Kafka1997

Reference

Kafka, V. (1997) Étude de la structure spatiale et des facteurs ayant affecté la sévérité d'un feu dans la région de la pessière noire à mousses de l'Ouest du Québec. Master's thesis, Université du Québec à Montréal.

Abstract

On connaît peu la dynamique des feux de forêt dans le façonnement de la mosaïque forestière de la pessière noire à mousses. Dans le cadre de cette problématique, on a étudié le feu de forêt du lac Crochet, qui a couvert près de 50,000 hectares dans le nord-ouest de la forêt boréale au Québec entre le 16 août et le 20 octobre 1995. L'effet de certains facteurs biotiques et abiotiques locaux sur la sévérité du feu de forêt, la distribution des îlots de végétation résiduelle et le patron du feu ont été analysés. Les analyses ont été réalisées à l'aide des systèmes d'information géographique. Malgré l'ampleur et la forte intensité du feu, l'étude révèle que la sévérité du feu sur les peuplements forestiers semble définitivement reliée à certaines composantes locales du territoire. En effet, des modèles log-linéaires indiquent que certaines modalités du couvert forestier, du temps depuis le dernier feu et du type de dépôts de surface ont eu un effet déterminant sur la sévérité du feu. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la densité, l'âge et la hauteur du peuplement n'ont pas influencé la sévérité du feu du lac Crochet. Par ailleurs, les îlots de végétation résiduelle ont totalisé une superficie de 1292 hectares à l'intérieur du périmètre du feu, ce qui équivaut à 2.6% de l'étendue totale du feu. On retrouve seulement 0.06 îlot pour chaque 100 hectares que le feu a couvert mais l'étendue moyenne et médiane de ces îlots est grande, révélant des superficies de 43.1 et 19.8 hectares, respectivement. L'indice de configuration de l'incendie indique une valeur de 4.21 alors que l'indice de lisière s'établit à 5.33. On note que 84% de la région perturbée est à moins de 500 mètres d'une végétation résiduelle. Considérant uniquement les îlots de végétation résiduelle qui ont survécu au feu, plus que 30.8% de la zone brûlée se retrouve à moins de 500 mètres. Ce rapport met en évidence l'importance de ces découvertes pour l'étude de la mosaïque forestière boréale.

EndNote Format

You can import this reference in EndNote.

BibTeX-CSV Format

You can import this reference in BibTeX-CSV format.

BibTeX Format

You can copy the BibTeX entry of this reference below, orimport it directly in a software like JabRef .

@MASTERSTHESIS { Kafka1997,
    AUTHOR = { Kafka, V. },
    TITLE = { Étude de la structure spatiale et des facteurs ayant affecté la sévérité d'un feu dans la région de la pessière noire à mousses de l'Ouest du Québec. },
    SCHOOL = { Université du Québec à Montréal },
    YEAR = { 1997 },
    NOTE = { CEFTMS, Bergeron, Y. and Gauthier, S. },
    ABSTRACT = { On connaît peu la dynamique des feux de forêt dans le façonnement de la mosaïque forestière de la pessière noire à mousses. Dans le cadre de cette problématique, on a étudié le feu de forêt du lac Crochet, qui a couvert près de 50,000 hectares dans le nord-ouest de la forêt boréale au Québec entre le 16 août et le 20 octobre 1995. L'effet de certains facteurs biotiques et abiotiques locaux sur la sévérité du feu de forêt, la distribution des îlots de végétation résiduelle et le patron du feu ont été analysés. Les analyses ont été réalisées à l'aide des systèmes d'information géographique. Malgré l'ampleur et la forte intensité du feu, l'étude révèle que la sévérité du feu sur les peuplements forestiers semble définitivement reliée à certaines composantes locales du territoire. En effet, des modèles log-linéaires indiquent que certaines modalités du couvert forestier, du temps depuis le dernier feu et du type de dépôts de surface ont eu un effet déterminant sur la sévérité du feu. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la densité, l'âge et la hauteur du peuplement n'ont pas influencé la sévérité du feu du lac Crochet. Par ailleurs, les îlots de végétation résiduelle ont totalisé une superficie de 1292 hectares à l'intérieur du périmètre du feu, ce qui équivaut à 2.6% de l'étendue totale du feu. On retrouve seulement 0.06 îlot pour chaque 100 hectares que le feu a couvert mais l'étendue moyenne et médiane de ces îlots est grande, révélant des superficies de 43.1 et 19.8 hectares, respectivement. L'indice de configuration de l'incendie indique une valeur de 4.21 alors que l'indice de lisière s'établit à 5.33. On note que 84% de la région perturbée est à moins de 500 mètres d'une végétation résiduelle. Considérant uniquement les îlots de végétation résiduelle qui ont survécu au feu, plus que 30.8% de la zone brûlée se retrouve à moins de 500 mètres. Ce rapport met en évidence l'importance de ces découvertes pour l'étude de la mosaïque forestière boréale. },
    KEYWORDS = { Fire },
    OWNER = { DL },
    TIMESTAMP = { 2011.06.28 },
}

********************************************************** *************************** FRQNT ************************ **********************************************************

Un regroupement stratégique du

********************************************************** ***************** Facebook Twitter *********************** **********************************************************

Abonnez-vous à
l'Infolettre du CEF!

********************************************************** ***************** Pub - ABC CBA 2020 ****************** **********************************************************

31 mai au 4 juin 2020

********************************************************** ***************** Pub - Symphonies_Boreales ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Boîte à trucs *************** **********************************************************

CEF-Référence
La référence vedette !

Jérémie Alluard (2016) Les statistiques au moments de la rédaction 

  • Ce document a pour but de guider les étudiants à intégrer de manière appropriée une analyse statistique dans leur rapport de recherche.

Voir les autres...