André Desrochers

Membre régulier
Écologie animale/Conservation

Université Laval
Faculté de foresterie et géomatique
Département des sciences du bois et de la forêt
Pavillon Abitibi-Price
2405 rue de la Terrasse
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada

(418) 656-2131 poste 2908

Site départemental |Blogue 

Directions d'étudiants

Doctorats
Yves Aubry
Véronique Cloutier
Julie Faure-Lacroix
Emmanuel Vounserbo
Maîtrises
Camille Bégin Marchand
Mathieu Paradis

Codirections

Ancien personnel
Fanny Senez-Gagnon (Stage 2010)
Josianne Bégin (Stage 2010)
Lukas Seehausen (Stage 2009)
Damien Délisle (Tech. 2009)
Jean-Christophe Aznar (Postdoc 2008)
Victor Haumesser (Stage 2008)
Johan Bérubé (Tech. 2008)
Mathilde Jean-St-Laurent (Tech. 2007)
Marco Laforce (Tech. 2006)
Serge Lemay (Tech. 2006)

Étudiants diplômés
Dirigés
Flavie Noreau (M.Sc. 2016)
François Fabianek (Ph.D. 2015)
Toshinori Kawaguchi (Ph.D. 2015)
Elvire Djiongo Boukeng (M.Sc. 2015)
Renée Roy (M.Sc. 2015)
Aude Corbani (Ph.D. 2013)
Hermann Frouin (M.Sc. 2011)
Marie-Hélène Hachey (M.Sc. 2011)
Mélanie Major (M.Sc. 2011)
Ophélie Planckaert (M.Sc. 2009)
Charles Vigeant-Langlois (M.Sc. 2008)
Daniel Idiata-Mambounga (M.Sc. 2008)
Patrick Rousseau (M.Sc. 2008)
Ghislain Rompré (Ph.D. 2007)
Adam Hadley (M.Sc. 2006)
Laetitia Huillet (M.Sc. 2006)
Yves Turcotte (Ph.D. 2005)
Julie Bourque (Ph.D. 2004)
Marc Mazerolle (Ph.D. 2004)
Jacques Ibarzabal (Ph.D. 2001)
Louis Imbeau (Ph.D. 2001)
Marianne Courteau (M.Sc. 2001)
Marc Bélisle (Ph.D. 2000)
Sophie Calmé (Ph.D. 1998)
Bruno Drolet (M.Sc. 1997)
Stéphanie Haddad (M.Sc. 1997)
Codirigés
Judith Plante (M.Sc. 2016)
April Martinig (M.Sc. 2015)
Daniel Lachance (Ph.D. 2005)
Caroline Girard (Ph.D. 2004)
Reijo Hokkanen (M.Sc. 2004)
Véronique St-Louis (M.Sc. 2000)
Valérie Delage (M.Sc. 1998)

Accueil | Formation académique | Thèmes de recherche | Découvertes
Étudiants précédents | Publications

BIENVENUE!

Nouveautés

  • J'ai révisé cette page la dernière fois le 10 janvier 2017.
  • Je suis en année sabbatique, poursuivant trois objectifs: d'abord compléter des dossiers de recherche qui ont traîné trop longtemps, ensuite faire avancer le programme d'échange d'étudiants entre l'université préfecturale de Kyoto et l'Université Laval, et finalement amorcer un nouveau projet de recherche au Cameroun sur les communautés d'oiseaux d'une zone de fort endémisme et les menaces qui pèsent sur ces communautés. Cette année est aussi pour moi une belle occasion d'introspection, pour déterminer de quelle manière je peux contribuer le plus à l'avancement de la science dans mon domaine. À suivre.


