinces ont failli à leurs devoirs 
Un article dans le Devoir
Le caribou forestier poursuit son déclin partout au pays, y compris au Québec, constate Environnement Canada. Le fédéral souligne d’ailleurs qu’aucune province n’a élaboré les plans de protection nécessaires pour freiner la destruction de l’habitat essentiel de cette espèce menacée de disparition.
31 octobre 2017
Une université de la Colombie-Britannique crée un système de préalerte des feux de forêt 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
Des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) disent avoir créé un système qui peut prévoir à 10 jours près où et quand des feux de forêt pourraient se déclencher.
31 octobre 2017
La foresterie retrouve ses lettres de noblesse 
Un article dans Le Quotidien
Les chiffres parlent d’eux-mêmes et le président de l’Association forestière régionale, Gérard Poulin, n’est pas peu fier du travail accompli pour redorer l’image d’un secteur économique toujours considéré comme le pilier de l’économie québécoise avec ses 60 000 emplois. L’association, qui célèbre son 75e anniversaire, tenait son congrès annuel sous le thème « Forêt Bois, une fierté à transmettre ». Pour cette année, l’association a mis de côté les débusqueuses, la science et les débats sur les conflits d’usage ou même les campagnes des écologistes. Elle a voulu rebrancher la population avec son histoire qui n’a pas si mal servi le développement du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
31 octobre 2017
New study maps priority areas around world to protect mammals 
Un article dans Phys.org
A new study led by ANU has mapped priority areas around the world to protect thousands of mammal species, with a focus on species with few close relatives including echidnas in Australia and PNG and lemurs in Madagascar. Lead researcher Dr Dan Rosauer said the team used maps of about 4,700 land mammals' habitats, and information on how species are related to each other, to identify important places across the world for protecting the world's mammal diversity. The study identified the top places in every continent, including parts of coastal Queensland, Australian deserts near Alice Springs, Sumatra and Java, Madagascar, India, China and Spain.
31 octobre 2017
Tropical forest reserves slow down global warming 
Un article dans Phys.org
National parks and nature reserves in South America, Africa and Asia, created to protect wildlife, heritage sites and the territory of indigenous people, are reducing carbon emissions from tropical deforestation by a third, and so are slowing the rate of global warming, a new study shows. An audit of the role protected areas of tropical forest play in preventing global warming shows they are preventing the release of three times as much carbon into the atmosphere as the UK emits each year.
31 octobre 2017
Les tourbières résistent au changement climatique 
Un article dans SwissInfo
Les tourbières sont nécessaires à notre écosystème car elles absorbent 67% du CO2 présent dans l'atmosphère. Des chercheurs de l'EPFL ont découvert qu'elles avaient une étonnante résistance au changement climatique. Leur disparition pourrait entraîner une hausse significative du CO2 dans l'air, indique vendredi l'Ecole polytechnique fédéral de Lausanne (EPFL). Il est donc essentiel de les préserver.
31 octobre 2017
The restored forest 
Un article dans Daily Nation
Rupi Mangat visits a Nairobi forest that's been uprooted and replaced with all-indigenous trees, boosting the local animal life.
31 octobre 2017
How beetles bounce back from forest fires 
Un article dans Science Daily
Research has illuminated the piecemeal patterns of recolonization among a hardy species of beetle regularly affected by managed burns.
31 octobre 2017
Les concentrations de CO2 ont atteint un record en 2016 
Un article dans Le Courrier
Les concentrations de CO2 dans l’atmosphère en 2016 ont atteint un record. Cette augmentation est liée au courant chaud El Niño et aux émissions, même si celles-ci se stabilisent, a indiqué lundi à Genève l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Les concentrations se sont élevées en moyenne dans le monde à 403,3 parties par million (ppm), une hausse de plus de 3 unités par rapport à l’année précédente. El Niño a diminué la capacité des forêts ou des océans à absorber du CO2.
31 octobre 2017
Brazil hopes to reward landowners for preserving Amazon forest 
Un article dans Reuters
The best way to further reduce deforestation in the Amazon rainforest is paying owners to preserve their land, and Brazil plans to discuss how to fund such a program at a climate summit next month, the country’s environmental minister said on Monday.
30 octobre 2017
Why Professors Are Writing Crap That Nobody Reads 
Un article dans Intellectual Takeout
Professors usually spend about 3-6 months (sometimes longer) researching and writing a 25-page article to submit an article to an academic journal. And most experience a twinge of excitement when, months later, they open a letter informing them that their article has been accepted for publication, and will therefore be read by… … an average of ten people.
30 octobre 2017
Le génome d’un champignon «tueur» de forêts séquencé 
Un article dans le Journal de Montréal
Il peut tuer 500 espèces de plantes différentes à lui tout seul et peser plus lourd que 500 éléphants: des chercheurs annoncent lundi avoir séquencé le génome d’armillaires, des champignons aussi courants que dévastateurs, une avancée qui devrait permettre de mieux protéger les forêts. «La plupart des espèces d’armillaires sont pathogènes et peuvent causer d’énormes dommages aux forêts et aux plantations, ainsi qu’à toutes les plantes ligneuses en milieu urbain», explique à l’AFP György Sipos de l’Université de Sopron en Hongrie, coauteur de l’étude publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution.
30 octobre 2017
La régénération de la forêt de Fort McMurray, « du bonbon pour les ours » 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
Les agents des pêches et de la faune ont capturé beaucoup moins d'ours cette année dans la zone urbaine de Fort McMurray, en Alberta. Ils n'ont plus à fouiner dans les poubelles, car la régénération de la forêt avoisinante après l'incendie de 2016 contient les ingrédients magiques d'un réel festin pour ours.
27 octobre 2017
Des probiotiques pour les chauves-souris 
Un article dans le Journal Métro
Des chercheurs canadiens mettront bientôt à l’essai une nouvelle tactique pour combattre une maladie qui a déjà tué des millions de chauves-souris à travers l’Amérique du Nord. «Le temps commence vraiment à presser parce que ce champignon est à quelques centaines de kilomètres de Vancouver, explique Cori Lausen, une biologiste de la Société de la conservation de la faune du Canada. Il est très probable que cette maladie apparaisse ici ce printemps.»
26 octobre 2017
The Japanese practice of 'forest bathing' is scientifically proven to be good for you 
Un article de WE Forum
The tonic of the wilderness was Henry David Thoreau’s classic prescription for civilization and its discontents, offered in the 1854 essay Walden: Or, Life in the Woods. Now there’s scientific evidence supporting eco-therapy. The Japanese practice of forest bathing is proven to lower heart rate and blood pressure, reduce stress hormone production, boost the immune system, and improve overall feelings of wellbeing.
26 octobre 2017
Extinction : notre capital naturel fond à vue d'oeil 
Un article de UP
Les données de la géologie et de la paléontologie nous renseignent sur l’existence d’une soixantaine de crises d’extinction des espèces depuis 600 millions d’années environ. Nous ne savons pas grand-chose sur ce qu’il s’est passé avant cette période, les espèces d’alors étant très peu fossilisables (en l’absence de squelettes externes et internes) et les traces éventuellement laissées ayant disparu. La géochimie nous apporte cependant de précieux renseignements, grâce au monde des bactéries et des protistes.
26 octobre 2017
Fossils from the world's oldest trees reveal complex anatomy never seen before 
Un article dans Science Daily
The first trees to have ever grown on Earth were also the most complex, new research has revealed. Fossils from a 374-million-year-old tree found in north-west China have revealed an interconnected web of woody strands within the trunk of the tree that is much more intricate than that of the trees we see around us today.
26 octobre 2017
La maladie de Lyme gagne encore du terrain 
Un article dans La Presse
La maladie de Lyme a encore gagné du terrain au Québec. Depuis janvier, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a recensé 259 cas, soit 80 cas de plus que l'année dernière. Et l'année 2017 n'est pas terminée. Parmi les 259 Québécois qui ont contracté la maladie cette année, 184 l'ont acquise ici même au Québec, selon le plus récent bilan partiel du MSSS, publié ce mois-ci sur son site internet.
26 octobre 2017
Fossils from the world's oldest trees reveal complex anatomy never seen before 
Un article dans Science Daily
The first trees to have ever grown on Earth were also the most complex, new research has revealed. Fossils from a 374-million-year-old tree found in north-west China have revealed an interconnected web of woody strands within the trunk of the tree that is much more intricate than that of the trees we see around us today.
25 octobre 2017
La disparition des surfaces boisées mondiales a bondi de 51 % en 2016 
Un article dans Le Monde
L’équivalent de la superficie de la Nouvelle-Zélande, en surfaces forestières, a disparu en 2016. Cette perte a ainsi atteint un niveau record de 29,7 millions d’hectares, selon des estimations publiées lundi 23 octobre par le Global Forest Watch (GFW). Ce bond de 51 % en un an s’explique surtout par les nombreux incendies ayant sévi dans le monde l’an dernier. Les récents brasiers en Californie et au Portugal devraient hisser 2017 vers un nouveau record de forêts détruites.
25 octobre 2017
Will anyone act to save the caribou? Ontario is not. 
Un texte d'opinion dans The Star
Instead of implementing caribou recovery plans, the Ontario government has allowed logging and logging roads to continue to expand into unfragmented forests, causing critical caribou habitat to be lost. Scientists have warned that delays in addressing industrial expansion will result in a lower likelihood of recovery.
24 octobre 2017
Les changements climatiques ont coûté 350 milliards aux États-Unis depuis dix ans 
Un article dans La Presse
Les changements climatiques coûtent déjà des milliards de dollars aux contribuables américains chaque année, et ces coûts ne feront qu'augmenter au fur et à mesure que se multiplieront les tempêtes, les inondations, les feux de forêt et les sécheresses au cours des prochaines décennies, prévient un rapport rendu public lundi.
23 octobre 2017
Les populations d’insectes se sont effondrées en trois décennies 
Un article dans Futura-Sciences
Des données avaient déjà attiré l'attention sur le déclin inquiétant du nombre d'abeilles ou de papillons. Aujourd'hui, des chercheurs allemands publient des chiffres encore un peu plus alarmants. Le déclin atteindrait 75 % et semble se généraliser à l'ensemble des populations d'insectes volants. L'avez-vous remarqué ? Nous passons de moins en moins de temps à nettoyer nos pare-brise des insectes volants morts qui s'y sont écrasés. Une étude menée par des chercheurs de la Krefeld Entomological Society (Allemagne) suggère aujourd'hui que c'est tout simplement parce que le nombre d'insectes volants a dramatiquement diminué ces dernières années.
23 octobre 2017
La perte des surfaces forestières atteint un niveau record 
Un article dans La Presse
La perte des surfaces forestières dans le monde a atteint en 2016 un niveau record de 29,7 millions d'hectares, soit la superficie de la Nouvelle-Zélande, selon des estimations publiées lundi par le Global Forest Watch (GFW). Ce bond de 51% sur un an s'explique surtout par les nombreux incendies ayant sévi dans le monde l'an dernier. Les récents brasiers en Californie et au Portugal devraient hisser 2017 vers un nouveau record de forêts détruites.
21 octobre 2017
El Niño’s Warning: Satellite Shows How Forest CO2 Emissions Can Skyrocket 
Un article dans Inside Climate News
During the last El Niño, global average temperatures spiked to more than 1 degree Celsius above pre-industrial levels for the first time on record, and carbon dioxide levels increased at a record pace. Now, scientists working with data from a carbon-tracking satellite have figured out where most of that CO2 surge came from. The source was three massive tropical forest regions, in different parts of the world, that each responded to the rising temperatures in a very different way.
19 octobre 2017
Des trouées dans le mont Royal à cause de l’agrile du frêne 
Un article dans Le Journal Métro
Le flanc est du mont Royal, qui héberge le tiers des 3900 frênes devant être abattus en 2018, sera le plus touché par les coupes rendues nécessaires à cause des ravages de l’agrile, un insecte exotique. Les dizaines de milliers de visiteurs qui parcourent le chemin Olmsted, ou qui visitent le belvédère Camilien Houde, devront s’habituer au bruit des tronçonneuses, si l’on se fie à l’appel d’offres publié récemment. Les cartes fournies aux entrepreneurs intéressés permettent de voir que le secteur longeant le mythique sentier entre le monument de Georges-Étienne-Cartier et le lac aux Castors sera l’un des plus déboisé avec 1366 coupes. Le secteur entourant la croix suit avec 895 coupes. Quant au flanc sud, qui donne sur le centre-ville, la Ville y prévoit 838 abattages.
19 octobre 2017
Warning of 'ecological Armageddon' after dramatic plunge in insect numbers 
Un article dans The Guardian
Three-quarters of flying insects in nature reserves across Germany have vanished in 25 years, with serious implications for all life on Earth, scientists say.
18 octobre 2017
Kleenex exige la protection du caribou ​- Huit compagnies veulent un plan d’urgence 
Un article dans Le Journal de Montréal
Huit grandes marques internationales acheteuses de papier d’ici, dont le fabricant des mouchoirs Kleenex, exigent qu’Ottawa et Québec protègent immédiatement le caribou des bois de l’activité des compagnies forestières. « Nous cherchons des matériaux qui ne font pas l’objet de controverse et qui sont issus de pratiques durables », indiquent les huit compagnies dans une lettre adressée hier à la ministre fédérale de l’Environnement, au premier ministre Couillard et à deux autres chefs de gouvernements provinciaux. Parmi les signataires, on compte le géant américain Kimberly-Clark, fabricant de mouchoirs et de papier de toilette, notamment, mais aussi la marque de crème glacée Ben & Jerry’s dont les contenants sont faits de papier d’ici. | Plus de détails ici 
16 octobre 2017
Le renard arctique comme marqueur des changements climatiques 
Un article dans Ici Radio-Canada
Plus d'une centaine de chercheurs provenant de différents pays sont réunis à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) dans le cadre d'un colloque international sur le renard arctique. L'animal suscite un intérêt particulier dans la communauté scientifique parce qu'il est considéré comme un marqueur des changements climatiques. Le renard arctique est d'abord un bon marqueur parce qu'il est présent dans plusieurs pays. Le colloque de Rimouski a par exemple attiré 112 chercheurs provenant notamment des États-Unis, de la Russie, de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de l’Islande.
16 octobre 2017
L’homme qui plantait des érables 
Un article dans Ici Radio-Canada
L'acériculteur Marcel Faucher entaille aujourd'hui des érables dont il a lui-même semé les graines il y a 25 ans. Une forêt entière : 9000 arbres issus des meilleurs spécimens de son érablière naturelle. Et la récolte s'avère particulièrement abondante.
16 octobre 2017
La Californie aux prises avec les pires feux de son histoire 
Un article dans Ici Radio-Canada
Les feux de forêt qui sévissent depuis dimanche sont désormais considérés comme étant les plus meurtriers de toute l'histoire de la Californie. Le bilan de 33 morts risque de s'alourdir, puisqu'on dénombre des centaines de disparus.
13 octobre 2017
Chasse au caribou : les pourvoiries réclament l'aide des Premières Nations 
Un article dans Ici Radio-Canada
Les pourvoiries du Nord québécois estiment qu'elles perdront près de 85 % de leurs revenus en raison de la fin de la chasse au caribou le 18 février prochain. Face à ce « mur », elles demandent aux Premières Nations de leur céder des permis pour continuer à chasser sur leur territoire.
12 octobre 2017
Six Montréalais blessés par des coyotes 
Un article dans La Presse
Généralement discrets, les coyotes peuplant l'île de Montréal ont sorti les crocs, cette année, pour des raisons que les agents de la faune s'expliquent encore mal. Six Montréalais ont subi des morsures cet été, poussant la métropole à recourir aux services d'un trappeur à deux reprises afin de tenter de capturer les bêtes problématiques.
12 octobre 2017
Les espaces verts prolongent la vie des canadiens 
Un article dans Le Devoir
Une exposition quotidienne aux arbres et à d’autres végétaux peut prolonger votre vie, révèle une nouvelle étude. Dan Crouse de l’Université du Nouveau-Brunswick et d’autres chercheurs du Canada et des États-Unis sont parvenus à cette conclusion après avoir étudié 1,3 million de Canadiens, dans 30 villes, sur une période de 11 ans. Ils ont découvert que le risque de décès de ceux qui sont davantage entourés d’arbres et de végétation était réduit de 8 à 12 % par rapport à ceux qui ne l’étaient pas. Les chercheurs ont eu recours aux données du questionnaire détaillé du recensement de 2001 et les ont comparées à la base de données canadienne sur les décès des 11 années suivantes.
12 octobre 2017
De l'épinette noire à la crème anti-rides 
Un article dans Le Journal de Montréal
Le laboratoire québécois Bio ForeXtra recycle l'écorce des arbres de la forêt boréale et en tire des actifs anti-âge ou hydratants 100 % bio pour les produits cosmétiques. Depuis 2013, ils sont les premiers en Amérique du Nord à développer cette solution de rechange aux produits chimiques. Ces écorces, déchets de l'industrie forestière, finissent enterrées dans les sites d'enfouissements ou brûlées si elles ne sont pas revalorisées.
11 octobre 2017
Les microbes des sols forestiers aggravent le réchauffement 
Un article dans Science et Vie
Une expérience menée pendant 26 ans sur une forêt américaine est sans appel : quand le sol se réchauffe, ses micro organismes dévorent plus vite feuilles et animaux morts... rejetant davantage de CO2 dans l'atmosphère.
11 octobre 2017
Le Forest Stewardship Council, à un point «charnière» 
Un article dans L'Actualité
Le Forest Stewardship Council (FSC) tient cette semaine son assemblée générale triennale à Vancouver, avec pour objectif de se poser en une certification forestière «incontournable». Le président de la branche canadienne de l’organisation, François Dufresne, vise l’atteinte d’une «masse critique» d’ici la prochaine décennie, qu’il chiffre à 20 pour cent des produits forestiers transigés à l’international, «en volume et en valeur». Près de 200 millions d’hectares de forêt à travers le monde sont actuellement certifiées selon les normes du FSC, qui se veulent tant socialement qu’environnementalement responsables.
10 octobre 2017
Ottawa n'est pas prêt pour les changements climatiques, dit la commissaire à l'environnement 
Un article dans La Presse
La commissaire à l'environnement affirme que le gouvernement fédéral est loin d'être prêt pour les tempêtes majeures ainsi que l'augmentation prévue du nombre d'inondations et d'incendies que risquent de causer les changements climatiques. Dans ses rapports annuels d'automne, Julie Gelfand dit qu'Ottawa est incapable d'évaluer l'ampleur des risques pouvant affecter des actifs évalués à plus de 66 milliards $ ni de déterminer comment il pourrait continuer à offrir des services en période de crise.
10 octobre 2017
Caribou forestier : il faut aussi tenir compte des emplois en région 
Un article dans Le Journal de Montréal
Les provinces, dont le Québec, doivent présenter cette semaine leur plan de rétablissement pour le caribou forestier. L’application intégrale des exigences d’Ottawa réduirait considérablement les volumes de bois disponibles pour la récolte. Cela pourrait entraîner des pertes de 740 millions $ pour l’industrie forestière et mettre en péril près de 5700 emplois au Québec seulement, soit au Saguenay–Lac-Saint-Jean, sur la Côte-Nord et dans le Nord-du-Québec.
10 octobre 2017
Pourquoi les feuilles ne tombent pas encore 
Un article dans Le Journal de Montréal
Le temps où les feuilles passent du vert au jaune, puis à l'orange et au rouge, avant de tomber au sol, est bien tardif cette année. Le phénomène se déclenche habituellement quand la luminosité baisse. Or, le soleil de ce mois de septembre, plus estival que jamais, retarde l'apparition des couleurs si réputées de nos automnes. Les fortes chaleurs, couplées à l'absence de précipitation, ternissent également les couleurs des feuilles.
10 octobre 2017
The Mysterious Tree Carvings of America’s Basque Sheepherders 
Un article dans Atlas Obscura
SOME AMERICANS, TO LEARN ABOUT their ancestors, can dig through documents detailing when they passed through Ellis Island or flew in or got married, or where they lived at the time of a census. But for some Basque families in the United States, the only record they have of their immigrant ancestors is carved into trees in secluded aspen groves throughout the West. Names, dates, hometowns, and other messages and art scar the pale bark of aspens where Basque men watched over herds of hundreds of sheep from the 1850s to the 1930s.
10 octobre 2017
De la Chine aux Pays-Bas, les «forêts verticales» de Milan s’exportent 
Un article dans Le Devoir
Plus de 20 000 plantes et arbres, soit l’équivalent de deux hectares de forêt sur deux immeubles : nées de l’imagination de l’architecte italien Stefano Boeri, les deux tours Bosco Verticale (« forêts verticales ») à Milan ont fait des émules et leur concept s’exporte dans le monde entier, des Pays-Bas à la Chine.
5 octobre 2017
Solutionner un casse-tête 3D géant 
Un article dans Le Fil
À première vue, le problème semble simple. Quelle combinaison de paquets de bois vert une entreprise de sciage doit-elle placer dans un séchoir pour répondre aux commandes fermes de ses clients et pour anticiper les besoins du marché dans un horizon de 1 à 7 semaines? La solution à ce problème est toutefois si complexe qu’elle donne le tournis. «Pour une entreprise qui a un séchoir de taille moyenne, il y a plus de combinaisons possibles qu’il y a d’atomes dans l’Univers», affirme Jonathan Gaudreault, professeur du Département d’informatique et de génie logiciel.
3 octobre 2017
Nouveaux propriétaires forestiers 
Un reportage à la Semaine verte
Les nouveaux propriétaires forestiers sont de moins en moins enclins à exploiter leurs forêts. Ils sont plus éduqués, vivent loin de leur boisé et achètent des boisés pour leurs activités récréatives. Une situation inquiétante pour l'industrie forestière qui a besoin des forêts privées pour s'approvisionner en bois.
3 octobre 2017
De l’argent frais pour les pépinières 
Un article dans Le Monde forestier
Les pépinières forestières québécoises pourront (enfin!) être modernisées. Le gouvernement du Québec a annoncé la mise en place d’un programme totalisant 17,3 M $ pour leur rénovation.
29 septembre 2017
Tordeuse des bourgeons de l’épinette : la forêt privée durement affectée 
Un article de Forêt Privée
L’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette poursuit sa progression en forêt privée. À l’été 2017, l’inventaire aérien effectué par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a dénombré 912 838 hectares de boisés privés affectés par l’insecte. La Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) estime que 15 000 propriétaires de boisés subissent actuellement les conséquences de cette épidémie à divers degrés.
26 septembre 2017
L’industrie forestière à la croisée des chemins 
Un article dans La Frontière et Le Citoyen
Alors que toute l’attention semble concentrée sur les mines, une centaine de personnes de tous les horizons du Québec se sont réunies à Rouyn-Noranda, le 25 septembre, pour discuter de l’avenir de l’industrie forestière.
25 septembre 2017
Des scientifiques pressent Ottawa d'éviter un «exode des cerveaux» 
Un article dans La Presse
Des scientifiques canadiens sont inquiets. Plusieurs mois après la publication du rapport Naylor sur le soutien fédéral aux sciences, ils ont multiplié les rencontres cet été à Ottawa pour presser le gouvernement d'appuyer une hausse de 1,3 milliard au budget annuel octroyé aux organismes subventionnaires de la recherche au pays. Sans cet investissement, certains craignent même «un exode des cerveaux».
25 septembre 2017
Une nouvelle chaire bien accueillie 
Un article dans Le Quotidien
Pour mieux intégrer la vision des autochtones sur les forêts, l'Université Laval crée la Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone. Cette idée qui a germé il y a 25 ans dans les murs de la maison d'enseignement se concrétise et c'est à Mashteuiatsh qu'on a procédé à son annonce et expliqué son rôle. « Nous voulons renforcer les capacités des communautés autochtones à participer à la gestion et au développement durable des forêts et à favoriser une relation durable entre les communautés, les entreprises et les gouvernements », a expliqué le titulaire de la Chaire, Jean-Michel Beaudoin. Pour y arriver, un cours spécifique sur les réalités autochtones sera offert aux étudiants en génie forestier afin de mieux comprendre les différents enjeux. De plus, ces étudiants pourront suivre un stage en milieu autochtone. La chaire proposera aussi de la formation continue auprès des ingénieurs forestiers qui travaillent actuellement pour des entreprises forestières et va réaliser des projets de recherche.
25 septembre 2017
Réalités autochtones : les futurs ingénieurs forestiers de l’ul seront formés 
Un article dans Impact Campus
L’Université Laval a officialisé ce matin sa volonté de fonder une Chaire de leadership en enseignement (CLE) en foresterie au Musée amérindien de la réserve de Mashteuiatsh. Un projet « majeur » dont l’objectif est de former les étudiants au Baccalauréat en aménagement et environnement forestiers aux réalités autochtones dès 2019. Étant jusqu’à ce jour la seule institution québécoise à offrir un programme de formation menant concrètement à un titre d’ingénieur forestier, l’UL demeure consciente qu’elle « joue un rôle de premier plan » auprès des Premières Nations, pour qui la forêt constitue un enjeu vital depuis des lustres. Nul besoin de rappeler que de soutenir le développement durable et d’entretenir les relations entre les communautés dans l’industrie demeure donc primordial. Pour cause, ce sont 80% des populations autochtones qui vivent en territoires forestiers à l’échelle de la province actuellement. Ces chiffres représentent « une richesse culturelle qui prend racine dans l’histoire depuis des millénaires et aussi une richesse économique », estime l’Université Laval.
22 septembre 2017
Équinoxe d'automne: Pourquoi les arbres ne se font jamais surprendre 
Un article dans Huffington Post
e vendredi 22 septembre marque le premier jour de l'automne. Déjà? Enfin? Certains d'entre nous seront surpris d'entendre que l'été est terminé. Parmi les arbres en revanche, pas de surprise, ils préparent l'automne depuis plusieurs semaines déjà. "Personne ne s'étonne que sous nos latitudes, les forêts se dénudent en automne et reverdissent au printemps. Pourtant la chute et la repousse annuelles des feuilles sont un petit miracle, car le processus implique que les arbres aient la notion du temps", écrit le forestier allemand Peter Wohlleben dans son passionnant ouvrage "La vie secrète des arbres".
20 septembre 2017
GRANDE ENQUÊTE : FAUX JOURNAUX, FAUX CONGRÈS 
Un article dans La Presse
Après les fausses nouvelles, les faux journaux scientifiques prolifèrent sur le Net. Et d’après notre enquête, des centaines de professeurs d’université québécois les alimentent – dans certains cas, en toute connaissance de cause. Leurs travaux sérieux – subventionnés par les gouvernements – côtoient ainsi des « études » douteuses ou carrément farfelues, pouvant parler d’épidémies propagées par les extraterrestres ou de… cochons volants (voir ci-contre). À Toronto, un supposé « sommet international » sur la chirurgie bariatrique réunissait à peine une demi-douzaine de médecins, mis sur le même pied qu’un entraîneur personnel et qu’une instructrice de taï-chi.
20 septembre 2017
Un million d'arbres plantés par Solifor Perthuis 
Un article dans Le Soleil
La société Solifor Perthuis, une compagnie créée à partir d'un partenariat entre le Fonds de solidarité FTQ et la Scierie Dion & Fils, a réalisé la première transaction de son histoire dans le marché des crédits carbone. Solifor a récemment vendu au Groupe Banque TD et Just Energy, situé à Toronto, 140 000 tonnes de crédits de carbone de type volontaire.
19 septembre 2017
Un cours sur les valeurs autochtones pour tous les ingénieurs forestiers 
Un article dans Le Soleil
Dès janvier 2019, tous les futurs ingénieurs forestiers suivront un cours sur les valeurs autochtones et le rapport que les premières nations entretiennent avec la forêt.
18 septembre 2017
45 000 ans d’impact de l'homme sur les forêts tropicales 
Un article dans Pour la Science
Des chasseurs-cueilleurs à l’urbanisation moderne, l’homme modifie depuis longtemps les forêts tropicales. Une étude fait la première synthèse de l’empreinte humaine sur ces écosystèmes au niveau mondial. Stéphen Rostain nous explique comment cet impact a évolué.
18 septembre 2017
D'Irma à un accord sur le bois? 
Un article dans Le Soleil
Le ministre canadien des Ressources naturelles, Jim Carr, croit que la demande pour le bois d'oeuvre, dans le contexte des efforts de reconstruction après le passage de deux ouragans dévastateurs aux États-Unis, mettra de la pression sur la Maison-Blanche pour qu'un accord soit conclu sur le commerce du bois avec le Canada.
15 septembre 2017
Half of Canada's monitored wildlife is in decline, major study finds 
Un article dans The Guardian
A new analysis looking at the long-term trends of more than 900 species of wildlife in Canada has found that half of them have seen their populations decline, including several species already listed as threatened or endangered. The Living Planet Report Canada, released on Thursday by World Wildlife Fund Canada, paints a bleak picture for wildlife in a country that is home to a quarter of the earth’s wetlands, 8,500 rivers and more than 2m freshwater lakes. During the past four decades, human activity – whether industrial development, farming, forestry or the expansion of urban areas – as well as climate change, pollution and overfishing have helped shrink the populations of 451 species, representing half of the 903 monitored species in the country.
14 septembre 2017
Femmes recherchées dans l'industrie forestière 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
L'industrie forestière compte beaucoup plus d'hommes que de femmes dans ses rangs, mais Produits forestiers Résolu vise un meilleur équilibre entre les sexes. Sur la Côte-Nord, seulement 8 % de ses employés sont des femmes.
14 septembre 2017
Canada's Forest Workers Deserve the Truth 
Un texte d'opinion dans NRDC
Last week the Forest Products Association of Canada (FPAC) launched a campaign to advocate against protection for the boreal’s threatened woodland caribou, arguing that enforcing existing federal law will come at the expense of Canada’s forest workers. This argument has long been used by segments of the forest industry to pit environmental protections and organizations that advocate for them against forest workers and northern communities. However, a close look at Canadian government employment data and industry reports show this argument is a red herring.
14 septembre 2017
La moitié des espèces canadiennes sont menacées, prévient un rapport 
Un article dans La Presse
La population de la moitié de 903 espèces canadiennes d'oiseaux, de poissons, de mammifères, de reptiles et d'amphibiens s'est effondrée au cours des 40 dernières années, prévient une nouvelle étude. Ces espèces ont perdu 83 % de leurs individus entre 1970 et 2014, selon le rapport dévoilé jeudi par le Fonds mondial pour la nature (WWF). Le déclin des espèces protégées par une loi fédérale a été comparable à celui des espèces non protégées.
12 septembre 2017
Les tricheurs de la science 
Un article dans La Presse
Ils devraient être des modèles de rigueur. Ils ont plutôt truqué leurs résultats, détourné des fonds, menti ou volé des écrits. Depuis cinq ans, près d'une centaine de scientifiques canadiens ont été punis pour malhonnêteté, révèlent des données obtenues par La Presse. Et ils sont de plus en plus nombreux à se faire prendre.
11 septembre 2017
Tordeuse des bourgeons de l'épinette : plusieurs milliers d'hectares infestés en A-T 
Un article de Radio-Canada
La superficie des forêts infestées par la tordeuse des bourgeons de l'épinette et la livrée des forêts est en augmentation en Abitibi-Témiscamingue. En 2017, plus de 584 000 hectares ont été ravagés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette comparativement à 536 000 hectares en 2016. C'est ce qui ressort des données des plus récentes observations aériennes rendues publiques par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec. La défoliation due à la livrée des forêts, c'est-à-dire quand les arbres perdent leurs feuilles, concerne 109 000 hectares cette année, contre 75 000 en 2016.
11 septembre 2017
Quand 12 000 tonnes de peaux d’oranges mènent à l’élévation d’une forêt luxuriante 
Un article dans Science Post
Un projet de conservation expérimental abandonné et oublié depuis le milieu des années 1990 aura finalement conduit à une étonnante victoire écologique près de deux décennies plus tard. | Article scientifique paru dans Restauration Ecology 
11 septembre 2017
À LA RESCOUSSE DES ARBRES DE MONTRÉAL 
Un article dans La Presse
Il y a le manque d’eau et le manque d’espace pour étendre leurs racines. Il y a aussi les polluants, les coups de pelle des déneigeuses, les surdoses de sel… Les arbres ont la vie dure à Montréal, au point que leur croissance et leur espérance de vie sont limitées. Des chercheurs ont déployé tout un arsenal technologique afin de déterminer les meilleurs moyens de les aider. La Presse les a suivis sur le terrain.
8 septembre 2017
Nature gem within the city: What grows in the biodiversity-rich Bukit Nanas Forest Reserve 
Un article dans Science Daily
Being the oldest of its kind in Malaysia, Bukit Nanas Forest Reserve is a nature enclave, lying in the center of the busy capital city Kuala Lumpur. Researchers have now teamed up to publish an extensive checklist of the flora of this urban nature enclave, while making use of the innovative 'ecosystem inventory' template.
8 septembre 2017
Humans have been altering tropical forests for at least 45,000 years 
Un article dans Science Daily
Tens of thousands of years of controlled burns, forest management and clear-cutting have implications for modern conservation efforts and shatter the image of the 'untouched' tropical forest. A new study counters the view that tropical forests were pristine natural environments prior to modern agriculture and industrialization. Moreover, humans have in fact been having a dramatic impact on such forest ecologies for tens of thousands of years, through techniques ranging from controlled burning of sections of forest to plant and animal management to clear-cutting.
7 septembre 2017
Des coupes forestières utiles pour l’environnement 
Un texte d'opinion dans La Forêt privée
Éliminer les coupes forestières est-elle une bonne pratique environnementale? Il le semblerait si l’on écoute ceux qui dénoncent leur impact sur les paysages. Pourtant, quelques avantages méritent d’être rappelés aux citoyens qui sont moins familiers avec les activités sylvicoles chez l’un ou l’autre des 134 000 propriétaires forestiers du Québec, majoritairement des familles détenant un ou quelques lots boisés dans leur village.
7 septembre 2017
Les feux de forêt ont endommagé l'industrie du bois à long terme 
Un article dans Radio-Canada
Le ministre des Forêts de la Colombie-Britannique, Doug Donaldson, croit que l'industrie forestière mettra au moins cinq ans à se remettre des feux qui ont ravagé l'intérieur de la province cet été. Plus de 1200 incendies ont éclaté depuis le 1er avril, détruisant au passage 11 500 kilomètres carrés de forêt.
7 septembre 2017
Trees provide ecosystem services worth $500 million to the world’s megacities 
Un article dans Mongabay
Just as they do in forests and other natural ecosystems, trees deliver a variety of ecosystem services in cities. They sequester carbon and reduce air pollution and stormwater runoff, for instance. Researchers looked at 10 megacities on five continents that lie in five different biome types: Beijing, China; Buenos Aires, Argentina; Cairo, Egypt; Istanbul, Turkey; London, UK; Los Angeles, United States; Mexico City, Mexico; Moscow, Russia; Mumbai, India; and Tokyo, Japan.

