BarbeFentonLavergneEtAl2015

Reference

Barbé, M., Fenton, N.J., Lavergne, C., Le Péchon, T., Baider, C., Gigord, L.D.B. (2015) Changes in lowland dry-forest native and alien plant communities on Réunion Island (Indian Ocean) over 16 years. Botany, 93(12):843-857. (URL )

Abstract

Les flores indigènes insulaires sont parmi les plus menacées du monde. À La Réunion par exemple, seulement 1 % des écosystèmes de forêt semi-sèche de basse altitude perdure alors que ces forêts abritent de nombreuses espèces endémiques et en danger d’extinction. Ces écosystèmes sont particulièrement soumis aux invasions répétées par des espèces exotiques; favorisant, au cours du temps, une augmentation des espèces exotiques au détriment des espèces indigènes. Nous testons cette hypothèse via l’étude des changements floristiques sur une période de 16 ans (de 1995 à 2011) dans les communautés végétales de six fragments de forêt semi-sèche. La richesse spécifique et l’abondance des espèces exotiques et indigènes augmentent au cours de ces 16 années mais avec un taux significativement plus important pour les espèces exotiques envahissantes. Malgré ceci, l’indice de similarité de Jaccard indique un haut niveau de similarité entre les communautés de 1995 et de 2011. De plus, l’unique site bénéficiant d’un programme de lutte contre les espèces exotiques est aussi celui où l’augmentation du nombre et de l’abondance des espèces indigènes sont les plus importants. Cette étude souligne l’importance de recourir à des parcelles d’échantillonnages permanentes pour comprendre les dynamiques des communautés envahies et les successions végétales. Elle indique aussi une potentielle persistance temporelle des communautés végétales insulaires de forêt semi-sèche malgré l’expansion des espèces exotiques. Pour finir, elle suggère de nouvelles voies de développement dans la succession secondaire lorsque les espèces indigènes et exotiques sont amenées à coexister.

EndNote Format

You can import this reference in EndNote.

BibTeX-CSV Format

You can import this reference in BibTeX-CSV format.

BibTeX Format

You can copy the BibTeX entry of this reference below, orimport it directly in a software like JabRef .

@ARTICLE { BarbeFentonLavergneEtAl2015,
    AUTHOR = { Barbé, M. and Fenton, N.J. and Lavergne, C. and Le Péchon, T. and Baider, C. and Gigord, L.D.B. },
    TITLE = { Changes in lowland dry-forest native and alien plant communities on Réunion Island (Indian Ocean) over 16 years },
    JOURNAL = { Botany },
    YEAR = { 2015 },
    VOLUME = { 93 },
    PAGES = { 843-857 },
    NUMBER = { 12 },
    ABSTRACT = { Les flores indigènes insulaires sont parmi les plus menacées du monde. À La Réunion par exemple, seulement 1 % des écosystèmes de forêt semi-sèche de basse altitude perdure alors que ces forêts abritent de nombreuses espèces endémiques et en danger d’extinction. Ces écosystèmes sont particulièrement soumis aux invasions répétées par des espèces exotiques; favorisant, au cours du temps, une augmentation des espèces exotiques au détriment des espèces indigènes. Nous testons cette hypothèse via l’étude des changements floristiques sur une période de 16 ans (de 1995 à 2011) dans les communautés végétales de six fragments de forêt semi-sèche. La richesse spécifique et l’abondance des espèces exotiques et indigènes augmentent au cours de ces 16 années mais avec un taux significativement plus important pour les espèces exotiques envahissantes. Malgré ceci, l’indice de similarité de Jaccard indique un haut niveau de similarité entre les communautés de 1995 et de 2011. De plus, l’unique site bénéficiant d’un programme de lutte contre les espèces exotiques est aussi celui où l’augmentation du nombre et de l’abondance des espèces indigènes sont les plus importants. Cette étude souligne l’importance de recourir à des parcelles d’échantillonnages permanentes pour comprendre les dynamiques des communautés envahies et les successions végétales. Elle indique aussi une potentielle persistance temporelle des communautés végétales insulaires de forêt semi-sèche malgré l’expansion des espèces exotiques. Pour finir, elle suggère de nouvelles voies de développement dans la succession secondaire lorsque les espèces indigènes et exotiques sont amenées à coexister. },
    DOI = { 10.1139/cjb-2015-0112 },
    EPRINT = { http://dx.doi.org/10.1139/cjb-2015-0112 },
    OWNER = { nafon9 },
    TIMESTAMP = { 2016.07.13 },
    URL = { http://dx.doi.org/10.1139/cjb-2015-0112 },
}

********************************************************** *************************** FRQNT ************************ **********************************************************

Un regroupement stratégique du

********************************************************** ***************** Facebook Twitter *********************** **********************************************************

Abonnez-vous à
l'Infolettre du CEF!

********************************************************** ***************** Pub - ABC CBA 2020 ****************** **********************************************************

31 mai au 4 juin 2020

********************************************************** ***************** Pub - Symphonies_Boreales ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Boîte à trucs *************** **********************************************************

CEF-Référence
La référence vedette !

Jérémie Alluard (2016) Les statistiques au moments de la rédaction 

  • Ce document a pour but de guider les étudiants à intégrer de manière appropriée une analyse statistique dans leur rapport de recherche.

Voir les autres...