2017

  • Mon blogue sur le site de l'Université Laval, magazine Contact, est actuellement en pause en raison de mon année sabbatique (cela fait sans doute plaisir à mes 'haters'). Ce blogue est toutefois accompagné par une page "fan"  de Facebook, qui demeure active (cela fait sans doute plaisir à mes 'fans'). J'y publie mes pensées iconoclastiques sur des sujets qui m'allument. J'ai un plaisir particulier à faire contrepoids au syndrôme de la pensée unique qui sévit dans le monde académique, en écologie. Je vous invite à aller voir bien sûr, et mettre votre grain de sel.
  • Sur une note similaire, j'ai une chronique hedbomadaire sur l'environnement dans le cadre de l'émission Pixie Décibels de la radio CIHO-FM de Charlevoix. Généralement les mardis à 13h45.
  • L'équipe de recherche FRQNT, sur le thème de la mycophagie (patrons et mécanismes écologiques) complète son mandat cet hiver. Ce projet de trois ans regroupait Steeve Côté (U. Laval), Louis Imbeau (UQAT) et votre humble serviteur, en collaboration avec Jean Bérubé (NRCAN, Ctre forestier des Laurentides), André Fortin (U. Laval), Rémy Lambert (U. Laval, agronomie), Yves Piché (U. Laval) et Fanie Pelletier (U. de Sherbrooke). Comme nous l'espérions, nous avons redessiné en partie la carte québécoise des champignons hypogés et amélioré notre compréhension de leur consommation par les micromammifères, notamment les polatouches, et le cerf de Virginie. Cette équipe a greffé 3 étudiants gradués, Véronique Cloutier (PhD, codirigée avec Yves Piché), Mathieu Paradis (MSc, Louis Imbeau comme codirecteur) et Myriam Cadotte (Directeur Steeve Côté).
  • Nous continuons en 2017 de mesurer le succès de reproduction des oiseaux à la Forêt Montmorency. Nous effectuons ce suivi depuis 1995 et les principaux résultats, analysés par Aude Corbani, ont été publiés dans PlOS ONE, mais il reste encore beaucoup d'analyses à faire. En bref, c'est le beau fixe côté reproduction aviaire à la Forêt Montmorency, mais les intempéries, les lisières de forêt et les écureuils sont des facteurs négatifs dont nous avons quantifié l'impact.
  • Pour une troisième année, notre équipe posera des émetteurs sur trois espèces de grives (Bicknell [ci-dessus], à joues grises et à dos olive) afin de dévoiler leurs routes migratoires, ainsi que leur phénologie de migration. Cela est possible grâce au réseau MOTUS, (www.motus.org) qui révolutionne notre capacité de suivre les oiseaux dans leurs déplacements sur des milliers de kilomètres. Ce réseau est basé sur des milliers d'émetteurs captés par des centaines d'antennes (ex. photo ci-dessous) réparties dans l'est de l'Amérique du Nord et de plus en plus, en Amérique latine. Ces oiseaux seront capturés à l'été à la forêt Montmorency et à l'automne à l'Observatoire d'oiseaux de Tadoussac (OOT). Nous espérons identifier des couloirs de migration précis pour ces espèces, et élucider de manière générale les embûches qu'elles peuvent rencontrer en route. Camille Bernier-Marchand, une habituée de l'OOT, passionnée de baleines aussi, commence sa maîtrise en janvier 2017 sur ce thème.
  • En 2017, je poursuivrai une collaboration avec la chercheure Julie Morand-Ferron (U. d'Ottawa), utilisant aussi la technologie de télédétection MOTUS, pour établir des liens entre la dispersion natale et l'établissement social des mésanges, dans des contextes périurbains et urbains à Ottawa.
  • Pistage hivernal La saison 2017 est bien amorcée, et sera le sujet d'un long reportage à la Semaine Verte de Radio-Canada cet hiver. Un groupe Facebook  est très actif, vous êtes invités à vous y joindre. Cette année, l'équipe de base de pistage est composée de votre humble serviteur, Maxime Brousseau (auxiliaire de recherche) et Martine Lapointe (technicienne). Piste ci-dessus = écureuil roux.