They determined that trees provide an average of $505 million in benefits to each megacity every year, or about $1.2 million per square kilometer of trees.

6 septembre 2017
«Je choisis les dizaines de milliers de familles québécoises qui vivent des fruits de la forêt.» -Denis Lebel 
Un article dans Le Journal de Montréal
Ponctuellement, certains groupes et certaines personnes s’acharnent à critiquer l'industrie forestière dans une triste surenchère d’allégations farfelues. En tant que nouveau Président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), j'ai la ferme intention de ne pas laisser un pouce d’espace à cette désinformation. Nous continuerons à rétablir les faits par la vérité et nous nous ferons entendre partout au Québec. Nous allons également nous efforcer à mieux faire connaître notre industrie, en expliquant aux Québécois qui nous sommes, ce que nous faisons et les impacts positifs que nous avons sur les communautés.
6 septembre 2017
Audio: Technologies that boost conservation efforts right now and in the future 
Un article dans Mongabay
On this episode of the Mongabay Newscast, we take a look at the role technology is playing — and might play in the future — in conservation efforts. Our first guest is Topher White, the founder of Rainforest Connection, a nonprofit based in San Francisco that has deployed upcycled cell phones in tropical forests around the world to provide real-time monitoring of forests and wildlife. Our second guest is Matthew Putman, an applied physicist with a keen interest in conservation. Putman is CEO of Nanotronics, a company headquartered in Brooklyn, NY that makes automated industrial microscopes used by manufacturers of advanced technologies like semiconductors, microchips, hard drives, LEDs, and aerospace hardware.
5 septembre 2017
L’attikamek, la langue autochtone la plus vivante du Canada 
Un article dans Le Devoir
Le Québec est l’hôte de onze nations autochtones reconnues par le gouvernement du Québec, chacune parlant sa propre langue. Certaines de ces langues sont encore parlées par des milliers de locuteurs. Plusieurs sont sur la voie rapide de l’extinction. Cet été, Le Devoir rencontre chaque semaine un locuteur d’une de ses langues. Voici Nicole Petiquay, originaire de Wemotaci, technolinguiste pour le Conseil de la nation attikamek, en Haute-Mauricie.
4 septembre 2017
Diverse landscapes are more productive and adapt better to climate change 
Un article dans Science Daily
Ecosystems with high biodiversity are more productive and stable towards annual fluctuations in environmental conditions than those with a low diversity of species. They also adapt better to climate-driven environmental changes. These are the key findings environmental scientists made in a study of about 450 landscapes harboring 2,200 plants and animal species.
30 août 2017
Cure Yourself of Tree Blindness 
Un texte d'opinion dans le NY Times
For several years, I’ve led tree walks in Washington, D.C. I start by asking participants who they are and why they want to spend precious hours looking at trees. My students are nearly all highly educated, successful people who work impressive jobs, speak multiple languages and effortlessly command sophisticated computers and phones. Yet most know barely the first thing about the trees around them. They want to change that. There was a time when knowing your trees was a matter of life and death, because you needed to know which ones were strong enough to support a house and which ones would feed you through the winter. Now most of us walk around, to adapt a term devised by some botanists, tree blind.
29 août 2017
How Much Are Trees Worth to Megacities? 
Un article dans City Lab
Leafy infrastructure saves bustling metropolises about $505 million each year, according to new research.
In a metropolis teeming with shuffling crowds, cranes and high-rises shouldn’t be the only things reaching skywards. Megacities—those urban centers crammed with more than 10 million people—would be well served to double down on their arboreal assets, according to a new paper in the upcoming issue of the journal Ecological Modeling. A team of researchers led by Theodore Endreny of SUNY’s College of Environmental Studies and Forestry sought to quantify how leafy infrastructure pays dividends in 10 chock-full cities—and the extent to which the benefits could compound if those areas went greener.
29 août 2017
Se réapproprier notre forêt à nous 
Un texte d'opinion de Richard Desjardins paru dans Le Journal de Montréal
... Il faut recréer la compagnie collective forestière Dofor créée dans les bonnes années de la Révolution tranquille au Québec afin de reprendre le contrôle total de nos forêts. Cela permettrait aux Québécois de s’enrichir de millions de dollars chaque année. Depuis toujours, cette industrie, comme les mines et les pétrolières d’ailleurs, vit à vos crochets et coûte beaucoup plus cher en aides gouvernementales de toutes sortes (subventions, tarifs d’électricité bas et reboisements, infrastructures, lutte aux insectes dommageables payée par l’État, congés d’impôts et de taxe, etc.) qu’elle rapporte en redevances.
28 août 2017
As trees age, their climate benefit grows 
Un article sur CBC
Old trees store more carbon in proportion to their size than young trees, German study suggests. Trees play an important role in the fight against climate change. They capture and store carbon in their biomass - their roots, stumps and branches. According to new European research, when it comes to a tree's climate benefit, as a tree get older it also stores more carbon.
25 août 2017
4000 frênes seront abattus sur le mont Royal 
Un article dans Le Devoir
Pas moins de 4000 frênes infestés par l’agrile du frêne seront abattus sur le mont Royal au cours des deux prochaines années. Autant d’arbres à ce point exfoliés par l’insecte destructeur que l’on considère désormais leur récupération comme impossible. Dans un communiqué diffusé en fin de journée, le cabinet du maire a annoncé que l’administration municipale procéderait d’ici la fin du mois d’août au traitement de quelque 6400 frênes infestés dans le parc qui sert de poumon vert à la métropole, soit près des deux tiers des arbres atteints qui ont été traités dans les aires boisées du territoire de la Ville de Montréal.
24 août 2017
Amazonie: des millions d'hectares ouverts à l'exploitation minière 
Un article dans La Presse
Le président brésilien Michel Temer a abrogé le statut de réserve naturelle de près de quatre millions d'hectares de forêt amazonienne, qui pourront être exploités à l'avenir par des entreprises minières.
23 août 2017
La cour donne raison aux Atikamekw d'Opitciwan : Arrêt des coupes forestières sur leur territoire 
Un article dans L'Écho de La Tuque
Dans un jugement rendu mercredi matin, la Cour supérieure du Québec ordonne à la compagnie Rémabec et ses filiales la suspension des coupes forestières sur le territoire ancestral d'Opitciwan jusqu'au 15 septembre. Cette décision fait suite à la demande d'injonction déposée le 21 août dernier par le Conseil d'Opitciwan afin de stopper une opération spéciale de récupération de 200 000 m3 de bois de chablis situé sur le territoire de l'unité de gestion Windigo-et-Gouin, une zone particulièrement sensible du territoire atikamekw et qui représente la dernière portion de forêt mature du territoire de la famille Weizineau, sans que le Conseil ait été consulté adéquatement. La suspension des travaux a été accordée afin que le gouvernement et l'entreprise mènent de véritables consultations sur l'objectif du plan spécial de coupes forestières tout en assurant une protection des zones d'intérêts de la famille.
23 août 2017
Coupes forestières en territoire autochtone: Québec a manqué à ses devoirs 
Un article dans Le Devoir
Le gouvernement du Québec n’a pas mené de consultations adéquates des Atikamekw d’Opitciwan avant d’autoriser une compagnie forestière à couper 200 000 m3 de bois dans une forêt mature située sur le territoire de la communauté. C’est ce que vient de statuer un juge de la Cour supérieure du Québec, qui ordonne l’arrêt des travaux.
22 août 2017
Universities are broke. So let’s cut the pointless admin and get back to teaching 
Un article dans The Guardian
As students have been celebrating their exam results, pundits from across the political spectrum have been commiserating the state of British universities. Andrew Adonis, an education minister during the Blair years, has excoriated universities for offering costly courses while jacking up the pay of their senior leaders. Nick Timothy, Theresa May’s ex-advisor, thinks UK universities are an unsustainable “Ponzi scheme”. The universities minister, Jo Johnson, has written about the need to put further pressure on seats of higher learning so students get good value for money. Behind the political point-scoring are more serious issues. The university sector has been growing for decades, but now that growth is going into reverse. The number of undergraduates applying to universities has fallen by 4% this year. Although close to 50% of the population goes through higher education, only about 20% of jobs require an undergraduate degree.
17 août 2017
Mieux détecter les feux de forêt grâce à l'intelligence artificielle 
Un article sur Sympatico
Une étude l'Université de l'Alberta publiée ce mardi prône une meilleure utilisation de l'intelligence artificielle pour détecter les conditions météorologiques propices aux départs de feux de forêt. Les feux de forêt brûlent en moyenne 2 millions d'hectares de territoire chaque année au Canada, et ces incendies éclatent en seulement quelques jours, dans un laps de temps où les risques de départ de feu sont les plus élevés.
17 août 2017
Le gouvernement et l’industrie forestière se renvoient la balle 
Un article dans le Journal de Montréal
Le gouvernement provincial nie avoir attribué des droits de coupes forestières pendant le moratoire censé protéger l’habitat du caribou. Jusqu’en 2013, « l’industrie avait la planification forestière entre les mains », indique Francis Forcier, ingénieur forestier et directeur stratégique au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP). C’est seulement après le moratoire de l’Entente boréale qu’avaient signée les compagnies et les écologistes, entre 2010 et 2012, que l’État a pris le contrôle de la forêt publique et a commencé à attribuer des territoires de coupes, indique le fonctionnaire. Avant cela, « ils [les compagnies] avaient toute la latitude possible pour décider où ils allaient », insiste M. Forcier.
15 août 2017
Portugal: 3000 pompiers combattent des incendies 
Un article dans le Journal Métro
Quelque 3000 pompiers ont été mobilisés pour combattre plus de 150 incendies de forêt qui brûlent à travers le Portugal, où les flammes profitent du temps sec et chaud pour faire des ravages. Environ 800 pompiers appuyés des airs ont été requis pour finalement maîtriser un incendie qui brûlait depuis trois jours près de la ville centrale de Vila dei Rei. La télévision publique portugaise RTP a diffusé des images de flammes immenses qui illuminaient la nuit, ne laissant plus au lever du jour que des forêts calcinées près de la ville. Une centaine de personnes avaient été évacuées lundi. Quelque 300 pompiers s’affairaient à combattre un autre incendie dans le centre du pays.
15 août 2017
Moratoire sur l’habitat du caribou: des compagnies ont continué de couper 
Un article dans le Journal de Montréal
Des compagnies forestières auraient violé leur propre moratoire de coupe dans l’habitat du caribou forestier dans le Nord-du-Québec et au Saguenay, d’après des images satellites compilées par des avocats américains.

« Nous sommes incroyablement surpris par ce que nous avons vu. L’étendue des coupes et la courte période sur laquelle elles ont été faites sont très surprenantes », indique Anthony Swift, du Conseil de défense des ressources naturelles (NRDC), une organisation américaine d’avocats en environnement qui a effectué l’analyse satellitaire depuis Washington. Joint en Norvège, où il participait à un forum sur la protection de la forêt boréale, M. Swift prévient qu’on « est en train de perdre un secteur critique pour le caribou ».

12 août 2017
La forêt québécoise menacée : Des essences d’arbres comme le symbolique érable à sucre seront vulnérables dans le sud de la province 
Un article dans le Journal de Montréal
a forêt québécoise sera chamboulée par le réchauffement climatique, alors que certaines essences comme l’érable à sucre, l’épinette noire et le pin gris risquent de disparaître du sud du Québec. Les spécialistes du gouvernement du Québec prévoient qu’en 2050 le climat de la région de Portneuf ressemblera à celui de l’État de New York et la forêt mixte sera présente jusqu’à la hauteur de Rimouski. Au jeu du réchauffement, certaines essences gagnent, d’autres perdent. « Le pin gris, avec des conditions favorables à sa présence sur seulement 3 % de son aire de répartition », sera l’essence la plus touchée par ces bouleversements.
10 août 2017
Mieux détecter les feux de forêt grâce à l'intelligence artificielle 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
Une étude l'Université de l'Alberta publiée ce mardi prône une meilleure utilisation de l'intelligence artificielle pour détecter les conditions météorologiques propices aux départs de feux de forêt.
7 août 2017
Une superficie de la taille de l'Île-du-Prince-Édouard a brûlé en C.-B. 
Un article dans La Presse
Les feux de forêt en Colombie-Britannique ont brûlé depuis le 1er avril une superficie de 5910 kilomètres carrés - soit environ la taille de l'Île-du-Prince-Édouard.
28 juillet 2017
De nouvelles initiatives pour lutter contre l’agrile du frêne sur le mont Royal 
Un article de Gaïa Presse
Si vous avez eu la chance de profiter du beau temps dans le parc du Mont-Royal ces dernières semaines, vous avez peut-être remarqué des installations inhabituelles dans certains arbres du parc. Il s’agit d’un nouveau programme expérimental de lutte biologique contre l’agrile du frêne. Rappelons que l’agrile du frêne est un insecte d’origine asiatique qui s’attaque à toutes les espèces de frênes et mène à la mort des arbres en quelques années. Il s’agit d’une problématique extrêmement importante dans le parc du Mont-Royal puisqu’on estime que les frênes représentent de 25 à 30 % de tous les arbres qu’on y trouve. Pour l’instant, il n’existe pas de traitement permettant d’éradiquer complètement l’insecte d’un territoire.
27 juillet 2017
Mariage confirmé entre Tembec et son acheteur américain 
Un article dans Le Devoir
Les actionnaires de Tembec se sont largement prononcés jeudi pour l’offre d’achat de 1,1 milliard de dollars canadiens déposée par Rayonier Advanced Materials, afin d’avaler la forestière québécoise. Au total, la transaction, qui devait obtenir l’appui des deux tiers des actionnaires pour aller de l’avant, a été acceptée dans une proportion de 95 %. L’entreprise floridienne devrait avoir mené à bien l’acquisition de Tembec d’ici la fin de l’année, une fois que les autorités réglementaires auront donné leur aval au regroupement.
26 juillet 2017
La Ville de Québec part en guerre contre l’agrile du frêne 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
Après la découverte d'un premier cas d'agrile du frêne sur les plaines d'Abraham, la Ville de Québec et la Commission des champs de bataille nationaux (CCBN) unissent leurs efforts pour lutter contre l'insecte ravageur.
25 juillet 2017
Une forêt des Laurentides menacée  
Un article du Journal de Montréal
Québec permettra des coupes forestières massives dans l’une des dernières forêts intactes des Laurentides, dans une municipalité qui craint de ne plus pouvoir vivre de ses activités de plein air et de villégiature.
24 juillet 2017
Des arbres qui croissent plus vite que les salaires  
Un article de Radio-Canada
Imaginez une promenade de huit heures en forêt avec un sac de 23 kilos sur les épaules à travers une nuée d'insectes. Ajoutez à cela des conditions météo souvent difficiles et des terrains accidentés. C'est le quotidien des reboiseurs canadiens, dont les salaires n'ont pratiquement pas changé au cours des 20 dernières années.
24 juillet 2017
Is the Faculty of Forestry getting chopped? 
Un article dans The Varsity
On March 23, Vice-President and Provost Cheryl Regehr published a memo describing the next step in a discussion on making changes to the Faculty of Forestry at the University of Toronto. A consultation process involving “faculty members and librarians of potentially affected Academic Units” was announced. The memo has spurred dissent amongst members of the Forestry community and highlighted an apparent history of mistrust between the faculty and central university administration. Members of the Forestry community are concerned that the faculty itself could be dissolved.
24 juillet 2017
Aires protégées: le Canada dernier du G7, tiré vers le bas par le Québec 
Un article dans La Presse
Le Canada fait figure de cancre parmi les pays du G7 en matière de protection de la biodiversité, selon un rapport publié lundi par la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP). Et le Québec n'aide en rien la cause. Avec ses 10,6 % d'aires protégées en milieu terrestre, le Canada traîne en queue de peloton, et ce, à trois ans de l'échéance fixée pour l'atteinte de la cible internationale de 17 %.
24 juillet 2017
Le Québec à la traîne pour la protection du territoire 
Un article du Journal de Montréal
Le Canada est en train d’échouer dans son engagement en matière de protection du territoire, notamment à cause de « l’obstruc­tion » de certains ministres du gouvernement du Québec, révèle un organisme de surveillance des régions sauvages. Non seulement le Canada protège-t-il moins son territoire que les autres pays développés, mais le Québec est comme un boulet qui nuit à la réalisation des engagements canadiens pris à l’international, conclut la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), qui publie son rapport annuel aujourd’hui.
21 juillet 2017
Trop tard pour freiner la tordeuse des bourgeons de l’épinette 
Un article dans Le Journal de Québec
Les scientifiques du gouvernement fédéral croient qu’il est sans doute trop tard pour contrer la propagation de la tordeuse des bourgeons de l’épinette au Québec et qu’il faut se préparer à une épidémie importante. La progression de l’insecte qui risque de causer la mort de milliers de conifères dans les forêts du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, de la Côte-Nord, d’Abitibi et du Saguenay est spectaculaire et même visible sur les radars météo, qui captent des milliers de papillons en migration.
21 juillet 2017
Les printemps froids et tardifs nuisent à la tordeuse de bourgeons de l’épinette 
Un article dans Le Devoir
Les Québécois ont beau se plaindre du temps gris et froid qui sévit depuis le printemps et le début de l’été dans la province, cette situation présente des avantages pour la forêt. La tordeuse des bourgeons de l’épinette connaît actuellement des moments difficiles au Québec en raison de la météo. Ainsi, de nombreux articles ont fait état d’un lien entre la progression de la tordeuse sur la Côte-Nord et le réchauffement climatique, mais la météo capricieuse des deux dernières années a aussi eu un impact important — et inverse — sur l’épidémie de l’insecte ravageur.
21 juillet 2017
De nouvelles stratégies pour combattre la tordeuse des bourgeons de l'épinette 
Un article de Radio-Canada
Les spécialistes de la tordeuse des bourgeons de l'épinette doivent user de nouvelles stratégies pour enrayer les ravages de l'infestation qui touche l'Est du Québec. Lorsqu'ils sont au stade larvaire, ces insectes détruisent les forêts en mangeant les jeunes aiguilles des arbres résineux. "On peut mieux prévoir les années suivantes quelles vont être les opérations utilisées pour essayer le plus possible de gagner du temps, donc de protéger le feuillage si jamais il y a une infestation." - Yan Boulanger, chercheur en écologie pour Ressources naturelles Canada.
21 juillet 2017
Des papillons nuisent aux opérations de Produits forestiers Résolu 
Un article de Radio-Canada
Produits forestiers Résolu a dû arrêter les opérations de rabotage de la Scierie des Outardes pendant environ 24 heures en raison de l'infestation de papillons de la tordeuse des bourgeons de l'épinette.
19 juillet 2017
Bien cueillir les produits comestibles de la forêt 
Un article dans la Terre de chez-nous
La verdure sort enfin de terre. En raison de la popularité de la cuisine nordique, le nombre de cueilleurs de plantes sauvages comestibles se multiplie.
18 juillet 2017
Forêt de Bialowieza: l'UE perd patience face à la Pologne 
Un article dans la Presse
L'Union européenne a finalement perdu patience jeudi face à la Pologne, qui continue à exploiter la forêt de Bialowieza même si elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.
17 juillet 2017
Des analystes croient qu'une entente serait possible dès août concernant le bois d'oeuvre 
Un article dans Huffington Post
Une entente établissant des quotas pour les exportations de bois d'oeuvre canadien pourrait être acceptable pour les États-Unis.
15 juillet 2017
D’immenses nuées de papillons confondues avec de la neige 
Un article dans Le Journal de Montréal
Les papillons de la tordeuse des bourgeons de l’épinette, qui ravagent les forêts du Québec, sont actuellement si nombreux que les radars météo les ont pris pour des tempêtes de neige dans l’est de la province. L’épidémie de cet insecte destructeur, qui sévit depuis plus de 10 ans dans la province, continue de gagner du terrain, à la plus grande crainte des producteurs forestiers. Déjà, plus de sept millions d’hectares de forêt sont infestés, soit 140 fois la taille de l’île de Montréal.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, les radars météo du gouvernement canadien montraient une tempête de neige qui s’abattait au sud de la Côte-Nord et dans le Bas-Saint-Laurent. Mais les redoutés flocons blancs n’étaient nuls autres que des papillons en quête d’endroits où pondre leurs œufs.

15 juillet 2017
Un logiciel contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette 
Un article dans Le Soleil
Des scientifiques du Centre de foresterie des Laurentides (CFL), basé à Québec, ont mis au point un logiciel permettant d'estimer la migration d'un des insectes ravageurs les plus actifs de nos forêts, la tordeuse des bourgeons de l'épinette (TBE), dans l'objectif évidemment de mieux le combattre. Ce logiciel combine les prévisions météo et les données terrain recueillies sur la TBE par les chercheurs. Des codes de couleur indiquent à quel moment se passera la migration des papillons sur une partie de territoire donnée. Ainsi, selon la carte, la migration sera effectuée à 10 % cette fin de semaine dans la Mitis et en Haute-Côte-Nord, le long du littoral. Dans certains coins du Kamouraska, cette même migration est complétée à 90 %.
14 juillet 2017
Une embûche de taille à déjouer pour la vente de Tembec 
Un article dans Les Affaires
Le plus important actionnaire de Tembec (TMB) a l'intention de voter contre l'offre de 807 millions $ US de Rayonier Advanced Material visant à avaler la compagnie forestière québécoise. À moins qu'elle ne soit bonifiée, l'offre visant à avaler Tembec sera rejetée par le plus important actionnaire de la compagnie forestière québécoise.

Dans une lettre envoyée aux actionnaires et conseils d'administration des deux entreprises, Oaktree Capital Management LP estime que les porteurs de titres de Tembec n'obtiennent pas une juste valeur.

12 juillet 2017
La destruction de la vie sauvage s'accélère 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
La sixième extinction de masse sur Terre se déroule à un rythme plus rapide que ce qu'avaient estimé les scientifiques et se traduit par un « anéantissement biologique » de la vie sauvage, montre une étude dont les conclusions sont pour le moins alarmantes. État de la situation.
12 juillet 2017
Biologie moléculaire: Québec sera l'hôte d'un important congrès en 2020 
Un article dans le Journal de Québec
Plus de 1 000 scientifiques de partout dans le monde convergeront à Québec à l’été 2020 pour participer à un congrès international sur la biologie moléculaire et l’évolution.
11 juillet 2017
Vivre avec la multiplication des feux de forêt 
Un article de l'Agence Science-Presse
Tandis que l’Est du Canada connaît de fréquentes pluies, le Nord-Ouest canadien brûle : l’état d’urgence a été décrété en Colombie-Britannique alors que près de 220 feux de forêt ont poussé l’évacuation de plus de 10 000 personnes. La province enregistre par ailleurs une vague de chaleur et de sécheresse exceptionnelle, ce qui a pour effet d’aggraver la situation. La Californie, aux États-Unis, qui connaît des records de températures – 50 °C à Palm Springs, vendredi dernier - est aussi aux prises avec des feux de forêt. Plus de 2000 pompiers s’activent actuellement à les combattre. Les feux de forêt alarment évidemment les autorités, mais interpellent également les scientifiques, qui tentent de minimiser les impacts et d’améliorer l’adaptation des populations aux changements climatiques, qui permettent à ces feux de proliférer.
11 juillet 2017
Des cygnes trompette sur le Saguenay 
Un article dans Le Quotidien
Depuis le 21 juin, des ornithologues amateurs ont noté la présence d'oiseaux rares au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Quatre cygnes trompette sauvages se prélassent dans les eaux du refuge faunique des battures à Saint-Fulgence.
11 juillet 2017
Conflit du bois-d'oeuvre: des signes de pénurie aux États-Unis? 
Un article dans La Presse
Un entrepreneur sur cinq aux États-Unis affirme éprouver une pénurie de bois d'oeuvre actuellement, selon le plus récent sondage de l'association américaine de la construction domiciliaire (NAHB).
10 juillet 2017
L’agrile du frêne maintenant présent à Québec 
Un article dans Le Devoir
La Ville de Québec a annoncé lundi que l’agrile du frêne était présent sur son territoire. Un de ces insectes a été détecté dans un arbre du quartier Montcalm, non loin des plaines d’Abraham.

À lire aussi :