MA FORMATION ACADÉMIQUE
  • Fellow de l'American Ornithologists' Union
  • Vice-président du Regroupement QuébecOiseaux
  • Chercheur invité 2008-2009 (Cornell Lab of Ornithology, Cornell U., NY, USA)
    Bioacoustique et microévolution des oiseaux
  • Chercheur invité 2001-2002 (Dept. of Ecology and Systematics, U. of Helsinki, Finland)
    Fragmentation des forêts et Sélection des habitats chez le Polatouche sibérien
  • Stage postdoctoral 1993-1994 (Phytologie, Université Laval)
    Communautés aviaires des tourbières
  • Stage postdoctoral 1992-1993 (Biologie, Université Laval)
    Écologie des populations de la Grande Oie des neiges à l'Ile Bylot, Nunavik
  • Stage postdoctoral 1991 (Zoology, University of Cambridge, UK)
    Systèmes d'accouplement des Accenteurs Alpins dans les Pyrénées françaises
  • Doctorat en zoologie, 1991 (University of Cambridge, UK)
    L'âge et la reproduction chez le Merle noir, Turdus merula
  • M.Sc. en zoologie, 1988 (University of Alberta)
    Relations écologiques de la dominance sociale dans les volées hivernales de la Mésange à tête noire
  • B.Sc. en biologie, 1985 (Université Laval)

THÈMES DE RECHERCHE

Les spécialistes d'écologie animale se sont toujours intéressés à la répartition des animaux dans les paysages naturels et humanisés. Il s'agit d'une question pertinente aussi pour les spécialistes de la conservation. L'objectif à long terme de mes recherches est de mieux comprendre les mécanismes de sélection des habitats par les animaux (surtout les oiseaux mais aussi les mammifères). J'analyse ce problème 1) à partir d'études détaillées de comportement d'individus (souvent marqués individuellement), 2) à travers l'analyse de patrons d'occurrence dans des paysages entiers, et 3) à travers le réseau continental MOTUS d'observation d'oiseaux munis d'émetteurs. Ces approches demeureront à la base de mes travaux dans les années à venir. Aussi, je m'intéresse de plus en plus aux conséquences évolutives à court terme des changements environnementaux sur les oiseaux, tant au point de vue éco-morphologique que comportemental.

Depuis 2000 j'ai élargi la portée de mes recherches en donnant une place centrale à l'hiver. Je suis intéressé aux problèmes de sélection des habitats durant cette saison remplie de défis pour la faune présente dans une forêt exploitée (Forêt Montmorency ). J'ai un intérêt pour l'étude des mammifères, particulièrement dans une optique d'analyses spatialement explicites des pistes qu'ils laissent dans la neige.

La sélection des habitats

Il existe beaucoup de littérature scientifique sur la fragmentation des habitats, c'est le moins qu'on puisse dire. Une bonne partie de cette littérature présente la répartition des espèces dans des paysages, selon diverses variables de composition et de configuration des habitats bien au-delà des limites des domaines vitaux des individus. Pourtant, nous sommes encore loin de comprendre les mécanismes comportementaux sous-jacents à cette réalité. Mes recherches présentent ce problème en termes de deux facteurs contrastés: l'isolement vs. la qualité des parcelles d'habitat. L'isolement: Nos recherches sur la traverse de trouées dans le couvert forestier par les oiseaux ont eu un impact significatif en écologie des paysages. Elles suggèrent que de faibles ouvertures telles que celles causées par les chemins peuvent effectivement poser des défis aux oiseaux dans leurs mouvements quotidiens et saisonniers. Mésanges, mésangeais et pics à dos rayé, tous suivis par GPS et par radio-télémétrie, tendent à contourner les espaces ouverts en longeant les lisières de ces ouvertures. Dans le cas de la Paruline couronnée, des simulations validées par des expériences de relocalisation d'oiseaux territoriaux (capturés, bagués, déplacés sur plusieurs kilomètres et relâchés) suggèrent un coût de déplacement environ 30 fois plus élevé en milieu ouvert que sous couvert forestier. A la lumière de ces résultats, il semblerait que l'effet cumulatif de cet petites épreuves de traverse se traduisent en freinage significatif des mouvements dans les paysages. Mes travaux récents sur des collections historiques de spécimens indiquent que la pression pour une plus grande mobilité s'est traduite par une évolution rapide de la longueur des ailes depuis 100 ans, les oiseaux de forêt boréale mature ayant des ailes plus longues (projection des primaires) qu'il y a 100 ans, tandis que les oiseaux de jeunes habitats forestiers, qui ont augmenté en superficie,ont vu leurs ailes devenir progressivement moins longues. Il reste tout de même à trouver des explications précises pour ces résultats. Mes dernières recherches suggèrent que les mécanismes opéreraient non pas à l'échelle des paysages, mais à une échelle plus large.