10 juillet 2017
10 000 personnes évacuées en raison des feux de forêt en Colombie-Britannique 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
La Colombie-Britannique est toujours embrasée par les incendies de forêt lundi, trois jours après que l'état d'urgence a été déclaré par les autorités. Cent trente-six feux étaient toujours en activité dans la province à minuit, et près de 10 000 personnes avaient été évacuées.
10 juillet 2017
Tordeuse des bourgeons de l'épinette : l'Abitibi-Témiscamingue n'est plus à l'abri 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
Après la livrée des forêts, la tordeuse des bourgeons de l'épinette... Alors que l'Abitibi-Témiscamingue avait jusqu'à présent été épargnée par l'insecte que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) décrit comme « l'insecte le plus destructeur des peuplements de conifères de l'Amérique du Nord », il semblerait que la région ne soit plus à l'abri de cet indésirable.
5 juillet 2017
Trois fois moins d’incendies de forêt qu’en moyenne au Québec 
Un article dans le Journal de Montréal
Depuis le début de l’année, près de trois fois moins d’incendies de forêt ont été répertoriés au Québec comparativement à la moyenne des 10 dernières années.
4 juillet 2017
Le recul de la science fondamentale au Canada 
Un article de L'Agence Science-Presse
David Naylor, médecin, chercheur et ancien président de l‘Université de Toronto déclarait en juin dernier , devant un parterre de 200 scientifiques, que le Canada n’était plus le leader en recherche qu’il était. « Notre compétitivité s’est érodée. Nous ne sommes plus la nation, petite, mais superstar, que nous pensons parfois être. »
4 juillet 2017
Les grenouilles ont bénéficié de la disparition des dinosaures 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
La grande diversité des espèces de grenouilles qui peuplent la Terre de nos jours est une conséquence directe de l'extinction des dinosaures, montre une étude réalisée par des biologistes chinois et américains.
4 juillet 2017
Bois d'oeuvre: le Canada est-il (vraiment) prêt à se battre? 
Un billet de blogue dans Les Affaires
La nouvelle guerre du bois d’œuvre avec les États-Unis fera mal à l’industrie forestière. Ottawa et Québec se disent prêts à en découdre avec les Américains en offrant des garanties de prêts aux entreprises. Mais sommes-nous vraiment prêts à mener une longue guerre de tranchées en attendant une victoire devant les tribunaux, ou négocierons-nous encore une fois une entente défavorable pour l’industrie?
20 juin 2017
La nature a-t-elle un prix ? 
Un article sur le site d'Agence Science-Presse
Attribuer une valeur économique à un paysage pourrait-il lui assurer une pérennité face aux promoteurs et entrepreneurs trop voraces ? Certains chercheurs le pensent et développent des outils pouvant les aider à mesurer cette valeur en vue de préserver et valoriser un territoire naturel.
20 juin 2017
Bois d’oeuvre: malgré l’aide, la menace plane toujours 
Un article dans Le Devoir
À moins d’un revirement majeur, les États-Unis devraient imposer de nouveaux droits sur le bois d’oeuvre cette semaine. Le prolongement du conflit menace l’industrie canadienne, même si Québec et Ottawa ont déployé des mesures musclées pour venir en aide aux producteurs d’ici.
15 juin 2017
Trois questions à Sophie Lavallée et Monique Poulin 
Un article dans Le Fil
Selon Canards Illimités, un organisme voué à la protection de la nature, entre 70% et 80% des milieux humides du Québec auraient disparu des zones agricoles et urbaines. Pour arrêter la destruction, le gouvernement québécois s’apprête à voter le projet de loi 132 sur la conservation des milieux humides. Sophie Lavallée, professeure à la Faculté de droit, et Monique Poulin, professeure au Département de phytologie, ont fait profiter de leur expertise le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.
14 juin 2017
Emerald ash borer could decimate Mount Royal trees, Projet Montréal says 
Un article dans The Gazette
Thousands of ash trees on Mount Royal could be at risk of succumbing to the emerald ash borer, which would decimate the green canopy of the city’s signature landmark, Projet Montréal charged Wednesday. Saying the invasive species has already been detected throughout the wooded sections of the mountain, about half of which are heavily populated by ash trees, Projet Montréal said the city is failing to move quickly enough to ensure the trees are saved. There are about 26,000 ash trees on Mount Royal, estimated to account for roughly one quarter of all the trees on the mountain.
13 juin 2017
Montréal se défend d'avoir sous-évalué l'agrile du frêne 
Un article dans Le Journal de Montréal
L'administration Coderre s'est défendue d'avoir sous-évalué la menace posée par l'agrile du frêne, comme l'affirme la vérificatrice générale de Montréal. Au contraire, l'élu responsable de l'environnement, Réal Ménard, estime que «nous avons gagné cette bataille» contre l'insecte ravageant les arbres de la métropole. En réponse au rapport de la vérificatrice qui critique la gestion de la lutte à l'agrile du frêne, Réal Ménard a assuré que Montréal avait pris au sérieux l'arrivée de l'insecte ravageur, dès sa détection en 2011.
12 juin 2017
Aménager la forêt les yeux fermés 
Un article dans Le Soleil
n chapitre entier du dernier rapport du Vérificateur général du Québec (VG) présentait les conclusions d'un audit de performance des travaux d'aménagement des forêts (sylviculture) en terres publiques, qui relèvent du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP). Vous n'en avez probablement pas entendu parler, c'est un sujet plutôt aride sur lequel les médias ont l'habitude de glisser. Mais cette partie du rapport soulève un grave problème: le Ministère n'a pas une idée précise de ses objectifs en matière d'aménagements, et surtout, il n'a pas les moyens de savoir s'il les atteint ou non.
12 juin 2017
Langue de science 
Un article dans Le Devoir
Lors d’un récent colloque de sciences politiques auquel je participais, j’ai été fasciné d’entendre l’anthropologue Rainer Enrique Hamel, de l’Université autonome métropolitaine de Mexico. « Combien y a-t-il de revues scientifiques au Brésil ? », a-t-il demandé à la salle. Comme vous, j’aurais gagé entre 15 et 150. La réponse : plus de 5000. Vous avez bien lu : 5000. Ce n’est pas le nombre d’articles, mais de revues. Incroyable ! Mais à la réflexion, ce qui est réellement incroyable, c’est justement que ça paraisse incroyable. Nous sommes à ce point convaincus de la domination de l’anglais que les francophones ont du mal à croire qu’il existe des revues scientifiques francophones par milliers.
12 juin 2017
Agrile du frêne : «le secret est dans le champignon» 
Un article dans L'Hebdo Journal
Le meilleur allié dans la lutte à l’agrile du frêne ne serait rien de moins qu’un champignon. Depuis un an, la firme trifluvienne GDG Environnement teste cette méthode naturelle pour contrôler l’insecte ravageur. Et les résultats sont promoteurs !
6 juin 2017
Le Canada accumule les retards, malgré les promesses libérales 
Un article dans Le Devoir
En soulignant la Journée mondiale de l’environnement lundi, le premier ministre Justin Trudeau a vanté le bilan de son gouvernement, qui « a pris des mesures importantes en vue de protéger l’environnement et d’encourager la création d’une économie axée sur la croissance propre ». Il a toutefois admis qu’il « reste encore beaucoup de travail à faire ». Le bilan libéral soulève d’ailleurs des questions, alors que le Canada accumule les retards dans des dossiers majeurs.
5 juin 2017
Les arbres peuvent aussi contribuer à la pollution 
Un article dans Le Devoir
On prête aux arbres de multiples vertus, notamment pour leur contribution à un air respirable dans les villes. Pourtant, en pleine canicule, la végétation contribue aux émissions d’ozone dans l’atmosphère. Pour le citadin, les arbres sont de vrais refuges. Alignés au bord des rues ou foisonnants dans les parcs, squares et autres jardins, ils adoucissent le paysage urbain et l’égayent de chants d’oiseaux ; ils captent aussi des polluants, notamment des particules fines et les oxydes d’azote du trafic automobile. Et, l’été, ils nous offrent une ombre précieuse, tout en climatisant l’air grâce à l’évapotranspiration qui survient à la surface de leurs feuilles. Mais il y a un revers à ces paysages parfois bucoliques qui parsèment les vastes étendues artificialisées : les arbres émettent des composés chimiques volatils (COV) qui peuvent contribuer à dégrader la qualité de l’air, vient de confirmer une équipe de l’Université de Berlin dans une étude publiée dans la revue Environmental Science Technology. Elle constate leur rôle amplificateur dans la pollution urbaine à l’ozone pendant les périodes de fortes chaleurs. "En hiver, la contribution de la végétation à cette pollution est négligeable, mais pendant la période de croissance des plantes, elle devient considérable" annonce Alina Churkina, chercheuse à l’Université de Berlin.
5 juin 2017
Québec investit 17 millions $ dans les pépinières du Québec 
Un article dans Le Journal de Montréal
Le gouvernement du Québec injectera 17 millions $ au cours de quatre prochaines années dans les pépinières du Québec afin de permettre la modernisation des équipements de production de plants forestiers. Les six pépinières publiques du Québec se diviseront 9,3 millions $ tandis que 13 pépinières privées profiteront de 8 millions $ d’investissement. «L'apport de nos pépinières est un atout majeur dans la chaîne de valeur de notre industrie», a indiqué le ministre des Forêts, Luc Blanchette, par communiqué, lundi, dans la foulée de son annonce faite à la pépinière gouvernementale de Trécesson, près d’Amos, en Abitibi.
2 juin 2017
Le BAPE recommande à Québec de mener une étude avant de déporter les caribous 
Un article dans La Presse
Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) recommande au gouvernement du Québec de réaliser une étude de viabilité avant de déporter la vingtaine de caribous forestiers de la harde de Val-d'Or au zoo de St-Félicien. Dans un rapport publié vendredi, le BAPE ajoute qu'il est «prématuré de conclure à l'impossibilité de rétablir cette population» sans qu'une étude en bonne et due forme ne soit réalisée. Cette recommandation se trouve dans un rapport du BAPE se penchant sur les impacts environnementaux du projet de mine Akasaba Ouest à Val-d'Or. Ce projet, piloté par Mines Agnico Eagle, vise à creuser une mine à ciel ouvert dans un secteur situé à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Val-d'Or pour en exploiter les gisements d'or et de cuivre.
31 mai 2017
Une innovation technologique pour mieux aider les espèces animales en danger 
Un article de Radio-Canada
Des chercheurs de l'Université de Duke, en Caroline du Nord, et de l'entreprise spécialisée dans la technologie SAS ont mis au point un programme permettant d'analyser des images numériques d'empreintes animales prises par n'importe quel téléphone intelligent, caméra ou drone. Baptisé ConservationFIT, ce logiciel pourrait aider les scientifiques à parfaire leurs connaissances sur les espèces menacées de disparition.
31 mai 2017
2,1 milliards pour planter des arbres 
Un article dans le Journal de Montréal
L’entretien des forêts publiques a coûté 2,1 milliards $ en 10 ans, mais une bonne partie de ces sommes est versée sans appel d’offres et le gouvernement ne sait pas si sa stratégie fonctionne, selon la vérificatrice générale.
30 mai 2017
Plus de 2500 arbres plantés dans les boisés de l’UQTR! 
Un article dans le Journal de l'UQTR
Une opération d’envergure inégalée a eu lieu les 18 et 20 mai derniers. Plus de 2500 arbres ont été plantés dans les milieux boisés du campus de Trois-Rivières. Initié par les étudiants du baccalauréat en sciences biologiques et écologiques, ce projet contribuera entre autres à augmenter la capacité de régénération de nos boisés ainsi que la quantité de carbone séquestré.
26 mai 2017
Assessment concludes urban forests in Chicago region face a warmer, wetter future 
Un article de Science Daily
A first-ever assessment of urban forest vulnerability to climate change in the Chicago region suggests that native tree species in a 7-million-acre area may decline while invasive species may thrive with shifts in habitat suitability.
26 mai 2017
Myanmar's extensive forests are declining rapidly due to political and economic change 
Un article de Science Daily
The loss of intact forest cover in Myanmar has accelerated over the last decade, according to a study published May 17, 2017 in the open-access journal PLOS ONE by Peter Leimgruber from Smithsonian Conservation Biology Institute, United States of America; Ned Horning from American Museum of Natural History, United States of America; and colleagues.
26 mai 2017
Changing climate could have devastating impact on forest carbon storage. New research to help guide policy decisions 
Un article de Science Daily
Biologists have shown what could be a startling drop in the amount of carbon stored in the Sierra Nevada mountains due to projected climate change and wildfire events.
26 mai 2017
Narco-deforestation' study links loss of Central American tropical forests to cocaine 
Un article de Science Daily
entral American tropical forests are beginning to disappear at an alarming rate, threatening the livelihood of indigenous peoples there and endangering some of the most biologically diverse ecosystems in North America. The culprit? Cocaine.
26 mai 2017
Want To Know Why Conservation Is Failing? Read On…. 
Un article dans Breaking the Brand
In recent years, as I have been monitoring the rhino horn trade/no-trade debate, it has become apparent that conservation groups, large and small, have very little ability to deal with government, donors, agencies, organisations or individuals who have a (overt or, particularly, covert) pro-trade agenda. This inability to fight back is not just about rhino horn, it is also why we find ourselves in a similar position on climate change, mining and many more issues.
26 mai 2017
Vaste opération contre la tordeuse au Québec 
Un article dans Le Journal de Montréal
Environ 252 000 hectares de forêt infestés de tordeuses des bourgeons de l'épinette seront traités cet été. Un programme de protection a été établi par la Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies (SOPFIM). Le plan vise les régions de la Côte-Nord, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. Sept bases d'intervention seront mises sur pied, incluant Forestville, Baie-Comeau, Mont-Joli, Rimouski et Sainte-Anne-des-Monts.

Les pulvérisations aériennes auront lieu en juin.

25 mai 2017
Rayonier Advanced Materials achète la société forestière québécoise Tembec pour 807 millions $ US 
Un article dans Huffington Post
La forestière Tembec (TSX:TMB) passe dans le giron d'une entreprise floridienne pour 807 millions $ US, un montant assumant la dette de la compagnie québécoise. Établie à Jacksonville, Rayonier Advanced Matrerial (NYSE:RYAM) estime que cette transaction lui permettra d'accroître sa diversification tout en ayant une présence à Montréal, où se trouve le siège social de sa prise.
24 mai 2017
Les beaux scientifiques jugés plus intéressants... mais moins crédibles! 
Un article dans Huffington Post
Les scientifiques au physique agréable suscitent davantage d'intérêt pour leurs travaux mais sont le plus souvent vus comme moins crédibles que leurs homologues physiquement ordinaires, selon une étude publiée lundi. "Il semblerait que le public utilise l'apparence faciale comme référence quand il s'agit de sélectionner et d'évaluer des informations scientifiques", relève Will Skylark du département de psychologie à l'Université de Cambridge au Royaume-Uni, le principal auteur de ces travaux parus dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).
23 mai 2017
'My worst nightmares are coming true': last major primeval forest in Europe on 'brink of collapse' 
Un article dans The Guardian
Polish government is accused of pushing Białowieża forest ecosystem to point of no return with state-sanctioned logging in Unesco world heritage site.
17 mai 2017
Relancer l'industrie forestière 
Un reportage à Radio-Canada 24/60
Le conflit du bois d'oeuvre avec les États-Unis fait déjà des victimes au Québec. Produits forestiers Résolu ralentit la production. Entrevue avec le ministre des Forêts Luc Blanchette à l'émission 24/60 pilotée par Anne-Marie Dussault.
17 mai 2017
American Trees Are Moving West, and No One Knows Why 
Un article dans The Atlantic
As the consequences of climate change strike across the United States, ecologists have a guiding principle about how they think plants will respond. Cold-adapted plants will survive if they move “up”—that is, as they move further north (away from the tropics) and higher in elevation (away from the warm ground). A new survey of how tree populations have shifted over the past three decades finds that this effect is already in action. But there’s a twist: Even more than moving poleward, trees are moving west.
16 mai 2017
Le destin croisé des caribous et des Premières Nations 
Un blogue paru dans Ricochet
Le déplacement de la harde de caribous de Val-d'Or au zoo de St-Félicien rappelle un triste destin à plusieurs Autochtones.
Le 21 avril dernier, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs annonçait sa décision de capturer la harde de caribous de Val-d’Or afin de la relocaliser au zoo de Saint-Félicien. Plus tôt cet hiver, le ministère avait autorisé la compagnie forestière EACOM à construire un chemin forestier en plein cœur du territoire protégé du caribou de Val-d’Or. Tout porte à croire que la relocalisation du caribou vise à permettre l’exploitation forestière dans cette partie du territoire abitibien. Si les groupes environnementaux ont été très visibles dans le dossier, la réaction autochtone a été beaucoup moins diffusée. Ricochet a rencontré trois membres des Premières Nations afin de mieux comprendre l’importance du caribou dans les cultures algonquiennes.
16 mai 2017
La fin de l'ère du 2x4 
Un éditorial dans Le Quotidien
ÉDITORIAL de Marc St-Hilaire / Ça fait plus de trente ans que ça dure ; depuis 1982 pour être exact. Trois décennies et demie au cours desquelles l'industrie du bois d'oeuvre a été à la merci des forestières américaines. Pendant cette période, cinq conflits commerciaux ont éclaté et ont fragilisé nos entreprises, les plus petites comme les plus grandes. Il y a certes lieu de crier au protectionnisme américain, à l'acharnement, à l'injustice, comme nous l'avons toujours fait, mais une fois les coups de gueule passés, la question principale demeure : y a-t-il encore un avenir pour la forêt ?
15 mai 2017
CONFLIT DU BOIS D’ŒUVRE : AFFRONTER LA TEMPÊTE AVEC L’INNOVATION 
Un article dans La Presse+
L’industrie forestière québécoise a durement ressenti la décision du gouvernement américain d’imposer des droits de douane de 20 % sur le bois d’œuvre canadien. Devant cet obstacle, les acteurs d’ici se trouvent face à un obstacle supplémentaire pour demeurer compétitifs sur le sol américain. Et c’est probablement par leurs innovations que les firmes québécoises peuvent maintenir, voire améliorer, leur position.
15 mai 2017
Les doctorants sont surqualifiés, et ils le savent 
Un article dans Sciences Presse
Oui, les détenteurs d’un doctorat sont peu nombreux à décrocher un emploi dans une université. Mais on aurait tort de croire qu’ils l’ignorent. Ils savent qu’ils sont à risque de se retrouver dans un marché du travail où ils seront surqualifiés, mais ils y vont quand même. C’est un des constats qui se dégageait du panel sur « l’employabilité des doctorants » tenu cette semaine au congrès de l’Acfas. « Seulement 6 à 30 % des doctorants décrocheront un poste de prof à l’Université », rappelle Simon Bousquet, du MITACS, un organisme dont un des objectifs est de favoriser les partenariats entre universités et entreprises.
12 mai 2017
Québec veut donner un coup de barre en innovation 
Un article dans Le Journal Métro
Le Québec a un «sérieux coup de barre» à donner en matière de commercialisation de ses innovations, reconnaît le gouvernement Couillard, qui espère pouvoir combler ce retard à moyen terme. Bien que cet aspect fasse partie des trois principaux objectifs de la Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation (SQRI) dévoilée vendredi, il ne récolte toutefois pas la part du lion des 585 millions $ supplémentaires qui seront investis au cours des cinq prochaines années. D’ici 2022, l’État québécois allongera 132 millions $ pour le développement des compétences et de la relève, 267 millions $ dans la recherche et 185 millions $ pour la commercialisation des innovations — soit une moyenne de 37 millions $ par année.
11 mai 2017
Changements climatiques et coopération scientifique discutés au Conseil de l'Arctique 
Un article dans Radio-Canada
La rencontre du Conseil de l'Arctique à Fairbanks, en Alaska, s'est soldée par de nombreuses prises de position sur les changements climatiques, le développement économique et la nécessité d'une meilleure collaboration en recherche scientifique. Le Conseil de l'Arctique rassemble les huit pays et les six organisations autochtones qui bordent le cercle polaire. L'organisation vise le dialogue et la coopération entourant la protection de l'environnement, l'exploitation des ressources naturelles, le trafic maritime ou toute autre question d'intérêt pour la grande région.
10 mai 2017
Épidémie de tordeuses: des scientifiques demandent l'aide de citoyens 
Un article dans La Presse
Si vous êtes un fin connaisseur en matière d'insectes, le gouvernement fédéral a besoin de votre aide. Ressources naturelles Canada est à la recherche de «scientifiques citoyens» pour contribuer à la lutte contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette, un insecte qui ravage les forêts dans plusieurs régions de l'est du Canada. Cet été marquera la troisième année d'un programme mené par le Service canadien des forêts. Plus de 400 membres du public y prennent aujourd'hui part et contribuent ainsi à dénombrer l'espèce envahissante dans six provinces canadiennes ainsi que dans l'État américain du Maine.
10 mai 2017
DU TROC DANS LES BOIS 
Un reportage de Radio-Canada
À l'émission La semaine verte, un reportage sur les champignons et bactéries. Les nouvelles connaissances sur la vie du sol changent la vision de certains chercheurs en foresterie. Au lieu de nourrir les arbres en difficulté avec des engrais agricoles, ne devrait-on pas confier le travail aux champignons et aux bactéries?
9 mai 2017
Beavers reported on the Yukon tundra for the first time 
Un article dans Canadian Geographic
Arctic 'shrubification' caused by global warming may be drawing herbivores further north. Canada’s national animal has been turning up in some unexpected places lately, and while there are different theories about how exactly the beaver has managed to gain a foothold in the Arctic tundra, a recent report says climate change is likely a factor. In 2008 and 2009, Inuvialuit hunters reported seeing beavers on two northern Yukon rivers, near the Beaufort Sea. Then, in 2015, Thomas Jung, a biologist with Environment Yukon, spotted a large dam, beaver lodge and winter food cache on the Babbage River in Ivvavik National Park. All of this suggests beavers are attempting to colonize the Beaufort coastal plain, according to an article by Jung, published in the journal Canadian Field-Naturalist.
9 mai 2017
Tous les indicateurs du réchauffement climatique sont au rouge 
Un article dans Le Monde
L’espoir de maintenir la hausse de la température moyenne sous la barre fatidique des 2 °C s’éloigne de plus en plus.Alors que les Etats-Unis menacent de quitter l’accord de Paris et que s’est ouverte lundi 8 mai, à Bonn (Allemagne), la session annuelle des négociations climatiques, le réchauffement de la planète se poursuit, à bride abattue. Selon les données du National Climatic Data Center (NCDC) américain, le premier trimestre de l’année en cours est en effet le deuxième plus chaud jamais enregistré, à moins de 2/10ede degré Celsius derrière les trois premiers mois de l’année 2016.

Or celle-ci, marquée par un phénomène El Niño d’une intensité exceptionnelle, a été celle de tous les excès. Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), sa température moyenne a excédé de 1,1 °C les niveaux de l’ère préindustrielle, battant ainsi le record de l’année 2015. Qui elle-même battait le record de l’année précédente.

9 mai 2017
Slow-freezing Alaska soil driving surge in carbon dioxide emissions 
Un article dans The Guardian
Alaska’s soils are taking far longer to freeze over as winter approaches than in previous decades, resulting in a surge in carbon dioxide emissions that could portend a much faster rate of global warming than scientists had previously estimated, according to new research. Measurements of carbon dioxide levels taken from aircraft, satellites and on the ground show that the amount of CO2 emitted from Alaska’s frigid northern tundra increased by 70% between 1975 and 2015, in the period between October and December each year.
9 mai 2017
Caribous: le dossier «à l'étude», dit Luc Blanchette 
Un article dans L'Écho Abitibien
Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a affirmé lundi après-midi que la décision de déporter les caribous au Zoo de St-Félicien était à l'étude, mais qu'il s'agissait encore de l'intention du ministère. Alors que le ministre participait à une conférence de presse lors du lancement de la 26e Semaine minière du Québec à la mine Canadian Malartic, il s'est exprimé sur la situation. M. Blanchette reconnaît «avoir eu beaucoup de contestation» depuis l'annonce de la décision. «C'était l'idée (la déportation), mais là, il y a beaucoup de gens qui s'opposent à cela et j'ai reçu les commentaires. Donc, on est en train d'étudier la chose», a-t-il indiqué.
8 mai 2017
GOT TENT CATERPILLARS? GOOD, NOW JUST LET THEM BE 
Un article dans Nantucket Chrpnicle
Why you should ignore, if not admire, the Eastern Tent Caterpillar.
5 mai 2017
Emissions from the edge of the forest | Fragmentation of tropical forests increases global emissions of greenhouse gases 
Un article dans Science Daily
Half of the carbon stored in all of Earth's vegetation is contained in tropical forests. Deforestation has a correspondingly fatal effect. Scientists estimate that this releases 1,000 million tonnes of carbon every year, which, in the form of greenhouse gasses, drives up global temperatures. A team of scientists has discovered that fragmentation of formerly contiguous areas of forest leads to carbon emissions rising by another third.
5 mai 2017
Indigenous lands ‘critical’ to forest protection in Peru, biodiversity maps show 
Un article dans Mongabay
New maps of forest biodiversity in Peru illustrate the importance of lands held by indigenous peoples in safeguarding a wide variety of forest types, even as more formal protections such as parks and reserves fall a little bit short. “Peru has a pretty good report card overall” in how the country protects its 76 million hectares (293,438 square miles) of forests, said Greg Asner, a global ecologist from the Carnegie Airborne Observatory (CAO) in Stanford, California, who led the research. The research found that nearly 43 percent of forests in the Andes or the Amazon benefited from some sort of protection.
5 mai 2017
Une route sur le territoire des caribous malgré des avis défavorables d’experts 
Un article dans le Journal de Montréal
e ministère de la Faune a autorisé la construction d’un chemin sur le site faunique des caribous forestiers de Val-d’Or, malgré l’avis défavorable de ses propres experts. L’attachée de presse du ministre Luc Blanchette confirme qu’un avis faunique et un courriel de deux biologistes indiquaient que des répercussions étaient possibles chez les caribous si l’entreprise EACOM construisait son chemin forestier. Elle a toutefois tenu à préciser que le chemin en question était situé à l’extérieur de l’aire protégée, dans la zone dite «tampon» du territoire des caribous.
5 mai 2017
Caribous: Québec a ignoré des avis de ses experts 
Un article dans Le Devoir
Le ministère censé protéger l’espèce a autorisé la construction d’un chemin forestier dans l’aire protégée avant d’annoncer le déplacement de la harde vers le Zoo de Saint-Félicien. Le gouvernement Couillard a autorisé au début de l’année l’entreprise forestière EACOM à construire une route au coeur du territoire protégé des caribous de la région de Val-d’Or, malgré l’avis défavorable de ses propres experts de la faune. Il a par la suite décidé d’envoyer ces animaux en captivité, ce qui permettra d’exploiter un territoire actuellement inaccessible en Abitibi.
4 mai 2017
Le bruit de l’homme affecte les espèces jusque dans les aires protégées 
Un article dans Le Monde
La pollution sonore provoquée par l’homme entraîne des effets en cascade pour l’ensemble des écosystèmes, selon une étude publiée dans la revue « Science ».

L’homme vient rompre la quiétude des animaux jusque dans les espaces les plus sauvages. Pas seulement du fait de la déforestation ou du braconnage, mais également en raison du bruit qu’entraînent ses activités. Cette pollution sonore constitue une nouvelle menace pour les aires protégées et les espèces qu’elles abritent : elle réduit leur survie et leur reproduction, entraînant des effets en cascade pour l’ensemble des écosystèmes. Voilà l’alerte lancée par une étude publiée dans la revue Science, vendredi 5 mai, la première menée à une échelle aussi large, celle des Etats-Unis.

4 mai 2017
Combien vaut la vie d'une espèce en danger? 
Un article dans Science Presse
Les scientifiques déplorent que certaines espèces menacées soient vouées à disparaître faute de financement pour les protéger. Mais peut-on vraiment toutes les protéger ? Depuis quelques années, un groupe d’experts milite pour l’adoption d’un ensemble de critères qui permettrait de « trier » animaux et plantes qui « méritent » d’être préservés. Chaque année, des montants importants sont d’ores et déjà attitrés à la conservation des espèces. Mais selon une experte comme Leah Gerber, de l’Université d’État de l’Arizona, citée dans le magazine Outside, les sommes déboursées ne sont pas suffisantes pour toutes les protéger. Les conservateurs se voient donc obligés de faire des choix et tous ne sont pas d’accord sur ces choix.
4 mai 2017
Can Tree Planting Really Help Mitigate Climate Change? 
Un article dans EOS
For centuries, nature enthusiasts around the world have hosted events to plant and care for trees. At the first U.S. Arbor Day, held in 1872, Nebraska residents planted an estimated 1 million trees. In more recent years, some groups have called for reforestation (planting trees in areas where they had formerly grown but were cut down, burned, or otherwise destroyed) and afforestation (planting trees in areas where they have not historically grown, such as in grasslands) with a new goal in mind: to help mitigate climate change. When a tree takes in carbon from the atmosphere, it stores it throughout its lifetime through a process called carbon sequestration. The surrounding soil can sequester carbon for even longer periods, for hundreds, sometimes thousands, of years.

Still, scientists have questioned whether tree planting is a good way to mitigate humanity’s effect on climate. In particular, a landmark study in 2000 found that for most of the world’s forests, the cons can outweigh the pros.

1 mai 2017
Long-term fate of tropical forests may not be as dire as believed, says study 
Un article dans Science Daily
Conventional wisdom has held that tropical forest growth will dramatically slow with high levels of rainfall. But researchers turned that assumption on its head with an unprecedented review of data from 150 forests that concluded just the opposite.
1 mai 2017
Scientists examine impact of high-severity fires on conifer forests 
Un article dans Science Daily
The ability of some Western conifer forests to recover after severe fire may become increasingly limited as the climate continues to warm, scientists from the Smithsonian Conservation Biology Institute (SCBI) and Harvard Forest found in a new study published in Global Change Biology. Although most of these cone-bearing evergreen trees are well adapted to fire, the study examines whether two likely facets of climate change -- hotter, drier conditions and larger, more frequent and severe wildfires -- could potentially transform landscapes from forested to shrub-dominated systems.
1 mai 2017
Single-family homes killed L.A.'s urban forest | Researchers find regions of Southern California lost as much as 55 percent of urban green cover in a decade 
Un article dans Science Daily
Analyzing aerial imagery, scientists have found a loss of green cover up to 55 percent in single-family home lots of the Los Angeles region from 2000-09.
1 mai 2017
New research unlocks forests' potential in climate change mitigation 
Un article dans Science Daily
For the first time, scientists have created a global map measuring the cooling effect forests generate by regulating the exchange of water and energy between the Earth's surface and the atmosphere. The information offers a valuable new tool in efforts to mitigate climate change, according to a new article.
1 mai 2017
Le caribou migrateur du Québec est «en voie de disparition» 
Un article dans Le Devoir
Le comité fédéral sur la situation des espèces en péril vient de recommander d’inscrire le caribou migrateur du Québec comme étant « en voie de disparition ». Un geste qui témoigne de l’ampleur du déclin de ce cervidé, encore très abondant il y a à peine 20 ans. Pour la première fois, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a évalué le cas du caribou migrateur de l’Est. Il a ainsi constaté un déclin majeur de la population de ce cervidé au cours des dernières années. À titre d’exemple, le comité cite le cas de la harde de la rivière George au Québec et au Labrador. Ses effectifs, qui atteignaient « plus de 800 000 individus en 1993 », « ont maintenant chuté à un niveau sans précédent, soit à quelques milliers d’animaux ». Une deuxième harde importante connaît également « un grave déclin », note le COSEPAC.
29 avril 2017
« On ne peut pas fermer la ville de Val-d'Or pour maintenir 50 caribous », déclare Luc Blanchette 
Un article dans OP
Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, affirme que sa décision de déplacer la harde de caribous forestiers de Val-d'Or vers le Zoo sauvage de Saint-Félicien est basée sur des faits scientifiques. Le quotidien Le Devoir a publié mercredi matin un article affirmant que Québec refuse de fournir les éléments factuels et documents qui justifient cette décision. « C'est basé sur la science ». En entrevue à l'émission Des matins en or, le ministre Blanchette a énuméré certaines de ses sources. Selon lui, les analyses ont été faites par « les gens du ministère » ainsi que par des biologistes « à l'externe ». « On a travaillé même avec le fédéral là-dessus », dit-il.
26 avril 2017
Déplacement de caribous: Québec refuse d’expliciter sa décision 
Un article de Le Devoir
Même si le gouvernement Couillard affirme que le transfert en captivité des derniers caribous de la région de Val-d’Or est la seule solution pour les sauver, il refuse de fournir les éléments factuels ou les documents sur lesquels il se base pour justifier cette décision sans précédent au Québec. À plusieurs reprises depuis vendredi dernier, Le Devoir a demandé au cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), Luc Blanchette, de lui fournir les détails des scénarios qui ont été étudiés concernant l’avenir de la harde de caribous de Val-d’Or, dont il ne subsisterait plus qu’une quinzaine d’individus.
26 avril 2017
Le bois d'oeuvre, c'est quoi au juste? 
Un article de Radio-Canada
Le Canada et les États-Unis sont entrés dans un autre conflit sur le bois d'oeuvre. Mais qu'entend-t-on par bois d'oeuvre et que représente cette industrie pour l'économie canadienne? Voici quelques explications en chiffres.
24 avril 2017
Le caribou de Val-d’Or: une sauvegarde mal comprise 
Un article de Le Devoir
LIBRE OPINION — FAUNE - Charles-Antoine Drolet, biologiste Nature Québec | On croit rêver ! Depuis quand la survie d’une espèce passe-t-elle par sa mise en boîte ? Par ce geste incompréhensible, le ministre et son gouvernement croient-ils vraiment ce qu’ils affirment, à savoir que le transfert des caribous de Val-d’Or dans un zoo va régler la question de leur survie ? D’autant plus que le zoo de Saint-Félicien, à qui on destine ce transfert, vient de subir la perte de 19 des 21 caribous qu’il gardait en captivité. À quand la mise en aquarium des bélugas du Saint-Laurent ?
21 avril 2017
Les Cris de Mistissini deviennent les seuls gestionnaires de la réserve faunique des Lacs-Albanel-Mistassini-et-Waconichi 
Un article de Radio-Canada
Le gouvernement du Québec confie à la Nation crie de Mistissini la gestion complète de la réserve faunique des Lacs-Albanel-Mistassini-et-Waconichi, située en Eeyou Istchee, le territoire des Cris du Québec. Depuis 2005, la gestion de cette réserve faunique était assurée conjointement par la Nation crie et par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). Pour le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, ce transfert, en vigueur depuis le 1er avril, « favorisera la participation des communautés autochtones à la gestion et à l’utilisation du territoire ». « La Nation crie de Mistissini est tout à fait apte à assumer ses responsabilités dans le domaine », ajoute le ministre responsable des Affaires autochtones au Québec, Geoffrey Kelley. « Enfin! » s’écrie le chef adjoint de la Nation crie de Mistissini, Gerald Longchap, qui pilote le dossier.
21 avril 2017
Climat: recherche menacée aux Etats-Unis, impact sur le monde entier 
Un article dans le Journal de Montréal
«Ce n’est pas juste une affaire américaine!», avertissent des scientifiques de tous les continents: des coupes drastiques dans les budgets de la recherche climatique aux États-Unis affecteraient le travail de chercheurs du monde entier.

Nombre d’entre eux devraient rejoindre samedi à Washington mais aussi Paris, Tokyo, Melbourne ou Hyderabad des centaines de «marches citoyennes pour la science», un mouvement lancé aux États-Unis quelques jours après l’investiture du président climato-sceptique Donald Trump. Bob Ward, du Grantham Research Institute on Climate Change de Londres, fera le voyage dans la capitale fédérale, «en solidarité avec les climatologues américains, assaillis par certains politiciens, lobbies ou médias», et cibles d’une «guerre idéologique».

21 avril 2017
Les caribous de Val-d’Or envoyés au Zoo de Saint-Félicien 
Un article de Le Devoir
Dans un geste sans précédent, le gouvernement du Québec a décidé de capturer les derniers caribous de la harde de Val-d’Or pour les envoyer au Zoo de Saint-Félicien, a appris Le Devoir. Une décision qui pourrait faciliter la vie à l’industrie forestière en Abitibi, puisque la protection du territoire de cette espèce menacée lui impose des contraintes depuis plusieurs années. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, doit annoncer ce vendredi matin, à Val-d’Or, la décision de retirer les quelque 20 caribous forestiers de leur milieu naturel pour les déménager au « zoo sauvage » situé au Lac-Saint-Jean.
21 avril 2017
Près de la moitié des frênes seront rayés de la carte à Montréal 
Un article de La Presse
Cinq ans après l'arrivée de l'agrile du frêne sur l'île, la Ville de Montréal pense qu'elle sera en mesure de sauver seulement la moitié des arbres attaqués par cet insecte ravageur. La métropole évalue que la stratégie mise en place pour contrer l'infestation permettra à un peu plus de 50 000 des 100 000 frênes sur rue de survivre. La Ville de Montréal a dévoilé, hier, son bilan de la lutte contre l'agrile du frêne, insecte ravageur détecté pour la première fois à Montréal en 2012. On y apprend que le nombre d'arbres infestés par l'insecte a continué à progresser. Pas moins de 931 arbres infestés ont été dépistés en 2016, soit 63 % de plus que l'année précédente.
20 avril 2017
Plantation d'arbres : Montréal n’atteint pas son objectif 2017 
Un article du Journal de Montréal
Montréal n’arrivera pas à respecter l’objectif de plantation d’arbres qu’elle s’était donnée pour 2017 et il manque un peu plus de 100 000 arbres pour l’atteindre. La Ville et ses partenaires privés devaient planter au total 185 000 arbres, mais n’en ont planté que 83 845 depuis 2012. Même avec les 11 000 arbres que Montréal compte planter cette année, ce ne sera pas suffisant pour atteindre son objectif qu’elle s’était fixé en 2012. «On ne raisonne pas comme ça, a plutôt dit jeudi Réal Ménard, responsable de l’environnement au comité exécutif de la Ville de Montréal. La responsabilité de la Ville est de planter 98 000 arbres d’ici 2025 et on est confiant qu’on va y arriver», précisant qu’il a révisé l’an dernier le plan initial.

| Montréal plante-t-elle assez d'arbres? (Journal Métro) 