De plus en plus, je travaille sur d'importantes bases de données (eBird, Christmas Bird Count) afin d'examiner plusieurs thèmes dont la stabilité des relations oiseaux-paysages dans le temps et à diverses échelles spatiales. Les relations oiseaux-paysages semblent très stables dans le temps, mais très influencée par l'échelle spatiale d'analyse..

... en hiver

Les hivers québécois posent des défis immenses aux oiseaux et mammifères hivernants, et notre labo cherchent à savoir si ces défis sont amplifiés par la réduction et la fragmentation du couvert forestier. Dans le cas des oiseaux, une bonne partie de la littérature scientifique sur la fragmentation des habitats se concentre sur les migrateurs néotropicaux et la saison de nidification, particulièrement en paysages dominés par l'agriculture. Pourtant, dans le cas des espèces résidentes tempérées et boréales, les facteurs limitant leurs populations ont autant de chances de se manifester en hiver.
Mis à part quelques études pionnières, il existe peu de connaissances sur les effets des paysages sur les oiseaux non nicheurs. Cette situation est fort préoccupante dans une perspective de conservation des forêts boréales, où les paysages changent rapidement dû à la récolte forestière. Étant donné qu'une majorité des oiseaux forestiers boréaux dont la situation est jugée "prioritaire" sont résidents (non migrateurs), il existe une certaine urgence à déterminer comment ces oiseaux réagissent aux changements de paysages en hiver. Ainsi, nos recherches sur les oiseaux hivernants comme les mésanges à tête brune ont un "potentiel de découverte" important autant pour l'écologie de base que pour la conservation.
Toutes nos recherches en hiver sont actuellement faites à la Forêt Montmorency, 75 km au nord de Québec. Avec une altitude de 700-1000 m, >6 m de précipitations de neige chaque année, l'endroit est parfait pour étudier les impacts des hivers rudes (et pour faire des sports hivernaux!)

Accueil | Formation académique | Thèmes de recherche | Découvertes
Étudiants précédents | Publications

<< Emma Despland | MembresReguliers | Frédérik Doyon >>

********************************************************** ***************** Colloque du CEF ************************ **********************************************************

1 et 2 mai 2017
Coeur des sciences de l'UQAM

********************************************************** ***************** Mycorhizes 2017 **************************** **********************************************************

10-11 mai | Université Laval

********************************************************** ***************** R à Québec **************************** **********************************************************

25-26 mai | Université Laval

********************************************************** ***************** Cours du CEF **************************** **********************************************************

Cours du CEF

Analyse des pistes et modélisation par équations structurelles pour écologistes 
1–5 mai 2017 | Université de Sherbrooke
Path analysis and structural equation modelling for ecologists 
May 1–5 2017 | Université de Sherbrooke
8e Semaine de Dendroécologie de la FERLD 
16–21 mai 2017 | FERLD
Cours d'été: Terrain avancé en environnement (GÉO 6041) 
Cours aux cycles supérieurs de 3 crédits offert par François Girard, du 2 au 7 juillet 2017 à la Forêt Montmorency non loin de Québec.
Cours d’été en statistiques bayésiennes – Summer school in Bayesian statistics 
École d’été en statistiques bayésiennes. Maximum de 20 participants.
14 au 18 août | Orford Musique (à 30 minutes de Sherbrooke)
Aménagement des écosystèmes forestiers (ENV7010) 
14 au 25 août 2017, FERLD, Abitibi
Cours sur la complexité 
24-29 septembre 2017, Toscane, Italie

********************************************************** ***************** Maudite pub - Budworm ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Maudite pub - Colibri **************************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Maudite pub - NewForest **************************** **********************************************************

********************************************************** ********** Maudite pub 6 - Au coeur de l'arbre *********** **********************************************************

...Une exposition
virtuelle sur l'arbre!

********************************************************** ***************** Boîte à trucs *************** **********************************************************

CEF-Référence
La référence vedette !

Jérémie Alluard (2016) Les statistiques au moments de la rédaction 

  • Ce document a pour but de guider les étudiants à intégrer de manière appropriée une analyse statistique dans leur rapport de recherche.

Voir les autres...