20 avril 2017
Espèces en péril: l'inaction d'Ottawa contestée devant les tribunaux 
Un article de La Presse
La Société pour la nature et les parcs dépose en effet ce matin un recours juridique en Cour fédérale afin de forcer le ministère de l'Environnement à respecter la Loi canadienne sur les espèces en péril, qui vise particulièrement le sort du du caribou des bois. La Société pour la nature et les parcs (SNAP) dépose en effet ce matin un recours juridique en Cour fédérale afin de forcer la ministre de l'Environnement Catherine McKenna à respecter la Loi canadienne sur les espèces en péril (LEP).
19 avril 2017
Nouveautés chez Google Earth 
Un article de Huffington Post
Le géant internet américain Google (groupe Alphabet) a lancé mardi une nouvelle version de son atlas numérique gratuit Google Earth, remaniée pour y ajouter davantage d'informations en recourant notamment à l'intelligence artificielle. "C'est un produit qui parle à nos valeurs les plus profondes en termes d'éducation et de mise des informations à la disposition des gens", a commenté Rebecca Moore, une responsable de Google Earth, en présentant à l'AFP la nouvelle version de ce programme qui permet d'explorer la planète depuis son ordinateur ou son téléphone intelligent. Une option baptisée "Voyager" permet ainsi aux utilisateurs d'être guidés vers des histoires interactives racontées par des experts au sujet des lieux qu'ils survolent, grâce à des partenariats avec entre autres BBC Earth, la NASA, l'émission télévisée "Sesame Street" ou le Jane Goodall Institute, connu pour son travail de protection des chimpanzés. Le nouveau Google Earth utilise aussi l'intelligence artificielle pour fournir aux utilisateurs des "cartes de connaissance" leur donnant accès à des informations en ligne sur les montagnes, les pays ou les sites qu'ils visitent virtuellement.
17 avril 2017
Bientôt un outil de détection des champignons 
Un article de La Terre
Les propriétaires forestiers qui ont l’intention d’exploiter les champignons sauvages auront bientôt plus de facilité à déterminer le potentiel de leurs propriétés grâce aux travaux que réalise une équipe de chercheurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). « Il s’agit d’une première canadienne », précise le professeur Hugo Germain, directeur du Groupe de recherche en biologie végétale de l’UQTR. Il supervise la recherche de Geneviève Laperrière au doctorat en biologie cellulaire et moléculaire. « L’outil qui sera développé va permettre de détecter beaucoup plus facilement la présence d’une cinquantaine d’espèces de champignons sauvages sur le territoire du Québec. »
14 avril 2017
Bois d’oeuvre : les États-Unis trancheront sur les droits le 25 avril 
Un article de Radio-Canada
Le département américain du Commerce annoncera le 25 avril s'il compte imposer ou non des droits compensatoires sur le bois d'oeuvre canadien. Un porte-parole du département a indiqué que si des droits devaient être imposés sur les importations, ils commenceraient à l’être environ une semaine plus tard. Une autre décision sur un deuxième genre de droit -- les droits antidumping -- devrait être prise le 5 mai, mais pourrait être reportée. L’analyste Paul Quinn, de RBC Marchés des capitaux, s’attend à ce que les Américains imposent des droits de type « choc et stupeur », de l’ordre de 30 à 40 %. « Je ne serais pas étonné si les taux préliminaires étaient très élevés », a-t-il indiqué depuis Vancouver.
13 avril 2017
Une application permet de recenser les orignaux avec son téléphone 
Un article de Radio-Canada
Un professeur de l'Université de l'Alberta veut révolutionner la manière dont on fait le décompte des orignaux dans la province. Il a développé une application pour téléphones intelligents qui permet aux chasseurs de lui fournir des données précieuses pour assurer la conservation de ce grand cervidé.
11 avril 2017
« C’est révoltant qu’un gouvernement néglige un secteur aussi stratégique que celui de la foresterie » 
Un article dans L'Avantage
Le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Guy Caron, veut que le gouvernement fasse connaître son plan pour faire face à la crise qui se dessine dans l’industrie du bois d’œuvre canadien. Le député croit que d’ici quelques semaines, le gouvernement américain annoncera la détermination pouvant s’élever jusqu’à 30 % sur le bois d’œuvre canadien vendu aux États-Unis, faisant suite à la plainte que les producteurs américains ont déposée au Département du Commerce des États-Unis. « La surtaxe pourrait s’appliquer dès le 1er mai prochain sur les exportations de bois d’œuvre canadien. Dans ce contexte, les entreprises forestières de la région n’ont d’autre choix que de se préparer à encaisser le coup et, dans certains cas, à évaluer les possibilités de pertes d’activités importantes dans les prochains mois », d’affirmer le député.
10 avril 2017
Financement de la recherche: il y a urgence 
Un article dans Le Journal Métro
Le fédéral doit augmenter substantiellement le financement de la recherche scientifique «de toute urgence», selon un comité créé par le gouvernement Trudeau. Le comité consultatif sur l’examen du soutien fédéral à la science fondamentale estime que 1,3 milliard $ supplémentaires sont nécessaires au cours des quatre prochaines années. Le groupe créé en juin par la ministre des Sciences, Kirsty Duncan, a rendu public son rapport lundi.
8 avril 2017
Bois d’œuvre : le monde forestier s’unit pour interpeller Ottawa 
Un article dans Radio-Canada
L'ensemble du monde forestier québécois relance le gouvernement fédéral afin qu'il confirme son appui aux entreprises forestières qui feront bientôt face à une surtaxe à l'exportation du bois d'œuvre vers les États-Unis. À 18 jours de la décision américaine concernant le taux de cette taxe, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a fait une sortie en ce sens, jeudi matin, entouré de représentants des entreprises, des syndicats et des municipalités. Il a demandé à Ottawa d'annoncer immédiatement son programme de garantie de prêt.
7 avril 2017
Quand le cerf porte ombrage au trille 
Un article dans le Fil des événements
Le trille blanc ne fait pas bon ménage avec le cerf de Virginie. En effet, selon une étude publiée récemment dans Botany, les trilles auraient une plus petite surface foliaire dans les milieux où la densité de cerfs est élevée. Cette réduction, qui témoigne d’une diminution de la taille générale des plants, pourrait menacer la survie de certaines populations de trilles blancs, avancent les auteurs de l’étude. Jean Dubé et Claude Lavoie, de l’École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional et du CRAD, et leurs collègues Marie-Pierre Beauvais et Stéphanie Pellerin, de l’Institut de recherche en biologie végétale de l’Université de Montréal, arrivent à ce constat après avoir mesuré la surface foliaire de près de 2 800 spécimens de trilles blancs.
7 avril 2017
Polish law change unleashes 'massacre' of trees 
Un article dans The Guardian
New law allows private landowners to cut down any number of trees without applying for permission or even informing authorities.
A controversial change to Polish environmental law has unleashed what campaigners describe as a “massacre” of trees across the country. The new amendment, commonly known as “Szyszko’s law”, after Jan Szyszko, Poland’s environment minister, removes the obligation for private landowners to apply for permission to cut down trees, pay compensation or plant new trees, or even to inform local authorities that trees have been or will be removed. The change came into force on 1 January and has led to a surge in tree-felling, with activists reporting newly cleared spaces in cities, towns and parts of the countryside all over Poland.
5 avril 2017
New Video Spotlights Indigenous Guardians’ Leadership on the Land 
Un article dans Indigenous LEadership Initiative
Gloria Enzoe grew up hearing her mother talk about the love for the land and the need to speak on behalf of the water, air, trees and animals. When the Elders in her community of Lutsel K’e in the Northwest Territories began calling for a local program to manage traditional territory and get youth out on the land, Gloria knew it was a chance to honour her mother’s teachings. In 2008, she helped launch the Ni hat’ni Dene, an Indigenous Guardians program. Now these guardians care for millions of hectares of vibrant boreal forest and vast stretches of Great Slave Lake, one of the largest lakes in the world. In a new video about Indigenous Guardians, Gloria talks about the far-reaching value of their work.
4 avril 2017
Avenir sombre pour l'industrie forestière 
Un article dans Le Quotidien
L'horizon s'assombrit de plus en plus pour l'industrie des pâtes et papiers. Le grand patron de Produits forestiers Résolu (PFR), Richard Garneau, prévoit des fermetures alternatives dans les usines de papier (Kénogami et Dolbeau), ainsi que des arrêts de production plus longs pour certaines scieries avec le début de la nouvelle crise du bois d'oeuvre, au début mai. De passage au Cercle de presse mardi matin, Richard Garneau a dressé le portrait de l'industrie qui représente toujours 60 000 emplois au Québec et qui arrive à la croisée des chemins. Le nouveau régime forestier québécois a provoqué une augmentation de 10 % du coût de la ressource et ne parviendra visiblement pas à affranchir l'industrie québécoise des velléités protectionnistes de l'industrie américaine du bois d'oeuvre.
4 avril 2017
How to stop deforestation: 'Indigenous people are the best park rangers' 
Un article dans The Guardian
Trees soak up greenhouse gases, so how do we ensure their protection? Our experts offer seven ideas for the conservation and restoration of forests. 1 | Stop subsidising agriculture that harms forests 2 ...
3 avril 2017
Lutte contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette: pas d’arrosage avant 2018 
Un article dans Info Dimanche
Le Gouvernement du Québec investit 10 millions de dollars dans un programme de pulvérisation aérienne d'insecticide biologique contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette (TBE) pour les petites forêts privées du Québec. Toutefois, l'arrosage ne débutera qu'en 2018. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a annoncé aujourd'hui en compagnie du ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour, et du député de Côte-du-Sud, Norbert Morin, l'octroi d'une subvention de 10 millions de dollars à la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies pour la mise en œuvre d'un programme de lutte sur quatre ans.
3 avril 2017
La tordeuse de l’épinette dans le tordeur 
Un article dans La Terre
L’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette prend de l’ampleur et suscite l’inquiétude. En conférence de presse aujourd’hui à Saint-Pascal de Kamouraska, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a annoncé un investissement de 10 M$ sur quatre ans dans un programme de pulvérisation aérienne d’insecticide biologique pour les forêts privées. En deux mots, Québec déclare la guerre à la tordeuse. Les jeunes plantations et les forêts naturelles ayant fait l’objet de travaux sylvicoles seront aspergées en priorité avec un insecticide, mais toutes les forêts concernées, peu importe leur taille, seront aussi traitées, explique Pierre-Maurice Gagnon, président de la Fédération des producteurs forestiers du Québec. Ce dernier salue la contribution de Québec. Il assure cependant qu’il en faudra plus. « Les 10 M$ représentent un montant suffisant pour arroser avec l’insecticide, mais il faudra environ 30 M$ supplémentaires sur quatre ans pour reboiser et remettre en production les forêts ravagées », dit-il, en entrevue à la Terre.
1 avril 2017
«SOS mont Hereford» veut sauver l'important legs testamentaire 
Un article dans La Presse
Le plus important legs testamentaire de conservation en terre privée de l'histoire du Québec sera saccagé par une ligne de transmission d'Hydro-Québec vers le New Hampshire, soutient une nouvelle coalition qui demande au gouvernement d'obliger la société d'État à revoir son projet. «SOS mont Hereford», un mouvement lancé mercredi à Montréal par Nature Québec, le Conseil régional de l'environnement de l'Estrie, Corridor appalachien et le Réseau de milieux naturels protégés, déplore que le tracé aérien retenu actuellement par Hydro-Québec pour son projet Northern Pass traverse le massif de cette montagne, située près des villages d'East Hereford et Saint-Herménégilde, en Estrie. La coalition, aussi appuyée par le chanteur Richard Séguin, qui réside dans la région, ne s'oppose pas au projet d'exportation lui-même, mais demande le contournement et l'enfouissement de la ligne sur un peu plus de 15 kilomètres. Selon le directeur général de Nature Québec, Christian Simard, une telle mesure représenterait des coûts d'environ 60 millions $ sur un projet évalué à 2,7 milliards $, «ce qui ne devrait pas handicaper la rentabilité de ce projet».
31 mars 2017
Spiders could theoretically eat every human on Earth in one year 
Un article dans le Washington Post
Spiders are quite literally all around us. A recent entomological survey of North Carolina homes turned up spiders in 100 percent of them, including 68 percent of bathrooms and more than three-quarters of bedrooms. There's a good chance at least one spider is staring at you right now, sizing you up from a darkened corner of the room, eight eyes glistening in the shadows. Spiders mostly eat insects, although some of the larger species have been known to snack on lizards, birds and even small mammals. Given their abundance and the voraciousness of their appetites, two European biologists recently wondered: If you were to tally up all the food eaten by the world's entire spider population in a single year, how much would it be? Martin Nyffeler and Klaus Birkhofer published their estimate in the journal the Science of Nature earlier this month, and the number they arrived at is frankly shocking: The world's spiders consume somewhere between 400 million and 800 million tons of prey in any given year. That means that spiders eat at least as much meat as all 7 billion humans on the planet combined, who the authors note consume about 400 million tons of meat and fish each year.
30 mars 2017
Un climat différent dans 4 aires protégées sur 5 | Une étude prévoit que d’ici la fin du siècle les espèces devront se déplacer avec le climat  
Un article dans le Journal de Montréal
La survie de plusieurs espèces est menacée par le réchauffement du climat, qui les forcera à se déplacer de plus de 1000 km d’ici 100 ans pour retrouver les mêmes conditions que maintenant, avance une étude. Les gouvernements devraient ainsi déplacer ou agrandir pas moins de quatre aires protégées sur cinq, puisqu’elles verront leurs températures ou précipitations changer complètement, mettant en danger la survie des espèces qu’elles doivent servir à protéger. «Certaines espèces vont réussir à s’adapter, mais pas toutes, et d’autres se retrouveront dans des secteurs non protégés», lance le chercheur Marc-André Parisien, du Service canadien des forêts. Il a participé à la toute première étude à se pencher sur le déplacement du climat en Amérique du Nord, publiée récemment par la revue scientifique Global Change Biology.
29 mars 2017
Réchauffement: l'écosystème des parcs nationaux risque de changer radicalement  
Un article de La Presse
Une majorité de parcs nationaux et d'aires protégées au Canada seront rendus méconnaissables d'ici 100 ans sous l'effet des changements climatiques, conclut une étude fédérale. Marc-André Parisien, du Service canadien des forêts, est coauteur d'une étude consacrée à la migration des «régions écologiques» provoquée par les changements climatiques. L'étude estime par exemple que le climat actuel dans l'ouest du Montana, le nord de l'Idaho et une partie du Colorado va éventuellement migrer jusqu'au parc national de Banff, au nord. Ce qui définit actuellement le plus vieux parc national canadien - températures, précipitations, humidité, saison de végétation - sera donc chose du passé et il faudra s'en remettre aux cartes postales d'antan, croient les chercheurs. | [[

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gcb.13663/full| L'arcticle scientifique]]

29 mars 2017
Budget 2017-2018 - L'industrie forestière salue le soutien à l'innovation et à la transformation du secteur  
Un communiqué de CNW Telbec
Le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) accueille favorablement le budget 2017-2018 du ministre des Finances, M. Carlos Leitão. Ce budget s'inscrit dans la foulée du Forum Innovation Bois, événement auquel le gouvernement avait convié l'industrie en octobre 2016 et qui avait permis de dégager des pistes d'actions prioritaires pour permettre au secteur forestier d'accélérer son processus d'innovation, lui permettant de continuer à être un moteur de l'économie du Québec.
27 mars 2017
Le biomimétisme, un outil de développement durable ? 
Un article dans Gaïa Presse
La première apparition du qualificatif « biomimétique » dans la littérature scientifique remonte à la fin des années 1960, où le biophysicien Otto Schmitt l’employa pour faire référence à l’imitation de mécanismes ou procédés naturels pour le développement de nouvelles technologies (1). Un exemple populaire est celui du Velcro®, le ruban auto-agrippant inspiré des fleurs de bardane et leurs nombreux crochets.
27 mars 2017
La forêt, nouvel enjeu de la politique climatique de l’Europe 
Un article dans Le Monde
Mieux protéger les forêts de l’Union européenne (UE), en confortant la politique climatique du Vieux Continent, ou au contraire les exploiter davantage ? La question est au cœur des négociations entre la Commission de Bruxelles et les pays membres de l’UE sur la place du secteur forestier dans la lutte contre le réchauffement, qui devaient se tenir le 27 mars à Bruxelles.
24 mars 2017
Forests, climate change and carbon markets: windfall or risky business? 
Un blog d'Environmental Defense
Global warming is already impacting ecosystems, economies and communities around the world. Here in Canada, we’ve seen extreme weather lead to flooding and drought, damaged housing and public infrastructure, and creating conditions that spur massive forest fires and insect outbreaks. Ontario has developed a five-year Climate Change Action Plan, which will help the province fight climate change. As part of reducing Ontario’s greenhouse gas emissions, a cap-and-trade system is now in place. The “cap” sets a limit on emissions, which will be lowered over time to reduce the amount of carbon pollution released into the atmosphere. Some companies will find it easy to reduce their pollution to match these limits; others will have more difficulty. Trading lets companies buy and sell permits to pollute, leading to more cost-effective pollution cuts, and incentive to invest in cleaner technology.
23 mars 2017
Le lait en échange du bois 
Un article dans le Quotidien
L'Institut économique de Montréal propose rien de moins que d'échanger avec le gouvernement américain la fin de la gestion de l'offre dans les productions du lait, des oeufs et du poulet contre un accès libre et permanent au marché du bois d'oeuvre pour les producteurs canadiens.
22 mars 2017
Une fausse chercheuse trouve un vrai poste d'éditrice dans des revues scientifiques 
Un article dans Huffington Post
Elle s'appelle Anna O. Szust. Se disant chercheuse en sciences sociales, elle postule auprès de publications scientifiques pour entrer dans leur comité éditorial. Certaines revues la recrutent sans rien vérifier. Le hic, c'est que cette femme n'existe pas... Anna a été inventée de toutes pièces par des chercheurs polonais soucieux de démontrer le manque de sérieux de certaines revues scientifiques. D'ailleurs, Oszust signifie fraude en polonais. "Des milliers de revues académiques ne recherchent pas la qualité. Elles existent d'abord pour soutirer des honoraires aux auteurs": "ce sont des revues rapaces", estime la chercheuse Katarzyna Pisanski, dans un commentaire publié mercredi dans la revue Nature.
21 mars 2017
Access to nature reduces depression and obesity, finds European study 
Un article dans The Guardian
People living close to trees and green spaces are less likely to be obese, inactive, or dependent on anti-depressants, according to a new report. Middle-aged Scottish men with homes in deprived but verdant areas were found to have a death rate 16% lower than their more urban counterparts. Pregnant women also received a health boost from a greener environment, recording lower blood pressures and giving birth to larger babies, research in Bradford found. Overall, nature is an under-recognised healer, the paper says, offering multiple health benefits from allergy reductions to increases in self-esteem and mental wellbeing.
21 mars 2017
Une armée de guêpes pour lutter contre l'agrile du frêne 
Un article dans Radio-Canada
Le Centre de foresterie des Grands Lacs à Sault-Sainte-Marie fait l'élevage de guêpes parasitoϊdes qui se nourrissent de larves de l'agrile du frêne. Les chercheurs espèrent que le déploiement de cette guêpe va ralentir la propagation de l'insecte responsable de la mort de millions de frênes au Canada et aux États-Unis. La Dre Krista Ryall du ministère fédéral des Ressources naturelles dit que les guêpes parasitoϊdes seront relâchées à divers endroits en Ontario et au Québec durant une période de six semaines. Elle ajoute que cette année, le but est de produire au moins 12 000 guêpes.
21 mars 2017
Un investissement de 17 M$ pour l'innovation dans le secteur forestier 
Un communiqué du MFFP
Afin de contribuer à diversifier le panier de produits innovants de l'industrie forestière du Québec et de soutenir un programme national de recherche collaborative, le Gouvernement du Québec attribue 17 M$ à FPInnovations. Cet investissement est une action concrète supplémentaire pour assurer la pérennité de l'industrie forestière québécoise. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Luc Blanchette, et la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade, ont annoncé aujourd'hui l'attribution d'une aide financière de 13 M$ sur quatre ans pour le démarrage et la réalisation de l'initiative SM². Cette initiative favorisera le développement de technologies innovantes et émergentes ainsi que de nouveaux produits pour le secteur de la transformation du bois.
21 mars 2017
Oldest sugar maple is entwined in Canada’s history 
Un article dans le Toronto Star
Standing 24.4 metres tall, with a trunk six metres in circumference, Canada's oldest sugar maple has deep roots. The Comfort Maple stands in Pelham, Niagara Region. With a trunk six metres in circumference, it’s estimated to be between 441 and 541 years old, according to the Ontario Forestry Association. The tree was named after the Comfort family, who bought the land in 1816.
14 mars 2017
Protéger les tourbières 
Un article dans Actualités UQAM
La professeure du Département de géographie Michelle Garneau participera au colloque international sur le carbone organique du sol, qui se déroulera au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), à Rome, du 21 au 23 mars prochains. Elle y présentera les résultats d'une étude qui visait à quantifier et à cartographier les stocks de carbone terrestre dans les régions boréale et subarctique du Québec. Les écosystèmes tourbeux représentent plus de la moitié du stock de carbone terrestre du Québec. Réalisée en 2015 grâce à une aide financière du Fonds vert du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, l'étude révèle que 95% du carbone estimé dans les sols des écosystèmes tourbeux et forestiers du Québec est stocké sur le territoire situé au nord du 49e parallèle.
9 mars 2017
RÉSISTER AUX MENSONGES 
Un texte d'opinion paru dans LaPresse+
Un texte d'opinion de Richard Garneau - En tant que président de Produits forestiers Résolu, je resterai debout face aux fausses accusations colportées par Greenpeace et ses groupes alliés. ls ont compilé une litanie d’affirmations fallacieuses : nous étions « des destructeurs de la forêt », par exemple, en plus d’aggraver les problèmes liés aux changements climatiques et de causer « la mort et l’extinction des caribous » dans la forêt boréale canadienne. Greenpeace a harcelé des entreprises avec lesquelles nous traitons en brandissant la menace d’une campagne de salissage semblable à celle menée contre nous et en lançant des cyberattaques contre leurs sites Web. Greenpeace s’est même vantée des dommages, de l’ordre de 100 millions de dollars canadiens, qu’elle prétend avoir infligés à notre entreprise.
8 mars 2017
Hydro-Québec s’apprêterait à payer 500 M$ pour cacher une ligne... aux États-Unis 
Un article dans Le Journal de Québec
Hydro-Québec s’apprêterait à payer un demi-milliard pour enfouir près de 100 km d’une ligne à haute tension en sol américain, alors qu’elle refuse de faire passer sous terre 18 km de la même ligne au Québec. Le promoteur américain Eversource, partenaire d’Hydro-Québec, a affirmé à notre Bureau d’enquête qu’Hydro assumerait l’ensemble des coûts de la ligne Northern Pass, soit 2,7 G$. Cette interconnexion de 388 km devrait relier l’Estrie à Deerfield, près de Boston, dès 2019. Sa construction doit débuter l’automne prochain. Le passage sous-terrain, qui ajoute 500 M$ à la facture, permettra de protéger les magnifiques paysages des montagnes Blanches, au New Hampshire. De nombreux citoyens américains le réclamaient. Par contraste, Hydro a refusé d’enfouir une portion de la ligne au Québec.
6 mars 2017
Le bois et le porc mènent les exportations québécoises 
Un article dans La Terre
Le bois d’œuvre et le porc font partie des trois produits québécois qui ont connu la plus importante hausse d’exportations en 2016, alors que l’ensemble des ventes à l’étranger ont décliné légèrement. Les données publiées par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) indiquent une augmentation de 9,9 % pour le porc en dollars constants désaisonnalisés, de décembre 2015 à 2016. C’est encore plus impressionnant pour le bois d’œuvre résineux qui a progressé de 17 % pendant la même période. Le troisième secteur qui performe mieux que les autres est celui du groupe des machines pour le commerce et les industries de services, notamment les appareils au sol d’entraînement au vol.
6 mars 2017
Environmental advocates disturbed by logging activity in Quebec caribou habitat 
Un article dans Radio-Canada
News this week that there are no more than 15 caribou left in a threatened herd near Val d’Or, Que. is giving new urgency to the fight to protect caribou in the neighbouring Broadback River valley. It also adds fuel to the dispute between the Waswanipi Cree of northwestern Quebec and forestry companies planning to build new logging roads this summer that would reach into about 1,100 square kilometres of logging areas in the forests south of the Broadback River. New research from the Quebec Ministry of Environment shows that no more than 15 of the woodland caribou in the Val d’Or herd are still alive — a 50 per cent decline since five years ago. Much of their habitat has been disturbed by logging and human activity, according to research by the Quebec and federal governments. And unless the province and forestry industry learn from the devastation of the caribou in Val d’Or, the same thing will probably happen to the caribou in the Broadback River region in western Quebec, according to Pier-Olivier Boudreault, director of conservation and forestry at Société pour la Nature et les Parcs du Canada. He and a handful of other environmental organizations, including the Natural Resources Defense Council, agree that any new development or forestry in the area could critically threaten the dwindling caribou population.
6 mars 2017
Les Autochtones veulent avoir leur mot à dire sur le système de parcs nationaux 
Un article dans Radio-Canada
Les Autochtones veulent avoir davantage leur mot à dire dans les activités des parcs nationaux et la création de nouvelles zones protégées. Ce sera l'une des priorités mises de l'avant lors d'une conférence importante qui se tiendra en Alberta cette semaine. Les dirigeants autochtones et les représentants des gouvernements provinciaux et fédéral se réuniront à Banff, à compter de mercredi, pour examiner des propositions visant à donner un poids légal aux zones protégées désignées par les communautés autochtones, a indiqué Steve Nitah, l'un des délégués de la Canadian Parks Conference, qui s'étalera sur quatre jours.
4 mars 2017
Greenpeace admet ne rien pouvoir prouver 
Un article dans Le Quotidien
Produits forestiers Résolu va continuer de poursuivre Greenpeace, même si l'organisme a admis ne pas avoir utilisé des faits pour tenter de briser la réputation de la compagnie forestière. «Ça nous conforte dans notre volonté de faire triompher la vérité. Ça ne change en rien les démarches juridiques que nous avons entamées. Leurs allégations trompeuses ont causé un tort incroyable à nos employés à la compagnie et à nos clients. Nous avons des preuves et des faits à déposer en cours. Il faut que Greenpeace paye pour ses actes. On ne peut pas laisser faire une telle chose», a commenté le porte-parole Karl Blackburn. Greenpeace a avoué dans un document de Cour déposé pour répondre à une poursuite intentée par Résolu aux États-Unis, d'avoir fait des allégations qui n'étaient pas vérifiables. Dans un article paru dans le Financial Post, un extrait de la correspondance a été publié. Greenpeace y mentionne que le terme «destructeur de la forêt» ne peut être prouvé. Qu'il s'agit de rhétoriques et d'une opinion pour décrire la manière qu'a Résolu de couper le bois dans les forêts.
4 mars 2017
Pas d’insectes nuisibles dans nos forêts en raison des changements climatiques 
Un article dans Le Reflet
Si les redoux des hivers des dernières années sont propices à l’apparition de nouveaux insectes nuisibles dans nos forêts, il n’y a pas lieu de s’inquiéter dans l’immédiat. Selon le biologiste au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), Pierre Therrien, il n’y a pas de présence d’insectes défoliateurs [qui se nourrissent des feuilles] provenant du Sud en raison des changements climatiques. Toutefois, des insectes ravageurs faisant déjà partie de la faune du Québec sont maintenant observés plus au nord de la province. C’est le cas de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. «L’insecte a tendance à se déplacer vers le Nord, et ce, depuis les deux ou trois dernières épidémies. Ça pourrait être un effet des changements climatiques qui n’avaient pas été notés jusqu’ici. On surveille de près la tordeuse, car c’est l’insecte défoliateur le plus important des forêts au Québec. Actuellement, nous avons une épidémie de cet insecte qui a débuté en 2006 sur la Côte-Nord», explique le biologiste.
2 mars 2017
Des dizaines de projets d'aires protégées bloqués 
Un article dans Le Devoir
Alors que le Québec tarde à accroître la protection de son territoire, pas moins de 69 projets d’aires protégées ne pourront pas voir le jour parce qu’ils entrent en conflit avec des droits industriels déjà concédés. C’est ce que révèle un document produit par le ministère de l’Environnement du Québec et obtenu par Le Devoir. Selon ce qu’on peut lire dans ce résumé préparé par des experts du ministère, les démarches régionales lancées en vue de la désignation de nouvelles aires protégées ont permis d’obtenir un total de 183 projets. L’ensemble du territoire couvert par ces différents projets représente une superficie de 44 884 km2. Cela signifie que, si le gouvernement Couillard décidait d’aller de l’avant avec la création de toutes ces aires protégées, il atteindrait l’objectif de protection qu’il s’était fixé pour 2015, soit la protection de 12 % de son territoire terrestre.
2 mars 2017
Chauffer l'église et l'école du village avec des résidus de bois 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
Utiliser des résidus forestiers pour alimenter le système de chauffage de l'église, de l'école, d'un CPE et de quelques édifices municipaux. C'est le projet novateur de la municipalité de Tingwick au Centre-du-Québec. L'idée d'amorcer un virage pour le chauffage des édifices municipaux vient du souci de réutiliser la matière et de réaliser des économies substantielles. Le maire de Tingwick indique que l'aménagement du système de chauffage pour sept bâtiments coûterait environ 500 000 $. Son utilisation permettrait des économies annuelles d'environ 28 000$ sur une facture qui est présentement de 70 000 $. Les résidus forestiers sont en quantité suffisante pour répondre aux besoins, estime le maire Réal Fortin, en entrevue à l'émission Facteur matinal.
2 mars 2017
L'Action boréale demande au gouvernement de scinder le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
L'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue demande au gouvernement du Québec de scinder le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Cette division, selon l'organisme, permettrait aux biologistes rattachés à la section « faune » du ministère de retrouver leur indépendance et de mieux protéger la biodiversité. Cette requête se retrouve à l'intérieur du mémoire de l'Action boréale qui sera déposé ce soir lors des audiences publiques sur le projet de la mine Akasaba Ouest et dont Radio-Canada a obtenu une copie.
1 mars 2017
Le caribou des bois plus menacé que jamais à Val-d'Or 
Un article dans la Presse
À moins d'un miracle, il faudra dire adieu au caribou des bois à Val-d'Or. C'est ce qui ressort d'un document rendu public récemment par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) dans le cadre d'une évaluation pour l'ouverture et l'exploitation d'une mine d'or par la société Akasaba.
1 mars 2017
Humans Cause Most of America’s Wildfires, Says New Study 
Un article dans Canada Journal
Most U.S. wildfires aren’t wild. A new study shows humans sparked 84 percent of blazes over two decades — and almost doubled the acreage burned. The work, conducted by Bethany Bradley at the University of Massachusetts Amherst and Jennifer Balch of the University of Colorado-Boulder, looked at the ignition and effects of 1.5 million fires that sparked up between 1992 and 2012. Not only were the vast majority of them caused by humans, the anthropogenic blazes accounted for 44% of the land burnt. What’s more, people had caused fires to break out in areas where there used to be few, if any, problems. “Humans create sufficient ignition pressure for wetter fuels to burn,” the researchers write in the Proceedings of the National Academy of Sciences. “Human ignitions have expanded the fire niche into areas with historically low lightning strike density.”
28 février 2017
Québec débloque 12,7 millions pour la recherche sur le climat 
Un article dans LaPresse
Le gouvernement du Québec a annoncé ce matin qu'il attribuait une aide financière de 12,7 millions de dollars pour soutenir la recherche sur les changements climatiques. Les fonds sont accordés à l'organisation Ouranos, un centre de recherche appliquée en climatologie fondé en 2001. Le ministère de l'Économie débloque 7,6 millions tandis que le ministère de l'Environnement injectera 4,5 millions. Les sommes sont prévues pour une période de trois ans. Le ministère de la Sécurité publique ajoute un 500 000 $ au financement annoncé ce matin. Les fonds serviront essentiellement à soutenir les travaux d'Ouranos dans ses travaux de recherche sur l'adaptation aux changements climatiques.
24 février 2017
It's more than just climate change 
Un article dans PHYS.org
A new scientific paper by a University of Maryland-led international team of distinguished scientists, including five members of the National Academies, argues that there are critical two-way feedbacks missing from current climate models that are used to inform environmental, climate, and economic policies. The most important inadequately-modeled variables are inequality, consumption, and population. In this research, the authors present extensive evidence of the need for a new paradigm of modeling that incorporates the feedbacks that the Earth System has on humans, and propose a framework for future modeling that would serve as a more realistic guide for policymaking and sustainable development.
24 février 2017
Mapping rainforest chemistry from the air reveals 36 types of forest 
Un article dans Science News
Chemical signatures of the Peruvian tree canopy reveal previously unrecognized biodiversity. To peek beneath the green blanket, Asner and colleagues divided 76 million hectares of forest into 100-kilometer squares. The researchers measured levels of water, nitrogen, phosphorus and calcium in the trees’ leaves via aircraft by measuring the wavelengths of light reflected by the forest canopy, taking samples from small areas of each square.
23 février 2017
Caribou Story 
Un article dans Le Fil
Voir en gros plan ce que voit un caribou, ce qu’il mange, où il met le sabot, comment il interagit avec son petit, ses semblables, ses prédateurs, bref être dans la peau d’un caribou au sein d’un troupeau migrateur. Voilà l’étrange impression qui s’installe peu à peu lorsqu’on visionne les images recueillies grâce aux colliers-caméras que l’équipe de Steeve Côté, du Département de biologie, a installés sur 14 caribous du troupeau de la rivière aux Feuilles. L’étudiante-chercheuse Barbara Vuillaume, qui s’attaque à la tâche titanesque d’analyser les quelque 62 000 vidéos de 10 secondes enregistrées par ces caméras entre juin et septembre 2016, a présenté les données préliminaires de ses travaux à l’occasion du colloque annuel du Centre d’études nordiques, qui se déroulait la semaine dernière au pavillon Alphonse-Desjardins.
21 février 2017
Two New Tools for Planning a Healthy Urban Canopy 
Un article dans Sustainable Cities Collective
rees are a vital part of urban communities, providing social, environmental, and economic benefits. However, the urban environment is a difficult one for most trees due to the added stresses of soil compaction and lack of available soil, among many other challenges. Once established, their success is often further complicated by infrastructure conflicts and maintenance concerns on the part of planners, developers, and owners. Fortunately, the U.S. Forest Service has developed two new tools to help plan for and manage a healthy urban forest: one that guides designers and tree managers to select tree species likely to survive in the built environment, and another to monitor tree health to ensure trees become an asset instead of a liability.
21 février 2017
Forests worldwide threatened by drought 
Un article dans Science Daily
Forests around the world are at risk of death due to widespread drought, University of Stirling researchers have found. An analysis, published in the journal Ecology Letters, suggests that forests are at risk globally from the increased frequency and severity of droughts. The study found a similar response in trees across the world, where death increases consistently with increases in drought severity.
21 février 2017
Winners and losers: Climate change will shift vegetation 
Un article dans Science Daily
Projected global warming will likely decrease the extent of temperate drylands by a third over the remainder of the 21st century coupled with an increase in dry deep soil conditions during agricultural growing season. These results have been presented in Nature Communications by an international collaboration led by the US Geological Survey and members from seven countries, including Scott Wilson at the Climate Impacts Research Centre (CIRC) at Umeå University in Sweden.
21 février 2017
La forêt boréale de Fort McMurray se régénère 
Un article sur le site d'Ici Radio-Canada
La forêt boréale se régénère peu à peu à Fort McMurray, presque un an après le feu de forêt qui a dévasté cette région de l'Alberta. Et cette renaissance amène aussi son lot de nouvelles espèces animales.
20 février 2017
12,7 millions pour la recherche sur l’adaptation aux changements climatiques 
Un article dans le Devoir
Le gouvernement Couillard offre une enveloppe de 12,7 millions de dollars sur trois ans au consortium de recherche Ouranos. Cette subvention servira notamment au financement de la recherche sur l’adaptation aux changements climatiques.
17 février 2017
'Forest cities': the radical plan to save China from air pollution 
Un article paru dans The Guardian
When Stefano Boeri imagines the future of urban China he sees green, and lots of it. Office blocks, homes and hotels decked from top to toe in a verdant blaze of shrubbery and plant life; a breath of fresh air for metropolises that are choking on a toxic diet of fumes and dust. Last week, the Italian architect, famed for his tree-clad Bosco Verticale (Vertical Forest) skyscraper complex in Milan, unveiled plans for a similar project in the eastern Chinese city of Nanjing.
16 février 2017
Le Bas-Saint-Laurent est le théâtre de recherches sur la tordeuse 
Un article dans l'Avantage
Plongé dans une situation d'épidémie depuis quelques années, le Bas-Saint-Laurent devient un laboratoire pour la lutte contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette alors des études y sont menées depuis les derniers mois. Un projet, financé par le Centre de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada, a pris son envol au printemps 2016 et se poursuivra jusqu'en 2019. Il regroupe différents acteurs comme la Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies et le consortium iFor de l'Université Laval. Le projet porte sur la gestion stratégique de l'épidémie de tordeuse des bourgeons de l'épinette. Les travaux se déroulent essentiellement dans les secteurs de Rimouski et de La Matapédia et consistent entre autres à des traitements expérimentaux et à évaluer l'effet de l'insecticide biologique sur les peuplements d'épinettes blanches. Si le contexte d'épidémie nuit à l'industrie forestière, la science y trouve toutefois son compte. « L'infestation est maintenant très sévère et ça continue de progresser. Vaut mieux en profiter parce que sinon, on ne sera pas bien équipé lors de la prochaine épidémie », signale le chercheur scientifique en écologie forestière au Centre de foresterie des Laurentides de Ressources naturelles Canada, Christian Hébert.
16 février 2017
Boisé du Tremblay sera enfin un refuge faunique accessible à tous 
Un communiqué de la ville de Longueuil
Le boisé Du Tremblay deviendra prochainement le 4e grand parc-nature de Longueuil et, afin de mettre en valeur ce milieu naturel et de favoriser l'accès du public à ce site d'exception, la Ville de Longueuil y entreprendra bientôt d'importants travaux, dont l'aménagement de sentiers. D'une superficie de près de 266 hectares, soit une fois et demie celle du parc Michel-Chartrand, le boisé Du Tremblay fait actuellement l'objet d'une demande de statut de refuge faunique auprès du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) et revêt une grande importance au Plan de conservation et de gestion des milieux naturels de la Ville. Le boisé équivaut à 25 % de l'ensemble des superficies protégées de la Ville de Longueuil. « Grâce aux efforts de préservation de notre richesse faunique et végétale, le boisé Du Tremblay sera à terme le plus grand parc de Longueuil et l'un des plus grands boisés de la région métropolitaine. L'aménagement de sentiers réalisés dans le respect de l'environnement nous permettra de donner aux citoyens un accès privilégié à ce milieu naturel unique qui abrite une flore et une faune variées », a mentionné la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire.
16 février 2017
Sur le podium mondial 
Un article dans Le Fil
l y a trois ans exactement, l’Université se voyait décerner la première place au Canada et la 9e place au monde pour l’accréditation STARS (Sustainability Tracking Assessment and Rating System) de niveau or par l’Association for the Advancement of Sustainability in Higher Education. Voué à la promotion du développement durable, cet organisme international indépendant regroupe des universités des quatre coins de la planète. Or voilà, gros roulements de tambour: l’Université Laval conserve sa médaille d’or au pays et décroche la deuxième place mondiale! Rien de moins!
16 février 2017
Le sort du caribou pourrait se régler devant les tribunaux 
Un article dans La Presse
Le sort des espèces en péril au Canada devra-t-il dorénavant se régler devant les tribunaux ? C'est la question soulevée en filigrane par la Société pour la nature et les parcs (SNAP) qui demande à la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, de protéger cette espèce en péril et de s'acquitter « sans délai » de ses obligations légales à l'endroit du caribou des bois à la grandeur du pays. Faute de réponse positive de la ministre, la SNAP dit « envisager très sérieusement » un recours en Cour fédérale pour contester l'inaction d'Ottawa dans ce dossier. Au cours des dernières années, une démarche similaire en Cour fédérale, qui invoquait elle aussi la Loi sur les espèces en péril, avait forcé le gouvernement fédéral à annoncer un décret d'urgence pour protéger l'habitat d'une minuscule grenouille, la rainette faux-grillon.
15 février 2017
Climat: vers un refroidissement de l'Atlantique nord plus rapide que prévu 
Un article dans La Presse
Un fort refroidissement de l'océan Atlantique nord, prévu à long terme par les modèles informatiques sur l'évolution du climat, a de fortes chances d'avoir lieu au cours du 21e siècle, soit plus rapidement qu'anticipé jusqu'alors, selon une étude publiée mercredi. Selon ces travaux parus dans la revue Nature communications, «la probabilité d'un refroidissement rapide de l'Atlantique Nord au cours du 21e siècle est de près de 50 %». Or, la modification de la circulation des courants marins, dont le fameux Golf Stream qui tempère le climat de la Floride aux côtes européennes, «pourrait entraîner un bouleversement climatique sans précédent», écrit l'équipe de chercheurs (CNRS/Université de Bordeaux et Université de Southampton).
15 février 2017
Accélération des invasions d’espèces au cours des trente dernières années 
Un article dans Le Journal de Montréal
L’introduction de nouvelles espèces dans des écosystèmes du monde entier s’est accélérée au cours des trente dernières années et aucun phénomène de ralentissement n’est perceptible, selon des travaux publiés mercredi dans Nature communications. Après leur arrivée, les organismes (plantes, algues, insectes, champignons, animaux, etc.) peuvent «déstabiliser profondément les écosystèmes qu’ils conquièrent» et avoir «des conséquences économiques majeures», souligne l’étude qui a réuni 45 chercheurs de 18 pays.
15 février 2017
Quatre jours pour compter les organismes vivants des Laurentides  
Un article UdeM Nouvelles
En deux fins de semaine intensives – les 27 et 28 mai et les 4 et 5 juin prochains –, des dizaines de biologistes aguerris et amateurs se lanceront dans un marathon d’observation dans la forêt et près des eaux de la Station de biologie des Laurentides, à Saint-Hippolyte. Leur objectif: observer le plus grand nombre possible d’êtres vivants dans cet écosystème représentatif de la forêt méridionale de l’est du Canada. «Ce sera un grand party d’observation de la nature», résume Roxane Maranger, professeure au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal et directrice de la Station. On attend sur place quelque 70 personnes par jour, incluant des professeurs et des étudiants en biologie de l’UdeM, mais aussi des partenaires locaux.
14 février 2017
L'impact du réchauffement sur les animaux jusqu'ici «sous-estimé» 
Un article dans La Presse
Le réchauffement climatique touche près de la moitié des mammifères terrestres et le quart des oiseaux en péril, bien plus qu'il n'était envisagé jusqu'ici, souligne une étude. Les primates et les éléphants sont parmi les plus concernés, notamment parce qu'ils ne se reproduisent pas vite et s'adaptent lentement face à des changements environnementaux rapides, soulignent ces travaux parus dans la revue Nature Climate Change. Selon cette étude, coproduite notamment par l'université du Queensland (Australie), les dommages sont déjà en cours pour «un grand nombre» d'espèces.
14 février 2017
L’industrie forestière doit se réinventer 
Un article dans le Journal de Montréal
'industrie forestière québécoise doit se réinventer afin d'assurer sa relance. Le ministre des Forêts, Luc Blanchette, qui était de passage à Rimouski lundi, convient toutefois que la tâche sera ardue. Au début des années 2000, la forêt procurait du travail à 94 000 Québécois. Une décennie plus tard, ce nombre a presque fondu de moitié. En effet, 57 800 personnes œuvrent aujourd'hui dans l'industrie forestière. Au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et sur la Côte-Nord, la forêt fait travailler un peu plus de 9000 personnes. «Il faut mobiliser l’industrie. C’est vraiment le maître mot. Il faut amener l’industrie forestière ailleurs, et quoi de mieux que moderniser, innover, adapter, etc.» affirme le ministre.
13 février 2017
Des ressources insuffisantes pour combattre la tordeuse des bourgeons de l'épinette, selon le milieu forestier 
Un article de Radio-Canada
L'industrie forestière néo-brunswickoise et les scientifiques accueillent favorablement les deux millions de dollars annoncés dans le budget du gouvernement provincial pour combattre la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Ils croient cependant qu'il faudra beaucoup plus de ressources financières pour éviter une épidémie qui pourrait défolier des millions d'hectares en Atlantique.
9 février 2017
Une deuxième vie pour les frênes  
Un article dans La Terre
Alors que l’agrile gagne du terrain, de plus en plus de municipalités cherchent de nouvelles avenues pour valoriser le bois de frêne. Observé pour la première fois au Québec en 2008, ce petit insecte originaire de l’Asie continue de faire des ravages. Sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), on estime qu’il y a environ 300 000 frênes, sans compter les arbres sur les terrains privés ni ceux dans les milieux naturels comme le mont Royal. « Si on ajoute les autres municipalités autour, on parle de millions de frênes à abattre dans les prochaines années », calcule la directrice du Conseil québécois des espèces exotiques envahissantes (CQEEE), Hélène Godmaire. « Qu’est-ce qu’on fait avec tout ce bois de frêne? On l’envoie en biomasse? On en fait du bois du chauffage? C’est complexe. C’est une science », affirme-t-elle. C’est pourquoi le CQEEE vient de lancer un projet d’accompagnement personnalisé pour aider les municipalités à trouver les solutions de valorisation les plus rentables.
9 février 2017
Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs demande la collaboration des citoyens pour protéger les chauves-souris 
Un communiqué du MFFP
Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) demande la collaboration des citoyens pour protéger les populations de chauves-souris pendant la période hivernale. Les chauves-souris peuvent sortir temporairement de leur hibernation et se retrouver dans les espaces habités des domiciles. Le réflexe des résidents sera parfois de tenter de les faire sortir à l’extérieur. Cependant, ce geste entraînera presque inévitablement la mort de la chauve-souris qui ne peut survivre à une température très froide.
9 février 2017
Un chercheur découvre une nouvelle mousse en Suisse 
Un article dans La Tribune de Genève
Les études des mousses de l'espace alpin sont très complètes. Mais, surprise, un chercheur de l'Institut fédéral sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) a découvert une nouvelle espèce encore inconnue.
9 février 2017
L’ère des gentlemen forestiers? 
Un article dans Le Fil
Le profil des propriétaires de boisés privés est en mutation au Québec et les urbains occupent une place grandissante dans le paysage. C’est ce que suggère une étude publiée dans la revue Forest Policy and Economics par des chercheurs qui ont dressé le portrait des nouveaux propriétaires de boisés et qui l’ont comparé avec celui des propriétaires de longue date. Selon les auteurs de l’étude, les gestionnaires de la forêt devront adapter leurs messages et leurs programmes aux valeurs et aux priorités de la nouvelle génération de propriétaires s’ils veulent les convaincre d’aménager plus intensivement leur boisé.
9 février 2017
Pas si vierge, la forêt amazonienne 
Un article dans Huffington Post
La forêt amazonienne a été transformée il y a plus de 2000 ans par des humains qui y ont construit des centaines de grands et mystérieux terrassements, ont découvert des scientifiques brésiliens et britanniques. L'écosystème de la forêt tropicale brésilienne ne serait donc pas vierge d’activités humaines, comme nous l’avions longtemps pensé. Ces « enclos abandonnés » ont été découverts dans l'Acre, un État brésilien situé dans le nord-ouest du pays. Ils ont été cachés pendant des siècles par la forte végétation de la région. C’est la déforestation actuelle qui a permis de découvrir pas moins de 450 de ces grands géoglyphes géométriques. Ces découvertes fournissent ainsi de nouveaux éléments de connaissance sur la manière dont les peuples autochtones vivaient en Amazonie avant l’arrivée d’Européens dans la région. L'article scientifique 
9 février 2017
Amazon tribe creates 500-page traditional medicine encyclopedia 
Un article dans White Wolf Pack
In one of the great tragedies of our age, indigenous traditions, stories, cultures and knowledge are winking out across the world. Whole languages and mythologies are vanishing, and in some cases even entire indigenous groups are falling into extinction. This is what makes the news that a tribe in the Amazon—the Matsés peoples of Brazil and Peru—have created a 500-page encyclopedia of their traditional medicine all the more remarkable. The encyclopedia, compiled by five shamans with assistance from conservation group Acaté, details every plant used by Matsés medicine to cure a massive variety of ailments. "The [Matsés Traditional Medicine Encyclopedia] marks the first time shamans of an Amazonian tribe have created a full and complete transcription of their medicinal knowledge written in their own language and words," Christopher Herndon, president and co-founder of Acaté, told Mongabay in an interview.
8 février 2017
Oui, le bois d'oeuvre fait partie de l'ALENA : 5 questions pour comprendre 
Un article de Radio-Canada
En relançant des négociations sur le commerce entre le Canada et les États-Unis, il semble que l'administration Trump soit encline à revoir le dossier du bois d'oeuvre, qui pourrit les relations entre les deux pays depuis des décennies. Ne serait-il pas souhaitable, une fois pour toutes, que l'ALENA, qui s'applique sur les échanges des biens, des produits et de certains services, soit respecté dans le dossier du bois d'oeuvre? Une analyse de Gérald Fillion.
8 février 2017
Forêt amazonienne : des dessins millénaires dans la terre 
Un article dans Québec Science
Des chercheurs brésiliens et britanniques ont repéré 450 géoglyphes semblables au coeur de la grande forêt tropicale. C'est bien malheureux, mais les scientifiques doivent leur découverte à la déforestation. Auparavant, la région, située au Brésil, était couverte d'arbres qui cachaient les motifs.
6 février 2017
Un indice virtuel qui mesure le verdissement des villes 
Un article dans le Devoir
Tout le monde s’entend pour classer Paris parmi les plus belles villes du monde. Mais sait-on qu’il s’agit d’une des métropoles touristiques les moins vertes de la planète ? À l’inverse, Singapour, Toronto et Vancouver sont parmi les plus verdoyantes au monde, selon un indice virtuel de « verdure » récemment mis au point par un laboratoire du célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT).
6 février 2017
Wild bison roam Banff National Park for 1st time in more than century 
Un article de CBC
The first wild bison to roam Banff National Park in more than a century have been airlifted into a remote valley in a "historic homecoming" aimed at re-establishing a thriving herd, Parks Canada said Monday. The 16 bison — primarily pregnant two year olds — were loaded onto shipping containers on trucks in Elk Island National Park, about 35 kilometres east of Edmonton, and transported to the park in the past week.
1 février 2017
High-tech maps of tropical forest diversity identify new conservation targets 
Un article de Science Daily
New remote sensing maps of the forest canopy in Peru identify new regions for conservation effort. Scientists used airborne laser-guided imaging spectroscopy, to identify preservation targets by undertaking a new approach to study global ecology -- one that links a forest's variety of species to the strategies for survival and growth employed by canopy trees and other plants.
1 février 2017
Climate policies alone will not save Earth's most diverse tropical forests 
Un article de Science Daily
A focus on policies to conserve tropical forests for their carbon storage value may imperil some of the world’s most biologically rich tropical forests, says new research from University of Leeds. Many countries have climate-protection policies designed to conserve tropical forests to keep their carbon locked up in trees. But the new study suggests these policies could miss some of the most diverse forests because there is no clear connection between the number of tree species in a forest and how much carbon that forest stores.
1 février 2017
Lichens are an early warning system for forest health Un article de Science News
Ecologist Linda Geiser works her way through thick undergrowth on the steep hills of the Bull Run Watershed just outside of Portland, Ore. Every step in her heavy boots is deliberate. It would be easy to break an ankle here, or worse. A dense sea of ferns and berry bushes hides deep pits and sharp fallen branches. This treacherous slope is a U.S. Forest Service 
field site, one of many in the United States, recognizable by its bright orange flagging fluttering from the trees. Geiser has patrolled terrain like this for 30 years. As manager of the Forest Service’s 
air-quality program, she’s tasked with monitoring pollution. So she has come here, not to check sophisticated equipment, but to find lichens.
1 février 2017
Meat-eating pitcher plants raise deathtraps to an art Un article de Science News
Tricking some bug into drowning takes finesse, especially for a hungry meat eater with no brain, eyes or moving parts. Yet California pitcher plants are very good at it. Growing where deposits of the mineral serpentine would kill most other plants, Darlingtonia californica survives in low-nutrient soil by being “very meat dependent,” says David Armitage of the University of Notre Dame in Indiana. Leaves he has tested get up to 95 percent of their nitrogen from wasps, beetles, ants or other insects that become trapped inside the snake-curved hollow leaves.
1 février 2017
Élargissement des zones réglementées pour l'agrile du frêne Un communiqué du gouvernement du Canada
Afin de ralentir la propagation de l'agrile du frêne dans de nouvelles régions du Canada, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) élargit les zones réglementées de lutte contre l'agrile du frêne afin d'inclure la ville de Thunder Bay, en Ontario, ainsi que les municipalités régionales de comté de Joliette et de D'Autray, au Québec. Il est interdit de déplacer le bois de chauffage de toutes les espèces, ainsi que les frênes, le matériel de pépinière issu du frêne ou le bois de frêne (y compris les copeaux de bois, les matériaux d'emballage en bois ou le bois de calage), à l'extérieur de cette zone sans la permission écrite de l'ACIA. Le déplacement de ces produits à l'extérieur de la zone réglementée sans permission pourrait entraîner des amendes ou des poursuites en justice.
28 janvier 2017
Can we send our softwood to China if U.S. hardens its stand? 
Une article dans The Globe & Mail
With its chief trading partner awash in uncertainty, will Canada’s softwood lumber industry double down on China and other further-flung markets? It’s complicated. As U.S. President Donald Trump’s protectionist bent shifts from rhetoric to reality, the United States International Trade Commission (USITC) is in the midst of investigating softwood trade with Canada, which very well may lead to a familiar-looking tariff and multiyear legal battle. But even though China has become a growing partner for Canadian softwood since the early 2000s, circumstances are aligning against a much deeper relationship.
27 janvier 2017
How much drought can a forest take? Aerial tree mortality surveys show patterns of tree death during extreme drought 
Une article dans Science Daily
Why do some trees die in a drought and others don't? And how can we predict where trees are most likely to die in future droughts? Scientists have examined those questions in a new study by University of California - Davis.
27 janvier 2017
Trade-offs between economic growth and deforestation 
Une article dans Science Daily
In many developing countries, economic growth and deforestation seem to go hand in hand -- but the links are not well understood. In a new study, researchers use an innovative methodology to quantify the relationship.
27 janvier 2017
Tree-bark thickness indicates fire-resistance in a hotter future 
Une article dans Science Daily
A new Princeton study has found that trees worldwide develop thicker bark when they live in fire-prone areas. The findings suggest that bark thickness could help predict which forests and savannas will survive a warmer climate in which wildfires are expected to increase in frequency.
26 janvier 2017
Québec veut agir sans prendre avis en matière de zonage agricole 
Une article dans Le Devoir
Le gouvernement entend se doter du pouvoir d’autoriser, par simple règlement, l’usage de terres agricoles à d’autres fins que l’agriculture, court-circuitant ainsi la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). Dans le projet de loi 122 qui vise à reconnaître les municipalités comme gouvernements de proximité et à accroître leur autonomie, projet de loi que le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux, a présenté en décembre, l’article 185 est on ne peut plus explicite : « Le gouvernement peut en outre prévoir, par règlement, les cas où l’utilisation de lots à une fin autre que l’agriculture est permise sans autorisation de la commission. » Cet article inquiète au plus haut point l’Union des producteurs agricoles (UPA), qui y voit un anéantissement de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles ainsi que du rôle de la CPTAQ. L’UPA doit réagir au projet de loi 22 jeudi en conférence de presse.
26 janvier 2017
Le Chili ravagé par les feux de forêt 
Une article dans Le Journal de Montréal
Au moins neuf morts, des milliers de personnes évacuées, des villages rasés: le Chili est confronté à des feux de forêt qualifiés par la présidente Michelle Bachelet de «pire désastre forestier» de l’histoire du pays. Les flammes se sont propagées depuis un peu plus d’une semaine dans sept régions du centre et du sud du pays, attisées par des températures très élevées et des vents violents, ravageant près de 270 000 hectares. Selon le gouvernement chilien, un pompier volontaire, deux policiers, trois pompiers forestiers («brigadistes») et trois habitants des zones sinistrées ont trouvé la mort.
26 janvier 2017
Un réchauffement persistant 
Une article dans Actualités UQAM
La température moyenne à la surface du sol en Amérique du Nord a augmenté de 1,8 °C au cours des 200 dernières années, révèle une recherche dont les résultats ont été publiés récemment dans un numéro spécial de la revue Climate Past, de l'Union européenne de géophysique. Les signataires de l'article sont trois chercheurs du Centre de recherche en géophysique et géodynamique (Geotop) de l'UQAM – Fernando Jaume-Santero, diplômé de la maîtrise en sciences de l'atmosphère, Carolyne Pickler, doctorante en sciences de l'environnement, et Jean-Claude Mareschal, professeur associé au Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère – ainsi que le professeur Hugo Beltrami, de l'Université St. Francis Xavier, en Nouvelle-Écosse, associé au Centre pour l'étude et la simulation du climat à l'échelle régionale (ESCER), basé à l'UQAM. «Il s'agit d'une hausse de température importante, comparable à ce que l'on observe dans d'autres régions de l'hémisphère nord, souligne Carolyne Pickler. C'est la première fois que l'on mesure l'augmentation des températures pour l'ensemble de l'Amérique du Nord.»
26 janvier 2017
Le Chili face au pire «désastre forestier» de son histoire 
Une article dans Le Devoir
Les incendies qui ont déjà détruit plus de 129 000 hectares de forêts et de cultures au centre et au sud du Chili ces derniers jours sont le « pire désastre forestier » de l’histoire du pays, a déploré lundi la présidente Michelle Bachelet.
23 janvier 2017
Caribou forestier: le ministre Blanchette cherche un consensus 
Une article dans Le Quotidien
Le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs espère dégager des consensus positifs qui vont permettre de rallier les différents intérêts grâce à la nouvelle Table des partenaires pour la mise en oeuvre du Plan d'action pour l'aménagement de l'habitat du caribou forestier. Au cours d'une entrevue accordée au Quotidien, Luc Blanchette est revenu sur l'importance d'atteindre ce but alors que le premier ministre Philippe Couillard a toujours soutenu qu'il n'y aura pas un seul emploi sacrifié au Québec pour un caribou.
23 janvier 2017
Les universitaires à la rescousse de l’industrie du bois d’œuvre 
Une article sur le site d'Ici Radio-Canada
L'industrie forestière craint un nouveau conflit du bois d'œuvre et l'arrivée de Donald Trump au pouvoir pourrait réserver bien des surprises aux producteurs québécois. Réunis à l'Université Laval à l'occasion de la 38e Semaine des sciences forestières, les universitaires en foresterie et en architecture tentent de trouver des solutions afin de prévenir une potentielle crise dans leur domaine.
21 janvier 2017
Produits forestiers Résolu représentera le Canada dans le conflit du bois d’oeuvre 
Une article sur le site d'Ici Radio-Canada
Produits forestiers Résolu va représenter le Canada dans le litige sur le bois d'oeuvre. Les États-Unis ont choisi d’inclure une entreprise du Québec dans le cadre de l'enquête qu’ils vont mener sur les différents régimes forestiers canadiens et les programmes offerts par le fédéral et les provinces à l’industrie.
20 janvier 2017
La génomique - pour un secteur forestier plus rentable et durable 
Une vidéo de Genôme Québec
Découvrez comment la génomique contribue à l'aménagement de forêts productives et saines. Elle permet de compenser les répercussions des changements climatiques, à stimuler la productivité des forêts, à surveiller la biodiversité et les espèces envahissantes pour les arbres d'importance économique tels que l'épinette blanche et le sapin baumier. Notre équipe vous présentera régulièrement une vidéo sur les impacts de la génomique dans les secteurs clés de l'économie québécoise. À venir, le secteur de l'environnement.
19 janvier 2017
Northeastern U.S. warms 50% faster than global average — and neighbours in Canada along for the ride 
Un article dans The Gazette
As the globe warms, the most populated parts of Canada are in a region likely to be disproportionately hit by rising temperatures, according to new research out of the University of Massachusetts. The paper, published in the peer-reviewed PLOS ONE, found that the Northeast United States is warming about 50 per cent faster than the global average. Global average temperatures are expected to rise two degrees above pre-industrial levels by 2060. But in the parts of the United States abutting Central Canada the threshold could be reached as early as 2040.
18 janvier 2017
Deux molécules uniques ont été trouvées dans du lichen québécois 
Un article dans La Presse
Des chercheurs de l'Université Laval et de l'Université de Genève rapportent avoir découvert deux molécules uniques dans un lichen du Nord québécois. Ces molécules - qui n'avaient jusque-là jamais été isolées - détiennent des propriétés antibactériennes qui pourraient s'avérer utiles pour lutter contre certains problèmes buccaux tels que la carie dentaire et les maladies parodontales. Le lichen en question, appelé Stereocaulon paschale, se trouve dans les régions subarctiques et arctiques, mais aussi sur certains hauts sommets en Gaspésie et dans Charlevoix. L'analyse phytochimique de certains spécimens rapportés du Nunavik a permis d'identifier les deux nouvelles molécules, en plus de neuf autres composés qui avaient déjà été identifiés dans des organismes vivants.
17 janvier 2017
Un projet de 1 milliard de dollars à La Tuque 
Un article dans Les Affaires
La ville de La Tuque, en Mauricie, pourrait accueillir en 2023 une bio raffinerie capable de produire du diesel renouvelable à partir de résidus forestiers, un projet estimé à un milliard de dollars canadiens qui pourrait créer 500 emplois. Les principaux partenaires du «projet BELT» ou projet «La Tuque» ont présenté ce matin à Montréal les premiers jalons de ce projet très ambitieux, risqué, et qui n'est pratiquement pas financé en ce moment.
17 janvier 2017
Des universitaires se font avoir par des revues frauduleuses 
Un article dans Affaires Universitaires
L’an dernier, une étudiante au premier cycle en biologie de l’Université de la Fraser Valley a indiqué à la doyenne de la faculté des sciences de l’établissement, Lucy Lee, avoir besoin de 2 000 $ pour publier un article dans une revue savante. Sa demande a tout de suite alerté Mme Lee qui avait eu une mauvaise expérience avec cette revue, International Journal of Environmental Research and Public Health, en effectuant pour elle un examen par les pairs. Elle avait alors constaté que certains articles manquaient de rigueur, été alarmée par le nombre de ses rétractations et corrections, et s’était inquiétée de la pratique de la revue consistant à publier un numéro consacré aux « crédits » citant une très longue liste de pairs examinateurs prétendument gages de crédibilité.
16 janvier 2017
La main-d'oeuvre féminine dans la mire de Résolu 
Un article de Radio-Canada
Produits forestiers Résolu souhaite attirer la main-d'oeuvre féminine pour travailler en forêt, dans ses scieries ou dans ses papeteries. La compagnie croit que les femmes constituent un bassin d'employés qu'il ne faut pas négliger. Résolu estime que d'ici quatre ans, environ 800 emplois seront à pourvoir en raison des départs à la retraite dans ses installations. En entrevue à Café, boulot, Dodo, le porte-parole de l'entreprise, Karl Blackburn, a rappelé que l'industrie forestière n'était plus ce qu'elle était il y a 25 ans. Compte tenu du fait que l'industrie s'est modernisée, je pense qu'il y a une place très importante pour les femmes qui veulent relever le défi de travailler dans l'industrie forestière.
16 janvier 2017
Forests Are a Treasure. But Are They Good Investments? 
Un article du NY Times
Trees don’t watch the stock market. Forests keep growing — and potentially increasing their value — even when inflation surges or the market swoons. Big investors, like university endowments and insurance companies, have long allocated money to timberland in places like Oregon’s fir-and-spruce forests, Georgia’s pine plantations and Appalachia’s hardwood groves. Until a few years ago, retail investors were mostly shut out of this market. The deals were too big, involving thousands of acres and tens of millions of dollars. That changed over the last 15 years with the introduction of two timber-focused E.T.F.s — the iShares Global Timber & Forestry E.T.F. and the Guggenheim MSCI Global Timber E.T.F. — and the evolution of big forest-products companies like Weyerhaeuser and Rayonier. Today, the big timber companies are organized as real estate investment trusts (R.E.I.T.s) focused on managing forestlands, having sold off many other operations.
13 janvier 2017
Good news and bad news about forest fragmentation 
Un article dans Science Daily
New England forest edges absorb more carbon but suffer more heat stress.
13 janvier 2017
High-severity wildfires complicate natural regeneration for California conifers - New tool helps foresters prioritize restoration efforts 
Un article dans Science Daily
A UC-Davis study spanning 10 national forests and 14 burned areas in California found that conifer seedlings were found in less than 60 percent of the study areas five to seven years after fire. Of the nearly 1,500 plots surveyed, nearly half showed no natural conifer regeneration at all. The study provides tool to help foresters prioritize their efforts.
12 janvier 2017
This bay in Scandinavia has world record in carbon storing 
Un article dans Science Daily
Forests are potent carbon sinks, but also the oceans' seagrasses can store enormous amounts of carbon. A little bay in Denmark stores a record amount of carbon. Here is the secret.
11 janvier 2017
Tree-bark thickness indicates fire-resistance in a hotter future 
Un article dans Science Daily
A new Princeton study has found that trees worldwide develop thicker bark when they live in fire-prone areas. The findings suggest that bark thickness could help predict which forests and savannas will survive a warmer climate in which wildfires are expected to increase in frequency.
10 janvier 2017
NASA study finds a connection between wildfires, drought 
Un article dans Science Daily
For centuries drought has come and gone across northern sub-Saharan Africa. In recent years, water shortages have been most severe in the Sahel -- a band of semi-arid land situated just south of the Sahara Desert and stretching coast-to-coast across the continent, from Senegal and Mauritania in the west to Sudan and Eritrea in the east.
10 janvier 2017
Measuring trees with the speed of sound 
Un article dans Science Daily
Non-invasive sonic technology measures wood decay in living, tropical trees
Foresters and researchers are using sound to look inside living trees. A new study presents methods for use of sonic tomography, which measures wood decay by sending sound waves through tree trunks. The new study describes optimum placement of the sensors to avoid aberrant tomography results for the non-model tree shapes that populate the tropics and details how to analyze the tomograms to quantify areas of decayed and damaged wood.
9 janvier 2017
Un séquoia californien millénaire succombe 
Un article dans La Presse
La tempête qui a touché la Californie ces derniers jours a été fatale à un séquoia géant particulièrement célèbre, attraction touristique dont le tronc avait été creusé pour créer un tunnel où pouvait passer une petite voiture. Le Pioneer Cabin Tree, situé dans le Calaveras Big Trees State Park, âgé probablement de plus de 1000 ans, est tombé dimanche, selon les responsables du parc.
9 janvier 2017
La vieille forêt de Harvard: un témoin unique pour prédire l’écologie de demain 
Un article dans Le Devoir
es écologues de l’Université de Harvard ont pour tradition d’analyser et de collecter des données sur une large échelle temporelle. Des informations qui permettraient de prédire l’écologie du futur. « Dans un sens, on peut considérer cette forêt comme un laboratoire de pointe de 1600 hectares, où travaillent une quarantaine d’équipes », dit en souriant le botaniste et écologue David Foster, directeur de la Harvard Forest, sous la casquette de baseball qui coiffe sa haute silhouette. Pourtant à première vue, la vaste parcelle boisée qu’il balaye du regard, située près de Petersham, 100 kilomètres à l’ouest de Boston, semble tout aussi sauvage qu’en 1907, lorsqu’elle fut acquise par l’Université de Harvard.
9 janvier 2017
Les découvertes de l'année Québec Science 
Un article de Québec Science
Pour une 24e édition, Québec Science dévoile les découvertes québécoises les plus impressionnantes de la dernière année. Certaines résolvent de grands mystères. D’autres étonnent par leur originalité. D’autres encore constituent une immense avancée pour leur discipline. Toutes nous permettent de comprendre un peu mieux notre monde. Originales, iconoclastes, utiles, voire révolutionnaires: les idées des chercheurs québécois ne cessent de nous surprendre. Laquelle préférez-vous? VOTEZ! 
4 janvier 2017
Pour des villes plus vertes que grises 
Un reportage de Radio-Canada
« Avec peu d'efforts, on peut avoir un grand impact sur la résilience des villes », estime le chercheur Andrew Gonzalez, qui étudie depuis plusieurs années les liens entre la vitalité des milieux naturels et urbains. Au micro de Manon Globensky, il plaide pour une plus grande connectivité des écosystèmes. Il en va de la capacité des communautés à faire face aux maladies et aux catastrophes naturelles, mais aussi du bien-être général des populations.
Récupéré sur http://cef-cfr.ca/index.php?n=Actualit%e9.DansLesM%e9dias
Page mise à jour le 21/11/2017 à 11h14 Heure de l'Est (GMT-5)